• mai 2017
    L Ma Me J V S D
    « nov    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Prochaines réunions Janvier 2012

    le 02/01 Réunion conseil SNPL Régional
    le 03/01 Bureau National SNPL
    le 04/01 Conseil National
    le 12/01 DP
    le 19/01 Commission èconomique du CE
    le 24/01 Réunion négociation protocole
    le 25/01 Réunion négociation protocole
    le 26/01 CE
  • Prochaines reunions Fevrier 2012

    le 03/02 Conseil National

    Préavis de grève SNPL du 06/02 AU 09/02

    le 06/02 Réunion conseil SNPL Régional
    le 07/02 Bureau National SNPL
    le 07/02 Réunion négociation protocole
    le 08/02 Réunion négociation protocole
    le 09/02 DP
    le 23/02 CE
    le 28/02 Commission rotation été 2012
    le 29/02 Commission rotation été 2012
  • Prochaines reunions Mars 2012

    le 05/03 Réunion conseil SNPL Régional
    le 05/03 Réunion négociation
    le 06/03 Bureau National SNPL
    le 06/03 Réunion négociation
    le 07/03 CHSCT
    le 07/03 Conseil National
    le 08/03 DP
    le 09/03 CHSCT
    le 14/03 Réunion com rotation 2012
    le 22/03 CE
  • Prochaines reunions Avril 2012

    le 02/04 Réunion conseil SNPL Régional
    le 03/04 Bureau National SNPL
    le 04/04 Conseil National
    le 12/04 DP
    le 24/04 Réunion négociation protocole
    le 25/04 Réunion négociation protocole
    le 26/04 CE
    • Album : Flotte
      <b>e120.jpg</b> <br />
  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • admin

  • Commentaires récents

    • Sondage

      NUITS COURTES : êtes-vous ?

      Voir les résultats

      Chargement ... Chargement ...
    • MOTION DU SNPL REGIONAL Un statut équivalent à celui de KLM Cityhopper , pour les pilotes de Régional.

      Du 4 janvier 2011 :


      Le Conseil du SNPL Régional mandate le Bureau Régional pour obtenir par tous les moyens y compris la grève, un statut équivalent à celui de KLM Cityhopper , pour les pilotes de Régional.

      Du 5 septembre 2011:


      '' Le Conseil du SNPL Régional, mandate le Bureau Régional, pour obtenir par tous les moyens, y compris la Grève de plus de 96 heures, l'intégration de Régional dans le périmètre d'activité du Groupe AF et la mise en œuvre d'une politique groupe portant sur les carrières PNT , pour les Pilotes de Régional . ''

    dernières news 2

     

    Le blog SNPL Régional est transféré à l’adresse suivante .

     

     

     

    La nouvelle adresse est       http://reg.snpl.com/


    ou

     

    http://snpl.com/             menu bureau d’entreprise/snpl regional

     

    Rappel : vous avez accès sans vous logger aux pages « accès public ». En vous loggant dans « accès adhérents » avec la première lettre de votre prénom, suivie de votre nom ainsi que votre numéro d’adhérent.

     

    Le SNPL Régional appelle tous les pilotes de Régional à la grève

     

     

     

     

    du vendredi 20 juillet 2012, 00h01 au lundi 23 juillet 2012, 23h59, heures locales de Paris.

     

     

    Consignes de grève Régional sur le lien suivant :  http://reg.snpl.com/

     

     

     

     

     

    Extrait du Conseil du SNPL Régional du 5 mars 2012

     

    Présents :

    N. COLDEFY- A. SIMON – C. SURDOL – S. CROS – P. PEIGNIER – S. VOLPE– P. TRAVERSE

     

    Point 2 –

    A la demande du Vice-président : suppression du Blog SNPL Régional, au profit du nouveau site officiel du SNPL Régional, ainsi que la définition d’une procédure de mise à jour.

     

    Résultat du vote : 2 oui 1 abstention

     

    Le blog SNPL Régional est fermé.

     

     

     

    Une nouvelle adresse est

     

     

    http://reg.snpl.com/


    ou

     

    http://snpl.com/             menu bureau d’entreprise/snpl regional

     

    Rappel : vous avez accès sans vous logger aux pages « accès public ». En vous loggant dans « accès adhérents » avec la première lettre de votre prénom, suivie de votre nom ainsi que votre numéro d’adhérent.

     

     

     Les personnels du transport aérien ont manifesté, mercredi 22 février, près du Palais Bourbon, à l’appel d’une intersyndicale. Ils entendaient protester contre le projet de loi visant à encadrer leur droit de grève, examiné en deuxième lecture à l’Assemblée nationale. Un texte qui a déjà provoqué une grève de quatre jours au début du mois. Témoignages.

     la video sur le lien suivant

    http://www.lesechostv.fr/video-les-personnels-de-l-aerien-defendent-leur-droit-de-greve-5242.html


     

     Programme été du groupe Air France – KLM (25 mars – 28 octobre 2012

    Sur le lien suivant

     

     http://corporate.airfrance.com/fr/presse/communiques/article/item/programme-ete-du-groupe-air-france-klm-25-mars-28-octobre-2012/ 

     

    Eté : Air France met la gomme sur les « émergents » et la province

     

    S’adaptant à l’environnement économique et aux situations géopolitiques, Air France réalise un redéploiement important de son réseau tout en conservant une offre stable de +0,1% en long-courrier et de +0,2% en moyen-courrier (bases de province non comprises), en siège kilomètre offert (SKO). Grâce aux bases de Marseille, Toulouse et Nice, l’offre globale moyen et long-courrier atteint 1,4% de croissance. En long-courrier, les destinations suivantes sont à la hausse : Amérique Latine (+9,7%), Asie (+6,3%) et Afrique (+4,9%). Wuhan, une cinquième destination en Chine, exploitée trois fois par semaine en Boeing 777-200, ouvre le 11 avril. L’A380 desservira Shanghai trois fois par semaine et reviendra sur Tokyo au quotidien. A la baisse, l’Amérique du Nord (-6,5%), le Proche et Moyen-Orient (-17,5%), les Caraïbes et l’océan Indien (-2,2%). Seattle sera desservie par Delta tandis que Newark sera suspendue l’été et Orlando en septembre. En revanche, Los Angeles bénéficiera de l’Airbus A380 au quotidien, mais le nombre de fréquences hebdomadaires sera réduit de 20 à 15 à nombre de sièges comparables. Le service Dedicate quotidien en A319 sur Malabo et N’Djamena est abandonné au profit d’une desserte trois fois par semaine en A330. Sur le réseau moyen-courrier, la croissance de l’activité est stable (+0,2%) hors bases de province, et de +6,5% du fait de l’ouverture des bases Marseille, Toulouse et Nice. Au total, 23 nouvelles liaisons seront proposées au départ de ces trois villes:

    * A Marseille, des liaisons vers Barcelone, Berlin, Hambourg, Marrakech et Venise viennent compléter les 12 destinations déjà desservies depuis octobre 2011.

    * A Toulouse, 14 nouvelles destinations internationales sont proposées à partir du 1er avril 2012 : Athènes, Berlin, Casablanca, Hambourg, Istanbul, Malaga, Malte, Marrakech, Naples, Prague, Tunis, Séville, Venise et Vienne.

    * A Nice, 4 nouvelles destinations internationales sont proposées à partir du 3 avril 2012 : Athènes, Naples, Tel Aviv et Venise.

     

     

    Air France-KLM va s’allier à Etihad Airways

     

    Longtemps adversaire des compagnies du Golfe, Air France nouerait un partenariat avec celle d’Abu Dhabi.

     

    Après des années de guerre ouverte contre les compagnies du Golfe, Air France-KLM serait sur le point de s’allier avec l’une de ses anciennes ennemies. Selon nos informations, Etihad Airways, la compagnie nationale des Émirats arabes unis, serait entrée en négociation avec le groupe franco-néerlandais pour nouer des accords commerciaux. L’une et l’autre compagnies pourraient ainsi mettre en place un système de «partage de codes». Concrètement, Air France-KLM pourrait ainsi vendre des vols vers des destinations opérées par Etihad, basée à Abu Dhabi, et, en échange, Etihad commercialiserait des billets sur des lignes exploitées par Air France-KLM.

     

    Cette pratique, monnaie courante dans l’aérien, paraissait inimaginable entre les grands groupes européens tels qu’Air France-KLM, Lufthansa ou IAG (British Airways et Iberia) d’une part, et, d’autre part, les stars montantes du golfe Arabo-Persique que sont Emirates, la géante de Dubaï, Qatar Airways et Etihad Airways. Tout particu­lièrement chez Air France d’ailleurs, dont les dirigeants se sont montrés très virulents contre leurs nouvelles concurrentes.

    Emirates en ligne de mire

    Jean-Cyril Spinetta, PDG du groupe franco-néerlandais, déclarait en novembre 2010 dans nos colonnes: «Les compagnies du Golfe sont en train de tuer notre ­industrie.» Et Pierre-Henri Gourgeon, l’ancien directeur général, les a inlassablement accusées de concurrence déloyale arguant que leur réussite tenait aux subventions qu’elles percevaient de leurs gouvernements.

    Le changement de stratégie est donc radical. «Nous pensons qu’il faut désormais trouver des moyens de travailler ensemble plutôt que de s’affronter en permanence», confie un dirigeant de la compagnie tricolore. Signe qu’une page se tourne, le nouveau PDG d’Air France, Alexandre de Juniac, n’hésite plus à citer en exemple les compagnies du Golfe et les compagnies asiatiques pour la qualité de service à bord et surtout leurs classes premium, devenues «la» référence dans le monde entier. Travailler en partenariat avec Etihad permettrait surtout d’ouvrir une brèche dans le front apparemment uni des compagnies de Dubaï, du Qatar et des Émirats arabes unis. En effet, l’adversaire véritable s’appelle Emirates dont les commandes de gros-porteurs (90 A 380) vont aspirer des millions de passagers vers son «hub» de Dubaï. En s’alliant à Etihad, Air France-KLM enrichirait sa desserte du Moyen-Orient plus étoffée depuis Amsterdam que depuis Paris.

    Industrie et diplomatie

    De son côté, Etihad pourrait s’enorgueillir de ce nouveau partenaire qui s’ajouterait à sa liste. Contrairement à Emirates qui s’est hissé seul à la 7e place mondiale, la compagnie d’Abu Dhabi, propriété du gouvernement, a bâti son expansion internationale sur la signature d’accords bilatéraux avec des dizaines de compagnies aériennes dont Alitalia, partenaire d’Air France-KLM.

    Le choix d’Etihad serait aussi payant sur le plan industriel et diplomatique. C’est aux Emirats arabes unis que la France a installé sa base militaire dans le Golfe. C’est là aussi qu’une usine de pièces de fuselage, fournissant Airbus, a été ouverte grâce au fonds souverain Mubadala.

     

     

    la revue de presse n°28 des Administrateurs,

     

    sur le lien suivantfichier pdf Revue de presse des Administrateurs N°28 du 15 février 2012

     

     

     AIR FRANCE KLM

     

    15 FEVRIER 2012 – LES ECHOS – DROIT DE GREVE DANS L’aerien : LE SENAT BLOQUE – Page 1

     

    13 FEVRIER 2012 – REUTERS – L’ANCIEN PDG D’AIR France RENONCE A VOYAGER EN (TRES) LOW-COST – Page 2

     

    10 FEVRIER 2012 – LE FIGARO – AIR France S’ATTAQUE A SON EXCEPTION CORSE – Page 4

     

    10 FEVRIER 2012 – REUTERS – AIR France VA DENONCER TOUS LES ACCORDS D’entreprise – Page 6

     

    08 FEVRIER 2012 – AIR JOURNAL – DERNIER JOUR DE GREVE : ENTRE 25 ET 35 % DE VOLS ANNULES CHEZ AIR FRANCE – Page 8

     

    03 FEVRIER 2012 – AIR JOURNAL – AIR France : FIN DE SERVICE POUR LES A319 DEDICATE – Page 9

     

     

    COMPAGNIES AÉRIENNES

     

    14 FEVRIER 2012 – DEPLACEMENTS PRO – DELTA AIRLINES VA DISTRIBUER 264 MILLIONS DE DOLLARS A SES EMPLOYES – Page 10

     

    13 FEVRIER 2012 – DEPLACEMENTS PRO – IBERIA, LES PILOTES REFUSENT TOUJOURS LA CREATION DE LA LOW COST IBERIA EXPRESS – Page 11

     

    11 FEVRIER 2012 – AIR JOURNAL – LUFTHANSA VA SE DEMANTELER PARTIELLEMENT POUR ENSUITE SE RECONSTUIRE – Page 11

     

    09 FEVRIER 2012 – AIR JOURNAL – EASYJET, PREMIERE COMPAGNIE AU MONDE A TESTER LE ROULAGE ELECTRIQUE – Page 12

     

    07 FEVRIER 2012 – AIR JOURNAL – TRAFIC DE JANVIER : RYANAIR ET EASYJET EN BAISSE – Page 14

     

    02 FEVRIER 2012 – AIR JOURNAL – AMERICAN AIRLINES SUPPRIMERA 13 000 EMPLOIS – Page 15

     

     

    DIVERS

     

    14 FEVRIER – LES ECHOS – LA TAXE CARBONE EUROPEENNE CONTINUE D’ECHAUFFER LES ESPRITS EN ASIE – Page 16

     

    08 FEVRIER – LES ECHOS – L’AGENCE EUROPEENNE DE SECURITE VEUT FAIRE INSPECTER TOUS LES AIRBUS A380 – Page 18

     

    06 FEVRIER – REUTERS – PEKIN REFUSE LE système DE TAXES DU CO2 DANS L’aerien en europe – Page 19

     

    05 FEVRIER – AIRLINES BUSINESS – DELAMINATION PROMPTS BOEING TO INSPECT 787 FLEET – Page 20

     

     

    ACTION AF KLM

     

    11 FEVRIER 2012 – REUTERS – TABLEAU DE RECOMMANDATIONS ET DE PRÉVISIONS DES ANALYSTES SUR L’ACTION AIR FRANCE KLM – Page 23

     

     

    INFORMATIONS UTILES

     

    AIR FRANCE ACTIONNARIAT SALARIÉ ET ÉPARGNE SALARIALE – Page 24

     

     

     

     

     

     

     

     PPL DIARD : et maintenant ? 

     

    le tract complet sur ce lienfichier pdf 16 02 2012 PPL Diard et maintenant

     

    Après le mouvement de la semaine dernière et les non réponses apportées par le gouvernement lors de l’entrevue avec le Ministre des transports vendredi 10 février, il convenait de décider de la suite de nos actions.

    Une dernière tentative de jouer le calendrier a été tentée le week-end dernier :

    nos Conseils nous avaient suggéré d’utiliser un protocole d’accord du Sénat qui prévoit le renvoi à la négociation préalable avec les partenaires sociaux pour les sujets interprofessionnels touchant les relations du travail. Ce protocole concerne expressément cette proposition de loi.

    Nous avions immédiatement rédigé un courrier, signé en intersyndicale, pour la Présidente de la commission des affaires sociales et pour le Président du Sénat, en leur demandant de mettre en oeuvre sans délai, ce protocole.

    A l’appui, un communiqué de presse les mettait devant leurs responsabilités.

    Force est de constater que la volonté sénatoriale d’empêcher la création de cette loi n’est pas aussi forte qu’annoncée, puisque notre demande a été rejetée.

    C’était pourtant la seule voie qui restait pour retarder suffisamment le vote avant la fin de la session parlementaire.

    Après ce refus, et malgré le rejet en bloc de cette proposition de loi par le Sénat, le gouvernement a verrouillé le calendrier parlementaire et sa loi pourrait donc voir le jour avant la fin de la législature.

    A la demande du Burex, le mandat donné par nos adhérents lors du référendum (autorisation de recourir à une grève de plus de 96h) a été réexaminé par le Conseil National à la lumière d’une grève de quatre jours bien suivie :

    La mobilisation des pilotes a eu lieu principalement au sein de la compagnie Air France et plus faiblement ailleurs ;

    Le gouvernement maintient son calendrier et rien ne permet de penser qu’un nouveau mouvement social ferait changer le cours des choses ;

    L’opposition parlementaire n’a affiché qu’une réprobation de façade et ne peut plus nous aider à supprimer le préavis individuel de 48h avant le vote définitif de la loi ;

    Des avancées ont été obtenues à AF sur la stabilité des plannings en période de grève et sur une possibilité de protocole de méthode pouvant éviter de dénoncer les accords.

    Ces projets d’accords au sein de la compagnie Air France conduiront probablement à une forte démobilisation des pilotes d’Air France ;

    Le personnel navigant commercial et le personnel sol n’ont pas soutenu aussi massivement le mouvement pendant toute sa durée, malgré une grève dans le cadre d’une intersyndicale regroupant tous les salariés du transport aérien.

    Le Conseil National a donc voté une motion, à une très large majorité de 80 %, demandant la poursuite du combat contre cette proposition de loi sans recourir à nouveau à la grève.

    Il est évident que nous allons solliciter les parlementaires pour porter au plus vite une contestation devant le Conseil Constitutionnel. Nous avions d’ores et déjà anticipé cette action future en faisant préparer les arguments de ce recours par nos constitutionnalistes.

    Nous serons donc prêts dans les délais.

    Il nous reste à trouver les soixante parlementaires d’une des deux chambres qui porteront ce recours.

    Mais avant, nous devons montrer que tous les syndicats du transport aérien restent profondément opposés à cette proposition de loi.

    L’intersyndicale réunie une nouvelle fois le jeudi 16 février a décidé de ne pas déposer un nouveau préavis en pleine période de vacances scolaires, et ainsi d’éviter le piège tendu par le gouvernement pour justifier sa loi à la veille des élections nationales.

     

    L’intersyndicale a préféré organiser un rassemblement devant l’Assemblée Nationale à Paris, le 22 février à 13 heures, juste avant le vote en deuxième lecture par les députés.

     

     

    Pour que celui-ci regroupe le plus grand nombre de participants, chaque syndicat a convenu de se rapprocher de ses élus et surtout de ses adhérents afin de connaitre précisément le nombre de salariés qui seraient prêts à participer à ce rassemblement.

    C’est pourquoi nous vous demandons de vous porter volontaires et d’envoyer avant le dimanche 19 février à minuit,

    un mail de participation avec votre nom, prénom, fonction, votre adresse mail et votre Compagnie à l’adresse suivante :

     

    snpl@snpl.com .

     

    Nous confirmerons auprès de tous la concrétisation de ce rassemblement le lundi 20 février.

     

    Le Bureau Exécutif

     

     

     

     Le Sénat a rejeté la proposition de loi encadrant le droit de grève dans l’aérien .


     

    « PARIS – Le Sénat a rejeté mercredi par 175 voix contre 168 la proposition de loi UMP (PPL), soutenue par le gouvernement, encadrant le droit de grève dans l’aérien, texte vivement contesté par les syndicats du transport aériens et la gauche.

    La majorité PS, CRC (communiste), RDSE (à majorité radicaux de gauche) et Ecologiste a adopté une motion préalable équivalant à un rejet. La droite UMP et centriste (UCR) a voté contre.

    Déposée par un député de la Droite Populaire, Eric Diard, avant un mouvement d’agents de sûreté aéroportuaire, la PPL déjà adoptée le 25 janvier par l’Assemblée nationale vise à transposer dans l’aérien le dispositif existant notamment à la SNCF et la RATP.

    Gauche et droite se sont vivement affrontés dans l’hémicycle du Palais-Bourbon où les éclats de voix se multiplient à l’approche de la présidentielle.

    « Le secteur aérien est très conflictuel: 1.131 grèves ces trois dernières années, 63 jours l’an dernier. Cette situation n’est plus acceptable. La liberté des grévistes doit s’arrêter là ou commence celle des passagers », a martelé le ministre des Transports, Thierry Mariani.

    « Le ciel aérien est ouvert, faites, vous aussi, preuve d’un peu d’ouverture et laissez-vous emporter par l’intérêt des passagers, pas celui d’une minorité de salariés », a lancé Catherine Procaccia (UMP).

    « Les passagers sont la chair à canon des dysfonctionnements du dialogue social », s’est écrié Louis Nègre (UMP).

    « Vous n’avez pas le monopole de l’empathie avec les usagers coincés dans les aéroports. Ce sont toujours les grévistes qui sont responsables de tout, vous ne mettez jamais la responsabilité sur le patronat, pourtant le dialogue social se fait à deux », a répliqué Jean Desessard (Ecologistes).

    « Si les salariés ont des congés c’est à cause des grèves de 1936 et s’ils ne prennent pas l’avion c’est qu’ils n’ont pas d’argent, vous êtes les missi dominici du patronat » s’est emportée Nicole Borvo Cohen-Seat, présidente du groupe CRC (communiste).

    « Plus aucun secteur d’activité ne serait à l’abri de restrictions similaires à un droit fondamental : le droit de grève », a protesté Georges Labazée (PS).

    « L’objectif est de flatter une certaine opinion publique sans se soucier des conséquences sur des salariés dont la situation est souvent précaire », a fustigé le rapporteur Claude Jeannerot (PS).

    Ce texte impose au grévistes, sous peine de sanction, de se déclarer individuellement 48 heures avant chaque jour de grève et aux employeurs, de faire des prévisions de trafic au plus tard 24 heures avant la perturbation.

    Les salariés renonçant à participer à une grève ou décidant de reprendre leur service devront aussi, sous peine de sanctions disciplinaires, en informer leur employeur au plus tard 24 heures avant leur participation ou reprise prévue.

    Cette obligation d’informer l’employeur d’un changement d’avis s’appliquera aussi aux transports terrestres, modifiant ainsi l’emblématique loi d’août 2007, improprement appelée loi sur le « service minimum ».

    Les syndicats du transport aérien ont fait la semaine dernière 4 jours de grève exigeant le retrait d’un texte qui pour eux porte atteinte au droit de grève. Ils n’excluent pas d’autres mobilisations.

    La PPL étant inscrite en urgence à une Commission mixte paritaire (CMP, 7 sénateurs, 7 députés) va maintenant être convoquée avant un retour devant les deux chambres mais l’Assemblée aura le dernier mot.

     

     

    Extrait de commentaires

     

    M. Georges Labazée. – Ce texte de circonstance n’est pas la réforme structurelle qui serait nécessaire.

     

    Il s’agit ici du service garanti. Le transport aérien n’est plus une mission de service public. L’externalisation est passée par là, mettant à mal, comme ailleurs, ce que le public avait bâti. Les coûts cachés viennent annihiler les avantages économiques attendus. Le service est réduit à une simple prestation. L’externalisation n’est pourtant pas le seul moyen pour réduire les coûts de fonctionnement.

     

    Cette proposition de loi veut appliquer les règles du service public -le fameux service minimum- aux entreprises de transport aérien. Impasse constitutionnelle… On invoque donc la sauvegarde de l’ordre public. C’est un grave précédent : quel secteur sera à l’abri des restrictions apportées au droit de grève ?

     

    Le droit de grève est fondamental, et constitutionnellement protégé. Les personnels navigants ont déjà vu ce droit restreint, malgré un avis de la Cour de cassation. Et vous durcissez encore les restrictions ! Les dirigeants des entreprises pourront remplacer les grévistes par des non-grévistes : la négociation en sera pervertie, la prévention des conflits, annihilée. Ce dispositif réduit le champ des compromis, et dégradera le climat social, au risque de voir les conflits se multiplier ! On oblige une grève débutée à perdurer ! Quelle démagogie ! (Applaudissements à gauche)

     

     

    De là-haut la France est toute petite.

     

    sur le lien suivant

     

     

    http://afvueduncockpit.blogspot.com/?m=0

     

    Air France est sous les projecteurs. Encore une grève ! En plus c’est la crise, les résultats sont très mauvais.

    Les pilotes sont irresponsables. Ces privilégiés prennent les passagers en otage, ils vont faire couler la boite. Comme les dockers à Marseille ou les syndicalistes de SeaFrance.

    …/.

     …/.

    Je suis pilote. Et maintenant commandant de bord, je vieillis, comme la reine d’Angleterre.

    J’aime mon boulot. Pas original, je sais. Je n’ai jamais vu un collègue arrêter ce métier pour un autre. Sauf……

     

     

     

     

    A LA MI-TEMPS DE LA RESTRICTION DU DROIT DE GREVE

     

     

    Après une forte mobilisation de tous les métiers du transport aérien, le Ministre des transports a réuni pour la première fois les organisations professionnelles représentatives de l’intersyndicale afin « d’évoquer la loi relative à l’information des passagers » !

    Cette courte réunion, en aucun cas une concertation ou une négociation, n’a pas permis de découvrir la moindre proposition ou ouverture en provenance du Gouvernement : une véritable provocation après quatre jours de conflit !

    L’inutilité de cette loi vient d’être démontrée : sans déclaration individuelle, avec des grévistes dans toutes les entreprises qui concourent au transport aérien, avec une information honnête des compagnies auprès de leurs passagers, aucun trouble à l’ordre public n’a été constaté, aucun passager en errance dans les aérogares !

    A coup de communications mensongères – le Ministre parlant aujourd’hui encore de « passagers pris en otage et de passagers dormant dans les aérogares » – mais aussi avec de mauvaises comparaisons avec le transport terrestre, le Gouvernement cherche à convaincre les français de la nécessité de tordre ce droit constitutionnel de faire grève.

    Notre combat contre cette loi n’est pas terminé. Nous poursuivons nos actions parlementaires, juridiques et sociales.

     

    Le calendrier parlementaire dictera la forme et la durée de nos actes futurs.

     

    En tout état de cause, nous attendons maintenant que les sénateurs ne se saisissent de la proposition de loi qu’après une véritable négociation entre les partenaires sociaux. C’est la demande que nous avons formulée au Gouvernement.

    Le SNPL F ALPA a toujours utilisé le droit de grève avec parcimonie, privilégié de longues négociations et, dans 90 % des situations, réussi à trouver une issue favorable, évitant ainsi les conflits.

    L’enjeu aujourd’hui est tel que notre organisation syndicale a la responsabilité de défendre le droit de grève de tous les pilotes, salariés qui n’ont pas la chance d’avoir un employeur public, et surtout ceux qui appartiennent aux plus petites compagnies françaises.

    A ce titre, nous tenons à remercier tous les pilotes des compagnies qui ont soutenu ce mouvement dans un contexte économique très difficile.

    Restez mobilisés derrière nous, le match n’est pas terminé.

    Le Bureau Exécutif

     

     

     

     GRÈVE NATIONALE

     

     

    LE SNPL France ALPA suspend son mouvement de grève

     

    à partir du jeudi 9 février à 23h59 (heure locale Paris)

     

    le tract sur le lien suivant

    fichier pdf 09 02 2012 suspension du conflit

     

    Chères adhérentes, chers adhérents,chers collègues,

     

     

    La mobilisation des pilotes depuis quatre jours est massive.

    L’ensemble de notre population montre sa capacité à réagir avec force lorsque les enjeux sont importants.

    Cette mobilisation aura permis, dans un premier temps, et à la veille d’évolutions majeures dans le transport aérien français, de rééquilibrer le rapport de force dans le dialogue social.

     

    Un rendez-vous au ministère des transports est prévu vendredi matin.

    Devant votre mobilisation, le gouvernement ne peut rester sourd plus longtemps à nos demandes.

     

    Une chance est maintenant donnée au dialogue, il est nécessaire de la saisir avant de s’engager plus loin dans un conflit qui inévitablement impacterait les vacances scolaires.

     

    Face à ce constat, le SNPL France ALPA décide de suspendre son mouvement de grève à partir du jeudi 9 février à 23h59 (heure locale Paris).

     

    Pour autant, conformément au mandat accordé par le Conseil national, ce mouvement peut reprendre à tout moment.

    Concernant la proposition de loi Diard, notre revendication reste la suppression du préavis individuel de 48 heures.

    Plus que jamais, le gouvernement porte une responsabilité écrasante dans la situation actuelle.

    Reportez vous aux consignes de grève pour la reprise du travail (disponibles sur le site du SNPL : www.snpl.com).

     

    Le Bureau Exécutif

     

    consignes de sortie de grève sur le lien suivant :

    fichier pdf Consignes de grève février 2012 final

     

     

    APRES LA GREVE

    Respecter les heures de présentation pour assurer les vols hors tranches horaires de la grève.

    Chaque pilote ayant suivi la grève doit se mettre à la disposition de l’entreprise à sa base d’affectation.

     

    QUE SIGNIFIE SE METTRE A LA DISPOSITION DE L’ENTREPRISE ?

     

    A l’heure de la fin de la grève (et pas avant), vous lui faites connaître votre disponibilité par tous les moyens possibles (téléphone, fax, télégramme..).

    Vous n’avez pas à vous mettre à la disposition de l’entreprise si votre planning initial vous positionnait en jour OFF ou en congé à l’issue de la grève.

     

     

     

     

    Mercredi 8 Février

     

     

    Chères adhérentes, chers adhérents,chers collègues,

     

    Le 3ème jour de notre conflit s’achève.

    La mobilisation reste massive avec encore plus de 50% des vols annulés.

    En dépit de l’intransigeance affichée par le gouvernement, stigmatisant des pilotes irresponsables, et de son refus de nous rencontrer pendant la grève, un rendez-vous est prévu vendredi matin.

    Il est indispensable de montrer notre détermination jusqu’à la dernière heure.

    La poursuite de notre action forte et cohérente renforcera notre capacité de négociation lors de cette entrevue avec le gouvernement

    Par ailleurs, dans certaines compagnies, des discussions intenses se poursuivent, sans concrétisation à cette heure.

    Plus que jamais: continuez à soutenir le mouvement, restez mobilisés !

    Le SNPL France ALPA.

     

     

    Troisième jour de la mobilisation

     

    Concernant Régional à 16 Heures : 36 Vols sur 300 avaient été annulés.

    Pour rappel :

    Mardi 7 février : 38 vols annulés.

    Lundi 6 février : 59 vols annulés .

     

    Concernant Air France ce matin:

    50% Des vols Moyen-Courrier annulés ou affrétés

    42% Des vols Long-Courrier annulés ou affrétés

     

    COMMUNIQUE DE PRESSE des syndicats

    CGT , UNSA , CDFT , SNPNC , UNAC ,FO et SNPL

    sur le lien suivant fichier pdf Communiqué de presse Intersyndicale greve_8fev12

     

    Les organisations syndicales représentatives du transport aérien réunies ce jour

    en intersyndicale se félicitent de la forte mobilisation en ce deuxième jour de

    grève contre la proposition de Loi du député Diard.

    Elles constatent que malgré des taux d’annulation de vols supérieurs à 50 %, le

    calme règne dans les aérogares et qu’aucun trouble à l’ordre public n’est constaté.

    Preuve est faite que cette Loi est absolument inutile et que les salariés du

    transport aérien n’ont aucun besoin de se déclarer individuellement grévistes

    48H avant un mouvement pour que l’information aux passagers soit faite.

    En conséquence, l’intersyndicale réaffirme sa farouche opposition à cette

    proposition de loi et demande aux Sénateurs de rejeter en bloc ce texte lors de

    son examen en séance publique le 15 février.

     

     

    Mardi 7 Février

    Chères adhérentes, chers adhérents,chers collègues ,

     

     

    La mobilisation est toujours aussi forte. Les pilotes prouvent leur détermination à se défendre face aux attaques subies de toutes parts.

     

    Nos demandes d’amendements législatifs se poursuivent auprès du gouvernement.

     

    Dans certaines compagnies, la direction commence à tendre l’oreille à nos revendications.

    Nos objectifs sont clairs et répondent aux attentes des pilotes, tant sur le droit de grève que sur les attaques du contrat social.

     

    Mais, à ce jour, malgré quelques annonces volontairement ambigües et démobilisatrices, aucune proposition concrète n’a été faite à vos représentants.

     

    Il est donc fondamental que notre corporation maintienne une forte pression ces deux prochains jours afin d’aboutir rapidement à des résultats.

     

    Nous œuvrons en ce sens. Votre soutien est crucial. Tout dépend de vous.

     

     

     

     

     

    http://www.air-journal.fr/2012-02-07-greve-dans-laerien-un-mardi-plus-difficile-543912.html

     

    Mardi 7 Fevrier

     

    LA TRÈS FORTE MOBILISATION CONTINUE !

     

    Les chiffres de la grève à Régional.

     

    Lundi une trentaine de vols ont été annulés et beaucoup d’équipages ont

    été recomposés à la dernière minute afin d’assurer les vols (un CDB

    non gréviste a vu son OPL changer 4 fois en 1 heure).

     

    Aujourd’hui une vingtaine de vols annulés, les prévisions pour demain et

    jeudi sont sensiblement les mêmes.

     

    Vols annulés mardi 7 février 2012 :

     

    AF5582 LYON/STUTTGART

    AF5583 STUTTGART/LYON

    AF5576 PARIS CDG/VIGO

    AF5577 VIGO/PARIS CDG

    AF5354 STRASBOURG/LILLE

    AF5355 LILLE/STRASBOURG

    AF5466 STRASBOURG/MARSEILLE

    AF5467 MARSEILLE/STRASBOURG

    AF3291 MILAN/LYON

    AF3212 LYON/CLERMONT-FD

     

    En plus de ces vols nous savons que le CDG /Bale Mulhouse/CDG a été annulé ; il y en aura certainement d’autres ce soir au vue de quelques appels téléphoniques de PNT qui seront grévistes à chaud ce soir et demain.

     

    Concernant Air France

    50% des vols Moyen-Courrier annulés

    45% des vols Long-Courrier annulés

     

    Ces chiffres ont été atteints avec un taux de grévistes de 55%,

     

    la mobilisation augmente !

     

    http://www.air-journal.fr/2012-02-07-greve-dans-laerien-un-mardi-plus-difficile-543912.html

     

     

    Article des Echocs

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-transport/actu/0201884153761-la-greve-a-air-france-risque-d-entrainer-des-perturbations-de-plus-en-plus-importantes-285186.php

     

     

    La grève à Air France risque d’entraîner des perturbations de plus en plus importantes

    Si les perturbations sont restées globalement limitées lundi, au premier jour du conflit, la forte mobilisation des pilotes constatée pourrait avoir des conséquences plus importantes sur le programme de vols dès mardi et aller crescendo jusqu’à jeudi inclus.

     

    Le premier des quatre jours de grève contre la limitation du droit de grève dans les transport aériens a semble-t-il plutôt tourné à l’avantage des syndicats. Malgré les efforts de la direction d’Air France pour en minimiser l’impact, le nombre de grévistes et son corollaire, le nombre de vols annulés, se sont avérés plus importants que prévu chez Air France. Et si les perturbations sont restées relativement limitées lundi, elles devraient gagner en ampleur mardi et aller crescendo jusqu’à jeudi inclus.

    Le bilan officiel dressé par la Direction générale de l’Aviation civile (DGAC) semble pourtant aller dans le sens de la direction d’Air France, qui se faisait fort d’assurer 80 % de ses vols moyen-courriers et 85 % des long-courriers. Selon la DGAC, la compagnie a annulé lundi 105 vols moyen-courriers et 31 long-courriers, soit respectivement 33 % et 12 % de son programme. Mais le pourcentage d’annulations avoisinait les 50 % sur bon nombre de lignes domestiques. Sur Paris-Marseille, 14 des 25 vols prévus auraient ainsi été supprimés, dont 12 des 15 vols programmés au départ de la nouvelle base de Marseille, qui fait pourtant figure de vitrine de la transformation sociale chez Air France.

    Même situation à Nantes, Montpellier, Biarritz, Lyon, Toulouse, où 50 % des vols de la compagnie auraient été annulés préventivement ou en dernière minute, faute de personnels navigants. Sur le secteur long-courriers, généralement le plus protégé, 4 vols d’Air France pour Rio, Montréal, Washington et Atlanta, sur la vingtaine de départs ont également été annulés « à chaud » lundi matin.

    Le SNPL satisfait de la mobilisation

    De quoi donner plutôt raison au SNPL, qui saluait une « très forte mobilisation » des pilotes. Selon le SNPL, il y aurait eu lundi « entre 50 % et 60 % de grévistes » chez Air France (55 % en long-courriers et 62 % à Roissy-CDG) parmi les pilotes programmés et la mobilisation devrait aller en s’accroissant mardi, ainsi que mercredi et jeudi. « Comme nous avions déposé notre préavis, il y a plus d’un mois, la direction d’Air France a eu le temps de s’organiser pour faire partir le plus de vols possibles, en faisant appel aux cadres et aux non grévistes, explique un responsable syndical. Ils ont gardé en réserve les bons petits soldats, tandis que les pilotes connus pour faire grève étaient programmés sur les vols d’avant et d’après la grève.

    La moitié des vols long-courriers de lundi étaient ainsi assurés par des cadres. Mais pour les jours suivants, ils auront de moins en moins de navigants disponibles et ils devront abattre beaucoup plus de vols » , affirme-t-il. Autre artifice, dénoncé cette fois par les syndicats d’hôtesses et stewards (les PNC) : les vols en équipage réduit, avec moins de passagers à bord. « La loi oblige à avoir au minium 1 PNC à bord pour 50 passagers, explique un syndicaliste. Au lieu de faire partir un A320 avec 179 passagers et 4 PNC, vous n’emportez que 150 passagers avec 3 PNC. »

    Outre le rejet de la proposition de loi visant à imposer aux salariés du transport aérien un préavis individuel de 48 heures, cette forte mobilisation des navigants d’Air France peut s’expliquer par les inquiétudes suscitées par le plan de restructuration. Des inquiétudes que son PDG, Alexandre de Juniac, s’est efforcé d’apaiser lundi en allant à la rencontre d’un piquet de grève à Roissy. De source interne, des garanties pourraient être données aux syndicats dans les prochains jours, concernant la remise en cause des statuts. Par ailleurs, la proposition de loi du député Diard pourrait également être légèrement modifiée, avec la suppression d’une disposition visant à empêcher les salariés s’étant déclarés grévistes de changer d’avis à la dernière minute.

     

     

     

     

    Le mouvement de grève nationale du SNPL est lancé

     

    Télécharger le tract sur le lien suivant :

    LA GRÈVE EST UN SUCCÈS, MAINTENONS LA PRESSION

    fichier pdf 06022012 la grève est un succès

     

    La première journée de grève nationale des pilotes de ligne n’est pas encore achevée, mais il est d’ores et déjà possible de tirer les premiers bilans de nos actions.

    La mobilisation est forte, et l’impact sur les programmes de vol des compagnies certain.

    Délibérément, les entreprises ont communiqué sur de faibles perturbations afin :

    _ d’une part, de décourager les pilotes de s’impliquer dans ce conflit ;

    _ d’autre part, de justifier la nécessité d’une loi encadrant le droit de grève,

    alors que la brutalité des attaques ne pouvait que conduire à un conflit dur.

    Cette communication relève de la désinformation des clients des compagnies aérienne.

    Le mouvement touche nombre de compagnies et les oblige à abattre le programme

    des vols, tant dans les compagnies du groupe AF que dans les transnationales et les

    indépendantes.

     

    Nombre de vols sont gréés par des cadres-PNT qui oublient un peu vite que leur

    statut social vient du fait qu’ils sont d’abord pilotes avant d’être des cadres-sol.

     

    L’extrême mobilisation des pilotes montre combien ils sont déterminés à ne pas se

    faire laminer. Ils ont compris la gravité de la proposition de loi Diard, dans le contexte

    de dénonciations d’accords, de plans sociaux, et de remises en cause du contrat

    social pilote dans de nombreuses compagnies.

     

    A cette heure, nous n’avons reçu aucune proposition concrète du gouvernement. La

    poursuite de notre action est plus que jamais impérative.

     

    Ne nous y trompons pas : face à la volonté du gouvernement et des entreprises de

    museler les pilotes de ligne, nous nous devons de parler d’une seule voix.

     

    Continuez à vous mobiliser massivement.

     

    L’enjeu est fondamental.

     

    Le bureau Exécutif

     

     

     

    Chez Régional, aujourd’hui une trentaine de vols annulés.

     

    Demain plus d’une dizaine de vols sont déjà annulés en préventif.

     

    Coté Air France :

     

    LA TRÈS FORTE MOBILISATION CONTINUE !

    Nous avons pu comptabiliser :

    A 19 Heures .

     

    53% Des vols Moyen-Courrier annulés

    22% Des vols Long-Courrier annulés

     

    Ces chiffres ont été atteints avec un taux de grévistes de 73% et le réservoir des cadres est épuisé.

     

    A 12 heures, la mobilisation est très forte, et l’impact important sur la réalisation des vols.

     

    A CDG, sur moyen-courrier :

    40 vols annulés sur 75, aussi bien à chaud, qu’anticipés.

    62% des pilotes programmés sont grévistes.

     

    Sur long-courrier :

    Sur les 20 premiers vols, 4 annulés à chaud ou anticipés.

    55% des pilotes programmés sont grévistes.

     

    Orly :

    La navette (MRS,TLS,NCE,BOD), activité jusqu’à 11h: 10 vols annulés sur 21 programmés, 2 incertains car retardés.

     

    Base Marseille :

    12 vols annulés sur 15 programmés.

     

    CONTINUONS LA MOBILISATION !

     

     

     

     

     

    Tract-intersyndicale-Droit-de-greve-logos.pdf

     

     

    dernières news 2 GREVE-LOGO-2

     

     

     

     

    Vous trouverez ci-joint le tract du SNPL Bureau Régional publié ce jour :fichier pdf 03 02 2012 droit de grève

     

    Comme vous le savez, le gouvernement a décidé de faire adopter une loi destinée à restreindre considérablement notre droit de grève en obligeant les PN à se déclarer grévistes 48 heures avant un mouvement.

    Personne n’est dupe du fait que cette loi, poussée par la direction d’Air France est d’abord destinée à affaiblir le SNPL AF, fort de ses 72 % de représentativité, et faciliter ainsi l’inévitable restructuration du court et moyen courrier du Groupe.

    Chez Régional, et probablement dans d’autres filiales, ce projet de loi est regardé d’un oeil distrait par la plupart des PN. Certains allant même jusqu’à considérer que les pilotes d’AF, et surtout le SNPL AF, auront ce qu’ils méritent !

    Bien que raisonner de la sorte puisse sembler plaisant à quelques-uns, c’est oublier que les premières victimes de cette loi seront les salariés des petites compagnies, qu’elles soient dans le Groupe ou hors du Groupe Air France.

    Nous vous rappelons que quatre syndicats PNT, PNC et SOL représentant plus de 70 % de tous les salariés de Régional ont déposé un préavis de grève SANS DATE. Il vise clairement la direction d’AF et certains de ses syndicats qui ont, par le passé, signé des accords impactant notre entreprise et ce, sans concertation.

    Il est donc facile de comprendre que les pilotes les plus pénalisés par cette loi dans le Groupe AF ne seront pas les pilotes d’AF car ils sont très nombreux, unis et organisés mais les pilotes des filiales car nous sommes répartis dans quatre compagnies et syndicalement divisés.

    Avec la restructuration du CMC d’AF qui se profile, ceux qui auront le plus à perdre, ce ne sont pas les pilotes d’AF mais bien NOUS, les pilotes des filiales !

    Alors, même si ce projet de loi scélérate vise entre autres le SNPL AF nous en serons les premières victimes collatérales si cette loi est votée en l’état !

    En suivant massivement le mot d’ordre de grève nationale du 6 au 9 février, nous participerons au rejet de ce projet de loi. Nous préserverons ainsi notre capacité à nous mobiliser et à nous opposer à l’hégémonie d’Air France.

    Le Bureau Régional

     

     

     

     

     

    Vous trouverez ci-joint le tract du SNPL National publié ce jour :

    fichier pdf Grève du 6 au 9 Février

     

    Depuis l’arrivée de la proposition de la loi Diard, les intentions du gouvernement et des entreprises sont claires : supprimer les moyens de défense des personnels du transport aérien.

    Le contexte est pourtant alarmant, c’est tout l’environnement social qui se dégrade : dénonciations d’accords déjà annoncées ici ou là, plans sociaux, conditions de travail et règles d’utilisations systématiquement revues à la baisse …

    Depuis le début, nous mettons tout en oeuvre pour que cette loi ne voit pas le jour.

    Dans le projet de destruction du dialogue social, voilà la première étape. Les suivantes ne sont pas difficiles à anticiper.

    Depuis mi-décembre, nous nous sommes montrés ouverts au dialogue et à la concertation. Il faut se rendre à l’évidence, les pourparlers menés auprès de nos interlocuteurs n’ont abouti qu’à un refus de toutes nos demandes.

    Face à ce constat, le Conseil National a unanimement confirmé ce vendredi son appel à la grève de tous les pilotes de ligne du 6 au 9 février. Il a également prévu que ce mouvement soit reconductible.

    Dans le contexte actuel, le SNPL F ALPA vous demande de participer massivement à la grève pour l’avenir de la profession.

    Plus que jamais, la mobilisation de tous les pilotes est nécessaire.

    Le Bureau Exécutif

     

     

     

    Vous trouverez ci-joint les : CONSIGNES DE GRÈVE

    fichier pdf Consignes de grève février 2012

     

     

    du 6 février 2012 00H01, heure locale Paris

     

    au 9 février 2012 23H59, heure locale Paris

     

    La grève est un droit constitutionnel : l’exercice du droit de grève et les actes commis pendant la grève ne peuvent donner lieu à aucune sanction disciplinaire.

    Un salarié n’est pas obligé d’appartenir à un syndicat pour suivre une consigne de grève (l’appartenance à un syndicat est strictement anonyme). Tous les PNT – syndiqués ou non – sont couverts par ces consignes de grève.

    IL N’Y AUCUNE OBLIGATION DE SE DECLARER GREVISTE.

    LA DECLARATION PREALABLE DE 48 HEURES NE S’APPLIQUE PAS.

     

    CHAMP D’APPLICATION

     

    - Tous vols commerciaux réguliers (affrètements, charters, poste, cargo) ou techniques dont l’heure de départ bloc programmée se situe dans la période considérée,

     

    - Toutes MEP par voie aérienne ou terrestre dans la période considérée,

     

    - Vols d’instruction, d’entraînement et de contrôle,

     

    - Pas de grève en escale, sauf si l’escale est une des bases d’affectation de votre compagnie.

     

    ACTIVITES AUTORISEES

     

    - Vols humanitaires,

    - Vols requis par le Ministère des transports ou de la Défense nationale, après accord syndical,

    - Visite médicale – renouvellement licence – (CEMPN/CEMA),

    - Simulateur.

     

    RESPECTEZ LES CONSIGNES SUIVANTES AVANT LA GREVE

     

    L’employeur vous demandera probablement si vous faites grève. Ne répondez pas à cette sollicitation. Ne signez aucun document écrit.

     

    De par la loi applicable lors de ce conflit, vos intentions réelles n’ont à être connues de personne : vous n’avez pas à les déclarer au planning ou à l’encadrement, quelle que soit leur insistance.

     

    Vous n’avez aucune obligation de vous déclarer gréviste 48 heures à l’avance.

    Vérifiez la veille de la grève que vous n’avez pas été déprogrammé. Si tel est le cas, imprimez ou conservez votre planning modifié pour éviter tout litige ultérieur.

    PENDANT LA GREVE

     

    Ne répondez pas au téléphone, ni aux télégrammes, ni à quelque sollicitation que ce soit de la part de votre employeur ou des médias.

    Ne confirmez, ni infirmez aucun courrier quelle qu’en soit la date (toute confirmation préalable est annulée par l’ordre de grève).

    La grève suspend le contrat de travail mais ne le rompt pas. Ce qui implique : pas de présence dans les locaux, aucun contact avec la compagnie, et vous êtes dégagé de toute obligation envers la compagnie.

    COMMENT FAIT-ON LA GREVE ?

    Vous devez arrêter totalement de travailler

    Il était prévu que vous partiez en rotation durant la grève :

    Vous ne venez pas travailler tout simplement.

    Vous vous présentez à l’horaire habituel et vous décidez d’être gréviste (mais attention aux pressions).

    Vous êtes déjà en rotation :

     

    Poursuivez votre rotation jusqu’au retour à l’une des bases d’affectation de la compagnie. (un tableau est annexé avec la liste des bases d’affectation compagnie par compagnie, vous pouvez décider

    de faire grève sur l’une des bases d’affectation de votre compagnie peu importe qu’il ne s’agisse pas de votre base d’affectation).

    Tout PNT, hors repos légaux ou conventionnels (congés, maladie, repos périodique ou post courrier), doit rester disponible pour reprendre le travail :

     

    − avant la fin de la grève, si celle-ci est interrompue,

    − pour assurer un courrier humanitaire autorisé par les syndicats.

    CAS PARTICULIERS :

    Vous êtes en congé avant la grève : Vous n’avez rien à faire.

    Vous êtes en congés pendant la grève : Vous devez signalez à la compagnie que vous n’êtes plus gréviste mais en congés.

    Vous étiez malade avant le déclenchement de la grève :Vous n’êtes pas considéré comme un salarié gréviste.

    Vous tombez malade pendant la grève : Vous ne percevez pas les allocations complémentaires pendant la grève. Vous restez un salarié gréviste.

    APRES LA GREVE

    Respecter les heures de présentation pour assurer les vols hors tranches horaires de la grève.

    Chaque pilote ayant suivi la grève doit se mettre à la disposition de l’entreprise à sa base d’affectation.

     

    QUE SIGNIFIE SE METTRE A LA DISPOSITION DE L’ENTREPRISE ?

    A l’heure de la fin de la grève (et pas avant), vous lui faites connaître votre disponibilité par tous les moyens possibles (téléphone, fax, télégramme..).

    Vous n’avez pas à vous mettre à la disposition de l’entreprise si votre planning initial vous positionnait en jour OFF ou en congé à l’issue de la grève.

    TRES IMPORTANT

    Cette grève n’est pas un temps de repos sur votre planning mais bien un moyen de défendre vosintérêts. Des réunions seront organisées et des actions médiatiques seront entreprises. Nous vous

    demandons de garder ces jours disponibles afin de vous rendre éventuellement en uniforme sur des lieux que nous vous préciserons ultérieurement.

    Toute interview devra être refusée aux médias. Dirigez ceux-ci vers les bureaux syndicaux qui doivent conserver l’exclusivité de l’information de la presse et du public.

    La grève pouvant être levée, assurez-vous auprès de notre syndicat avant de participer à la grève.

     

    Téléphone : 01.49.89.24.00

    Répondeur : 01.49.89.24.46 (informations 24h/24)

    Site : www. snpl.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Chères adhérentes, chers adhérents,

     

    Le SNPL France ALPA vous a interrogés par référendum sur l’opportunité d’un mouvement de grève supérieur à 96 heures, afin de s’opposer à toute restriction de l’exercice du droit de grève des pilotes de ligne.

    A l’heure où le gouvernement ne dissimule plus ses intentions de passer en force sur ce texte, où l’Assemblée Nationale en durcit les termes lors de son examen en première lecture, où les risques pour notre corporation n’ont jamais été à ce point avérés, les résultats de cette consultation sont sans appel.

    A 73,5 %, vous avez apporté votre soutien à la stratégie du syndicat d’une opposition franche et massive à ce texte.

    A 73,5 %, vous avez réaffirmé que la tentative de légiférer à la hussarde, sans concertation ni dialogue, ne pouvait être tolérée.

    Le Conseil National du 3 Février décidera de la réponse des pilotes de ligne.

    Nous tenons à vous remercier pour votre engagement. Vous pouvez continuer à compter sur le nôtre.

    Le SNPL France ALPA.

     

     

    Prochaine réunion DP le jeudi 9 Février 2012. Si vous avez des questions, remarques, envoyez-nous un mail à snplregional@gmail.com avant le dimanche 5 Février 2012.

     

    Jeudi 2 Fevrier 2012

     

    Air France demande une baisse du coût du travail au futur chef de l’Etat

     

    L’article complet sur le lien ci dessous.

     

    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/20120201trib000681563/air-france-demande-une-baisse-du-cout-du-travail-au-futur-chef-de-l-etat.html

     

    Extrait …/.

    Un courrier avec dix propositions. C’est ce que va envoyer prochainement aux candidats à l’élection présidentielle, la fédération nationale de l’aviation marchande (Fnam), le principal syndicat professionnel du secteur, dont Air France est l’acteur prédominant. L’objectif « est de trouver les réformes permettant au pavillon français de rester en première division » a indiqué ce mercredi Marc Lamidey, à la fois PDG de Brit Air, l’une des filiales régionales d’Air France, et président de la Commission développement durable de la Fnam, lors d’un colloque sur le bilan des quatre années d’engagements du secteur dans le cadre du Grenelle de l’environnement.

    Selon Olivier Layec, délégué général de la Fnam, la part des compagnies aériennes tricolores dans le transport aérien français (trafic intérieur et trafic entre la France et l’étranger) a fondu de 11 points en dix ans, à 48 %. Ces dix propositions se regroupent autour de trois thèmes : restaurer la compétitivité du transport aérien français ; faire de la France la principale porte d’entrée en Europe des voyageurs étrangers ; et faire du développement durable une arme de compétitivité.

    Décriée depuis des lustres par les acteurs français, Air France en particulier, la question de la compétitivité française est au cœur des priorités.

    « Le transport aérien est un secteur fragile et fortement ouvert à la concurrence, a expliqué Marc Lamidey. Certains de nos concurrents n’ont pas les mêmes contraintes que celles qui pèsent sur le transport aérien français ». Sur ce point Air France a toujours pointé du doigt les compagnies du Golfe, d’Asie ou du Turquie, mais aussi, en Europe, les transporteurs allemands et britanniques et irlandais.

    La Fnam demande ainsi une baisse des coûts du travail et, parmi toutes les requêtes, souhaite une réflexion sur le montant de la taxe d’aéroport et les coûts de sûreté.

    Par ailleurs, Air France, en grande difficulté, a convoqué un comité central d’entreprise le 10 février pour débuter la renégociation des accords d’entreprise du personnel afin d’augmenter la productivité des personnels.

     

     

    La vérité sur… le coût des navigants d’Air France

     

    L’article complet sur le lien ci dessous.

     

    http://www.challenges.fr/entreprise/20120202.CHA0692/la-verite-sur-le-cout-des-hotesses-et-des-pilotes-d-air-france.html

     

    http://www.challenges.fr/magazine/20120202.CHA0692/la-verite-sur-le-cout-des-navigants-d-air-france.html

     

    Nous avons les navigants les plus chers du monde, qui travaillent le moins du monde, et qui sont le plus nombreux du monde.

    Le dirigeant d’Air France qui a lâché cette phrase lapidaire s’avoue vaincu.

    Son dîner en tête à tête avec un ministre, qui devait être discret et informel, vient de se transformer en psychodrame, en présence de la presse. Oui, reconnaît le patron, la dernière grève des hôtesses contre le passage de 4 à 3 hôtesses dans les A 319 – un tiers de la flotte moyen-courrier – est exaspérante. Non, cette grève n’a pas été suivie, d’autant moins qu’une partie des revendications des syndicats avait été acceptée. Oui, les A 319 continuent de voler avec quatre hôtesses. Oui, la direction d’Air France se rend compte que ces grèves à répétition rendent fous les passagers. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle souhaite une nouvelle loi ; et c’est pour cela que le syndicat majoritaire des pilotes, le SNPL, a déposé un préavis de grève, du 6 au 9 février. Au début des vacances d’hiver…

    Le va-tout de Transform 2015

    Air France n’est pourtant plus en état de s’offrir le luxe de conflits sociaux. Début janvier, Alexandre de Juniac, le nouveau directeur général de la compagnie, n’a pas caché la vérité à ses troupes.

    Lors d’un conseil d’administration suivi, le lendemain, d’un comité central d’entreprise, puis, le jour suivant d’une conférence retransmise en direct aux salariés, il a présenté le plan Transform 2015.

    Première étape: gel des salaires, gel des embauches, et une mesure symbolique, la suppression d’une partie des billets à tarif réduit pour le personnel.

    Deuxième étape: après une réflexion qui aboutira fort opportunément juste après l’élection présidentielle, la dénonciation de tous les accords sociaux régissant le travail du personnel. Une refondation sociale à hauts risques. Lors du CCE, les syndicalistes se sont regardés, muets. Un cadre supérieur a demandé, très inquiet, si l’Etat ne pouvait pas venir à la rescousse. Réponse de l’ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde:(Alexandre de Juniac) « J’étais assis sur la caisse de l’Etat. Elle est vide. »

    Le nouveau patron sait qu’il joue sa peau et pas seulement celle de la compagnie.

    Un administrateur décode: « Nous lui avons dit: «Il faut que tu montes sur la table, sinon Air France sera dans un tel état que nous irons chercher à l’extérieur un successeur quand le mandat de Spinetta à la tête d’Air France-KLM s’achèvera» »

    En 2011, les pertes d’exploitation d’Air France ont dépassé les 500 millions d’euros, concentrées sur le court et le moyen-courrier (700 millions de déficit, selon les informations données aux syndicats).

    Et le principal facteur sur lequel le transporteur puisse jouer, c’est celui de ses navigants: selon des calculs internes gardés confidentiels, leur coût au siège kilomètre offert est 35 % plus élevé que celui de Lufthansa. Et 53 % plus lourd que celui d’easyJet!

    L’excuse des charges sociales

    La direction d’Air France a longtemps rendu les charges sociales seules responsables de tous ses maux – de fait, elles sont de 10 à 13 % supérieures à celles de Lufthansa.

    « Nous taxons l’emploi en France, se défendait le patron, Pierre-Henri Gourgeon, avant d’être débarqué à l’automne dernier. Si Air France était allemande, elle paierait 500 millions de moins. » Mais les charges sociales n’expliquent que le tiers du fossé entre les coûts allemands (24 % du chiffre d’affaires en dépenses de personnel) et les coûts français (31 %). En réalité, c’est 1 milliard d’euros qui a été abandonné à la toute-puissance des syndicats français.

    Pourtant, les deux compagnies pratiquent des grilles salariales proches.

    Le salaire annuel d’un commandant de bord instructeur d’Air France en fin de carrière s’élève à 240 000 euros brut environ, primes comprises, c’est-à-dire les primes de vol, la prime de fi n d’année, la prime uniforme annuelle, les majorations pour vols de nuit pour vols de plus de 10 heures, pour heures supplémentaires… Les hôtesses débutent à 25 850 euros brut annuels, et gagnent, au bout de quinze ans, 49 650 euros brut. Alors, pourquoi, avec des salaires de navigants similaires, cette masse salariale pèse-t-elle beaucoup moins sur les comptes de Lufthansa?

    Pour l’expliquer, il faut se pencher sur l’organisation du travail, sur laquelle ni la direction d’Air France ni les syndicats ne souhaitent s’attarder.

    En moyenne, il y a 52 navigants par avion à Air France, et 47,5 à Lufthansa. « Si Air France-KLM était aussi productive que Lufthansa, on pourrait réduire de presque 10 % les effectifs, à réseau et flotte comparables », confirme Rémy Le Guen, manager à Sia Conseil.

    Sur le court-courrier d’Air France, le différentiel sur les équipages des A 319 persiste donc: 4 hôtesses ou stewards à Air France, 3 à Lufthansa Idem sur le long-courrier: sur un B777-200 d’Air France reliant Paris à New York avec 247 passagers à son bord, 12 hôtesses et stewards sont au service, soit 1 pour 20 passagers. Dans un A 340-300 de Lufthansa reliant Francfort à New York avec 346 passagers, ils sont 14, soit 1 pour 25 passagers.

    La productivité est également problématique. Sur le moyen-courrier par exemple, selon une étude confidentielle datant de février 2010, les pilotes volent 545 heures par an.

    A Lufthansa, la moyenne se situe à 596 heures, 9,3 % de plus.

    Les hôtesses travaillent également moins: elles ne peuvent pas enchaîner deux vols long-courriers sans une pause d’au moins 24 heures. Ce n’est pas le cas à Lufthansa. Ni même pour les pilotes d’Air France! Cette différence de traitement entre les catégories de personnel alimente d’ailleurs les rancoeurs: « J’aimerais qu’on m’explique pourquoi, sur le long-courrier, je n’ai que six jours de repos consécutifs par mois, alors que les hôtesses en ont sept », râle un pilote.

    Rémy Le Guen, manager à Sia Conseil.

    «Si Air France-KLM était aussi productive queLufthansa, on pourrait réduire de presque 10% les effectifs, à réseau et flotte comparables. »

    L’onéreuse fidélité des pilotes

    Enfin se pose la question du sureffectif des pilotes d’Air France.

    Avant le 1er janvier 2010, ils partaient à 60 ans. Depuis, la limite d’âge a été déplafonnée et fixée à 65 ans, même s’ils peuvent toujours partir, s’ils le souhaitent, à 60 ans.

    Or, en majorité, ils décident de rester.

    En 2010, 150 pilotes devaient partir.Un tiers a effectivement quitté ses fonctions.

    Rebelote en 2011: 120 pilotes ont prolongé leur carrière.

    Résultat: il y a au moins 200 pilotes de trop dans la compagnie.

     

    « Cela coûterait plus cher de les licencier puis d’embaucher en catastrophe quand la croissance reviendra », assurait Pierre-Henri Gourgeon en 2011.

     

    Alexandre de Juniac partagera-t-il son avis?

     

    Autres Articles sur les liens suivant :

     

    Air France: la tentation low cost

    http://www.bakchich.info/societe/2012/02/01/air-france-la-tentation-low-cost-61112

     

    Air France va arrêter son service Dedicate

    http://www.goldenflyer.com/actualites/air-france-arreter-son-service-dedicate-actu1648.html

     

     

    Mercredi 1 Fevrier 2012

     

    Dénonciation des Accords PN chez AF, la rumeur se confirme.

     

    Télécharger le tract sur ce lien .

    fichier pdf 120131 Dénonciation des Accords chez AF

     

     

     

    DENONCIATION-ACC

     

     

     

     

     

    Fatigue des Pilotes de ligne . La sécurité des vols doit être la priorité .

     

    http://www.snpl.com/national/dossiers/folder/21/ftl/lire/2382/sensibilisation_aux_ftl/?requested_uri=fatiguedespilotes

     

    Je signe la pétition du SNPL France ALPA , contre la fatigue des pilotes de ligne.

     

    Réglementation FTL et fatigue des pilotes de ligne :

    Quel est le contexte ?

    L’agence européenne de sécurité aérienne (AESA) vient de publier un projet de réglementation en matière de temps de travail et de repos des pilotes de ligne.

    En ignorant les conclusions d’études scientifiques sur les problématiques de fatigue, en ne prenant en compte que les contraintes économiques des compagnies aériennes, ce texte aura un impact majeur sur la sécurité aérienne.

    Confronté en 2009 à un accident directement causé par la fatigue des pilotes, les États-Unis ont pris le problème à bras le corps, et mis en œuvre fin 2011 de nouvelles règles particulièrement drastiques en matière de temps de vol et de repos.

    Faut-il attendre un accident de ce côté de l’Atlantique pour que l’Union européenne prenne la mesure de l’enjeu ?

    Que pouvons-nous faire ?

    Il est encore temps de réagir, et de faire modifier les dispositions du texte les plus incompatibles avec un niveau optimal de sécurité.

    Votre soutien à la cause de la sécurité aérienne est nécessaire. SUR LE LIEN CI DESSOUS .

     

     

    Lisez le dossier complet (texte et vidéos) sur : http://www.snpl.com/fatiguedespilotes

     

     

    Mardi 31 janvier 2012

     

    Air France/Régional : un Montpellier – Deauville en avril

     

    http://www.air-journal.fr/2012-01-31-air-france-un-montpellier-%E2%80%93-deauville-en-avril-543568.html

     

    La compagnie aérienne Air France proposera au mois d’avril une nouvelle liaison estivale entre Montpellier et Deauville, opérée par sa filiale Regional.

    Du 26 mai au 15 septembre 2012, Regional opèrera tous les samedis une rotation entre l’aéroport de Montpellier – Méditerranée et celui de Deauville – Normandie, à bord d’un Embraer E145 de 50 places. Les vols quitteront le sud à 8h50 pour arriver à 10h15, et repartiront de la côte normande à 10h50 pour atterrir à 12h15.

    Cette nouvelle ligne porte à neuf le nombre de destinations proposées cet été par la compagnie nationale et ses filiales à Montpellier, après Paris – CDG et Orly, Lyon, Nantes, Ajaccio, Rennes, Strasbourg et Bastia. Regional avait déjà annoncé le lancement de quatre autres routes estivales opérées uniquement le samedi, reliant Biarritz à Nantes et Strasbourg, Nantes à Southampton et Strasbourg à Venise.

     

     

    Lundi 30 janvier 2012

     

     

    Commission du développement durable :

     

    Audition de M. Alexandre de Juniac, directeur général d’Air France qui presente le plan « transform 2015 « à une commission parlementaire .

     

    Devenir d’Air France , bases provinces etc…

     

    lire la vidéo sur ce lien http://www.assemblee-nationale.tv/chaines.html?media=3168&synchro=1697670&dossier=12

     

     

     

     

    Air France affine sa réponse anti « low cost »

     

    « C’est au mois de mars que le groupe de travail sur la réponse à apporter aux compagnies à bas coûts rendra ses conclusions », a précisé Alexandre de Juniac, président d’Air France, lors de son audition, le 25 janvier par la Commission du développement durable et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée nationale.

    Le dispositif actuel s’appuie sur trois leviers :

    « La Navette » sur les grandes lignes entre Paris et la province (Nice, Marseille, Toulouse, Bordeaux),

    Transavia pour occuper le segment « loisirs »

    et les bases de province.

    La réflexion porte sur les avantages et les inconvénients d’harmoniser ou non ces différents leviers pour leur donner une cohérence globale.

    « Il n’y a pas de solutions miracles face aux compagnies à bas coûts », a-t-il poursuivi, détaillant les différents choix faits par les uns et les autres.

    « British Airways a vendu tout son réseau court et moyen-courrier, au point de le regretter aujourd’hui comme le montre le rachat de BMI.

    Lufthansa a créé une filiale à bas coûts mais cela ne l’empêche pas de rencontrer des difficultés sur le moyen-courrier comme l’illustre son nouveau plan de réduction des coûts à hauteur de 1,5 MdE », a souligné le président d’Air France.

    Un scénario est d’ores et déjà écarté, celui d’une filiale à bas coûts portant la marque Air France.

    « Cela serait contre-productif », a déclaré le président d’Air France qui semble privilégier deux pistes. « Si l’on regarde le cas de KLM, on constate que cette dernière n’a pas hésité à faire opérer sa filiale à bas coûts Transavia sur les mêmes lignes sans que cela cannibalise le trafic de KLM. De son côté, Delta Air Lines a fait le choix de baisser ses coûts et à partir de ce moment là, n’a plus perdu de parts de marché face à Southwest Airlines ».

    En attendant les conclusions du groupe de travail, le président d’Air France s’est félicité des premiers résultats engrangés par la base de Marseille qui a commencé à opérer à l’automne dernier. « Le coefficient de remplissage est supérieur à 50 %. Cela est conforme à nos prévisions. En terme d’utilisation avion, nous sommes passés de 8 h 15 min à 11 h 30 min par jour. Nous sommes ainsi passé d’un déficit d’exploitation à un excédent. Cela est majeur », a-t-il souligné. Et de se féliciter de l’état d’esprit qui règne au sein des différentes équipes qui font tourner la base de Marseille. « Il y a un esprit PME qui s’est créé où règne une atmosphère de conquête », a conclu le président d’Air France.

     

    Spinetta aux acheteurs voyage: « Faites vous entendre, vous nous aiderez ! »

     

    Comment résoudre la quadrature du cercle, c’est un peu le souci que partagent aujourd’hui tous les patrons de compagnies aériennes, coincés par une crise qui leur interdit de faire monter le prix des billets tout en enregistrant une hausse faramineuse des coûts d’exploitation, en particulier du pétrole.

    Les chiffres annoncés par Jean-Cyril Spinetta parlent d’eux-mêmes :

    la facture pétrolière d’Air France était d’environ de 2 milliards d’euros en 2000-2001, elle atteint 7 à 8 milliards aujourd’hui ! Une hausse difficile à résorber autrement que par une amélioration de la productivité, d’autant que la concurrence féroce des low-costs et du train mettent la pression sur tout le réseau court et moyen courrier d’Air France, qui a perdu 700 millions d’euros sur un an. « Ce n’est pas soutenable », a reconnu le Président directeur général d’Air France-KLM.

    Ainsi réduire les coûts, la préoccupation quotidienne des 40 Travel managers et acheteurs, était partagée par leur interlocuteur ce jeudi soir aux Citadines Saint-Germain-des-Prés.

    Coût du siège/kilomètre, développement durable et CO2, couverture de l’Hexagone, tous les sujets ont été évoqués en une heure, y compris la problématique du ciel européen qui, par sa fragmentation, coûte cher aujourd’hui aux compagnies. Des coûts bien entendu répercutés sur les passagers. Une question, posée par plusieurs participants présents, a suscité une longue explication du Président Directeur Général d’Air France KLM, celle relative à la présence d’Air France en région.

    Si Jean-Cyril Spinetta a pris le temps d’expliquer le rôle des bases de province, il n’a pas caché que sur certaines destinations, comme Clermont Ferrand ou Limoges, la mise en place de vols directs vers Tokyo ou New York relevait « du romantisme ».

    Pour autant, il souhaite que l’on puisse trouver de vraies solutions, réalistes, permettant l’accessibilité aux différents hubs d’Air France, avec des offres claires et lisibles. A la question d’une compagnie domestique unique qui regrouperait des entreprises comme Britair ou Regional, Jean-Cyril Spinetta est prudent :

    «Une réflexion est en cours mais les flottes de ces compagnies sont hétérogènes et posent des problèmes de qualification et de mobilité des pilotes. La solution serait peut être de créer une holding pour les fédérer mais nous n’avons pas encore tranché, nous réfléchissons.

    C’est un sujet complexe, délicat et sensible qui demande, au-delà de la simple réflexion, une stratégie comprise et adoptée par les clients». Le Président Spinetta a également détaillé toute sa confiance dans les infrastructures logistiques européennes, suggérant aux associations présentes dans la salle (AFTM, Marco-Polo, GBTA France) de se faire entendre du mieux possible à Bruxelles et en France pour appeler l’Europe à maintenir ces outils de qualité qui jouent un rôle essentiel pour la mobilité, et donc l’économie et les entreprises.

     

     

    Samedi 28 janvier 2012

     

    Spanair cesse son activité

     

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/01/27/97002-20120127FILWWW00520-spanair-cesse-son-activite.php

     

     

    La compagnie aérienne espagnole Spanair, en grande difficulté financière, a cessé son activité, a annoncé vendredi le ministère de l’Equipement, qui exige de la compagnie qu’elle remplisse « ses obligations envers les passagers ».

    « Le ministère de l’Equipement a rappelé à la compagnie Spanair, maintenant que la cessation de son activité est publique, qu’elle doit remplir ses obligations envers les passagers », affirme le ministère dans un communiqué. Il ajoute lui avoir « demandé par écrit de lui communiquer immédiatement les mesures » qu’elle entend prendre. « La compagnie a l’obligation de s’occuper des usagers qui peuvent être affectés » et « concrètement, garantir son assistance, le remboursement des billets et un mode de transport alternatif », ajoute le ministère.

    Auparavant, une source aéroportuaire avait indiqué à l’AFP que la compagnie avait convoqué vendredi un conseil d’administration qui pourrait décider de la cessation de l’activité de la compagnie et de la suspension des vols. Un porte-parole a confirmé la tenue d’un conseil d’administration sans plus de précisions.

    Fondée en 1986, Spanair opère essentiellement sur des vols intérieurs en Espagne. Ancienne filiale de la compagnie aérienne scandinave SAS, elle a été prise en main début 2009 par des actionnaires espagnols, parmi lesquels des organismes publics régionaux de Catalogne. La compagnie avait été frappée en août 2008 par l’accident d’un de ses avions qui s’était écrasé au décollage à l’aéroport de Madrid. Le bilan avait été de 154 morts. Spanair avait engagé cette année-là un plan de restructuration qui s’était traduit par le licenciement de 1.100 de ses 4.000 employés.

    Spanair était la seconde compagnie espagnole après Ibéria en termes de parts de marché (22 %).

    En 2009, la compagnie a transporté 11,5 millions de passagers avec environ 200 vols quotidiens.

     

    Spanair a terminé l’année 2010 avec 115,72 millions d’euros de pertes et l’année 2011 auraient vu le montant des pertes diminuer de moitié grâce à une réduction de sa flotte qui est passé de 45 à 29 avions.

     

    Qatar Airways ne viendra pas au secours de Spanair

     

    http://www.goldenflyer.com/actualites/spanair-met-fin-ses-operations-actu1593.html

     

    un conseil d’administration s’est tenu cet après-midi à Barcelone et a acté du refus de Qatar Airways d’entrer dans le capital de la compagnie.

    La compagnie met fin à ses opérations

    Le site internet de Spanair a été fermé et le gouvernement espagnol a mis en place des groupes de coordination pour gérer la crise potentielle causée par la fermeture de la compagnie aérienne. Dans un communiqué officiel, le ministère de l’équipement a estimé que « la compagnie a l’obligation de s’occuper des usagers qui peuvent être affectés » et « concrètement, garantir son assistance, le remboursement des billets et un mode de transport alternatif ».

    Spanair est une compagnie aérienne fondée en 1986 et basée à Barcelone. Membre de Star Alliance, elle dispose d’une flotte de 29 avions et emploie plus de 2000 personnes.

     

     

     

    Vendredi 27 janvier 2012

     

     

    Tract intersyndicale Régional CGT FO UNAC CFDT SNPNC UNSA SNPL .

     

     

    fichier pdf 120127 Tract intersyndicale – Droit de greve – logos

    120127-Tract-intersyndicale-Droit-de-greve-logos2

     

     

     

     

    Les News du CE du 26 Janvier 2012

     

    par Christophe Surdol RS au CE pour le SNPL Régional

     

    Notre PDG a repris le document que vous retrouvez sur AGORA (Plan de transformation du groupe Air France et Point sur la démarche de Régional) et y a apporté quelques précisions. Vous trouverez ci-dessous les points principaux :

     

    Une présentation succincte des comptes nous a été faite ,d’après nos dirigeants, ils ne sont pas bons.La Direction de Régional a présenté un objectif de retour à la rentabilité à l’horizon 2014.

    L’objectif de préservation de l’emploi est conservé, mais les embauches sont gelées, à l’exception des recrutements en cours de PNC correspondant à l’entrée des Embraer 170. Une analyse de l’ensemble des coûts de production, sol, vol, dans l’ensemble des activités de la Compagnie est en court.Ceci a permis à notre Direction d’ouvrir le débat sur les coûts de Régional en indiquant qu’il faut impérativement les réduire.

     

    Le premier poste de dépense est le carburant son coût n’est pas maitrisable.

     

    En second arrive le coût PN, là par contre …. !

     

    Notre PDG s’empresse de nous indiquer que nous allons devoir nous mettre autour de la table pour revoir certains points de notre ACPN, comme chez Air France où les accords seront éventuellement dénoncés si une solution n’est pas trouvée.En effet c’est, d’après lui, un poste où nous pouvons trouver des sources d’économies .

    Il prend comme exemple la période de délestage importante de Janvier ou très peu de PN posent des congés, ce qui entraîne une très faible activité pour l’ensemble des PN durant ce mois. Nous comprenons que la Direction souhaiterait pouvoir imposer une partie de nos congés sur cette période !

     

    Autre sujet :

    Conséquences de l’échange des lignes MRS TLS NCE.

    Une perte de 8 % d’heures de vols et de 15 % de SKO par rapport aux lignes que nous avons laissées à Air France sur ces bases.

    Les bases de MRS NCE et TLS ont été développées par Air France pour, d’après notre PDG, reconfigurer la desserte de Paris, sauf que bien sur au passage les filiales en ont subi les impacts importants que nous connaissons.

    Pour les autres villes d’importance (BOD, SXB …) le potentiel était trop faible pour exploiter des Airbus il serait donc « logique » qu’elles soient confiées aux Filiales, faut-il encore qu’Air France en ait la volonté !

    « Le bon module au bon endroit » c’est pourtant la devise que semble vouloir prôner le nouveau PDG d’AF, nos appareils de 50 à 100 places peuvent tout à fait remplir cette mission, l’exemple type est la ligne LIL-NTE ou l’ERJ 145 est rentable.

    La question ? Est ce qu’Air France est prête à nous donner des lignes rentables et justement mettre le bon module au bon endroit ?

    Le NTE-DUS qui nous a été donné en compensation de perte de ligne à MRS et TLS n’est pas rentable aujourd’hui avec un taux de remplissage trop faible. Certes Air France compense les pertes financières de cette ligne jusqu’à début avril mais après ?

    A la question qu’est ce qui nous permet de concurrencer les lowcosts avec nos avions de faible capacité notre PDG nous rappelle que lorsque Régional est passé sous pavillon Air France notre TMC a progressé de plus de 10 %, c’est pour cette raison que des passagers viennent sur nos lignes comme LYS

     

    Nouvelles lignes et fermetures :

    Outre les lignes saisonnières que vous retrouverez sur AGORA, on ne fera pas CDG SVG comme prévu il y a quelques semaines, on le remplacera par CDG-SXB , on reprend le LYS-TUN à la place de LYS-AMS à compter du 25 mars.

    Lignes saisonnières :

    Southampton au départ de Lyon et Nantes

    Naples au départ de Lyon

    Biarritz au départ de Nantes et Strasbourg et toujours depuis Nice et Genève

    Venise au départ de Strasbourg

    Deauville au départ de Montpellier

    Bordeaux-Malaga reste au programme.

    En ce qui concerne les lignes de et vers la Corse :

    Figari sera desservie au départ de Bordeaux, Clermont-Ferrand, Toulouse et Metz. Autre nouveauté : En plus de Lille, Nantes, Strasbourg et Toulouse, Calvi sera desservie au départ de Metz.

    Ces vols seront opérés une ou deux fois par semaine, soit le samedi soit le dimanche.

    Les lignes vers Ajaccio et Bastia sont suspendues en raison du conflit que rencontre actuellement Air France sur ces escales.

     

    CDG-OVD : arrêt total

    Une étude sur l’économie conséquente générée par l’arrêt de ces lignes, différence faite des coûts fixes (coques, coût PN, etc.) amène Régional à fermer définitivement cette ligne.

    Une étude avait été faite pour estimer le coût de cette ligne avec le remplacement de L’ERJ par un EJET, visiblement non concluante.

    CFE-AMS : arrêt total

    NTE-BOD-BCN : réduction de fréquences

    CDG-VGO : arrêt du découché

     

    L’avenir …

    Actuellement plusieurs groupes de travail se réunissent, notre PDG participe à l’un d’entre eux.

    Faut-il conserver 1 ou 2 compagnies filiales ? Un nouveau plan d’organisation sera établi fin mars.

    Une interrogation semble se dessiner à nouveau concernant le fonctionnement de la base de LYS , faut-il maintenir un HUB ou revenir au point à point ?

     

    Les comptes :

    Le conseil d’administration se réunira fin janvier, le budget prévisionnel sera communiqué au prochain CE.

     

    Infos PNC :

    Les PNC de City jet 14 favorables + 4 en attentes soit 18 sur 43, ces personnels seront recruté en détachement de City Jet.

     

     

     

     

    Loi anti-grève : le gouvernement pousse les salariés de l’aérien au conflit

     

    Le préavis de grève du 6 au 9 février 2012 est plus que jamais maintenu.

     

    Télécharger le tract complet sur ce lienfichier pdf 27 01 12 Tract Loi antigrève-1

     

     

     

    Iberia Express: premier vol le 25 mars

     

    La nouvelle compagnie aérienne low cost Iberia Express, sujet de multiples grèves par les pilotes de sa maison-mère Iberia dont la prochaine aura lieu demain, effectuera son vol inaugural le 25 mars 2012. Le début de la saison d’été a été retenu par la compagnie nationale espagnole pour lancer les opérations de sa nouvelle filiale à bas coûts. Basée à l’aéroport de Madrid – Barajas, Iberia Express opèrera initialement avec quatre Airbus A320 provenant de la flotte de la maison mère, chiffre porté à 13 à la fin de l’année.

    Les vols courts et moyens-courriers seront proposés à des « tarifs concurrentiels » en deux classes, économie et affaires. Aucun détail n’a été donné sur les routes qui seront opérées, mais il est probable qu’Iberia transfèrera de plus en plus de liaisons vers sa filiale au fur et à mesure de son développement. Antonio Vazquez, président du groupe IAG formé par la fusion d’Iberia et de British Airways, a expliqué que la low cost était nécessaire pour lutter contre la concurrence des TGV et surtout reprendre des parts de marché aux Ryanair et autres easyJet afin d’amener plus de passagers vers les vols long-courrier d’Iberia.

    Rappelant que la nouvelle venue n’affectera pas les opérations de Vueling (basée elle à Barcelone) et Air Nostrum, il a jugé les grèves des pilotes opposés au projet « supportables mais pas raisonnables ».

    Iberia a annulé 289 vols pendant les trois prochains jours de grève de ses pilotes, les 25, 27 et 30 janvier.

     

     

    Alitalia va fusionner avec WindJet, Blue Panorama

     

    La compagnie aérienne Alitalia a reçu l’aval de son conseil d’administration pour lancer un processus de fusion avec ses plus petites rivales italiennes, la low cost WindJet et Blue Panorama.

    Basée sur l’aéroport de Rome – Fiumicino, Blue Panorama Airlines opère quatorze Boeing (737,757 et 767) sur des routes intercontinentales régulières vers Madagascar, les Maldives, le Mexique, Cuba et le Brésil, ainsi que de nombreux vols charter. Elle a passé des accords de partage de codes avec Alitalia, Blue Air (Roumanie) et Cubana de Aviacion (Cuba), et possède sa propre filiale low cost basée à Milan, Blu Express. Elle a transporté environ 2 millions de passagers en 2011.

    Lancée en 2003, la low cost Windjet opère douze Airbus A319 et A320 depuis ses bases à Catane, Palerme et Rimini vers une vingtaine de destinations européennes et en Egypte, avec 2,8 millions de passagers transportés l’année dernière. Elle partage ses codes avec Meridiana Fly.

     

     

    Jeudi 26 janvier 2012

     

     

    Grèves dans l’aérien : l’Assemblée a voté un encadrement controversé

     

    http://www.lcp.fr/actualites/politique/78704-droit-de-greve-dans-l-aerien-les-deputes-se-lancent-dans-le-debat

     

    Les députés ont voté, dans la nuit de mardi à mercredi, un encadrement des conflits sociaux dans l’aérien inspiré du transport terrestre, le gouvernement soutenant un texte UMP « indispensable » tandis que la gauche dénonçait une remise en cause du droit de grève.

    L’une des dispositions a été élargie aux transports terrestres, modifiant ainsi l’emblématique loi d’août 2007, improprement appelée loi sur le « service minimum ».

    Déposée par un membre de la Droite Populaire, Eric Diard, avant un mouvement d’agents de sûreté aéroportuaire, la proposition de loi votée vise à transposer dans l’aérien le dispositif existant dans les transports terrestres depuis 2007 et appliqué notamment à la SNCF et la RATP en Ile-de-France.

    Elle entend éviter les grèves en incitant à la prévention des conflits, éviter la « paralysie » des aéroports ainsi que l’absence d’information des passagers. Il s’agit d’instaurer un « service garanti » mais « pas un service minimum », a souligné M. Diard, car « il ne s’agit pas d’une mission de service public mais d’une activité fortement concurrentielle ».

    Ce texte rend obligatoire pour les salariés, sous peine de sanction, une déclaration individuelle de participation 48 heures avant chaque jour de grève, et pour les employeurs, de faire des prévisions de trafic au plus tard 24 heures avant la perturbation.

    Les salariés renonçant à participer à une grève ou décidant de reprendre leur service devront aussi, sous peine de sanctions disciplinaires, en informer leur employeur au plus tard 24 heures avant leur participation ou reprise prévue, selon des amendements votés mardi soir.

    Outre le secteur aérien, cette obligation d’informer l’employeur d’un changement d’avis s’appliquera aussi aux transports terrestres, en vertu d’un amendement UMP adopté par les députés.

    Plus tôt dans la soirée, le ministre du Travail Xavier Bertrand, avait souligné que, dans les transports terrestres, certains salariés avaient « trouvé le moyen de contourner (la loi de 2007 ndlr) en se déclarant grévistes puis en changeant d’avis dans le but de désorganiser le service ».

    L’encadrement du droit de grève dans l’aérien a été régulièrement défendu par le gouvernement lors de plusieurs grèves récentes, dont, fin décembre, le conflit des agents de sûreté.

    « La proposition de loi est indispensable : elle répond à une attente des Français, dont certains d’entre eux ne supportent plus d’être pris en otage lors des conflits sociaux dans le transport aérien, notamment lorsqu’ils partent en vacances », a affirmé M. Bertrand.

    Sa collègue de l’Ecologie et des Transports, Nathalie Kosciusko-Morizet, a vanté un « nouvel équilibre longtemps attendu » entre droit à la circulation et droit de grève.

    Ce n’est « en rien un texte de circonstance », a tenu à assurer le ministre des Transports Thierry Mariani.

    Le socialiste Daniel Goldberg a dénoncé « un cheval de Troie pour la mise à mal du droit de grève » et un texte n’ayant « qu’une portée médiatique d’affichage préélectoral inapplicable dans les faits ». Il a aussi déploré une volonté de « passer en force » avec un seul examen par chambre.

    Son collègue Alain Vidalies a notamment prévenu du « risque insensé que cette proposition soit à l’origine d’une grève ».

    Plusieurs syndicats de pilotes, navigants commerciaux, mécaniciens et personnel au sol ont déposé un préavis de grève du 6 au 9 février 2012, avant les vacances.

    Pour le PCF et le PG, Pierre Gosnat a dénoncé « une nouvelle entaille extrêmement grave au droit de grève » pour des « motifs électoralistes » et qualifié de « tartuferie » l’obligation de déclaration individuelle préliminaire, alertant sur les « éléments de pression de la hiérarchie ».

    Ex-président d’Air France, le centriste Christian Blanc a jugé que « ce texte ne règle en rien les problèmes ».

    Mise à mort du droit de grève ? L’UMP Serge Grouard a rétorqué que cette « accusation entendue à maintes reprises au cours de la législature n’est pas plus une vérité aujourd’hui qu’hier ».

     

     

     

    Mercredi25 janvier 2012

     

    Interview de Philippe Vivier, Vice président du SNPL F ALPA concernant le droit de grève

    http://www.itele.fr/emissions/chronique/menard-sans-interdit/video/21731

     

    Mardi 24 Janvier 2012

     

     

    Sur ce lien la dernière Com du PACTE « PRODUCTIVITÉ » Com du PACTE

     

     

     

    productivit%C3%A91

     

     

    Communiqué sur la proposition de loi restreignant le droit de grève

     

     

    Télécharger le document complet sur le lien suivant 24 01 12 Comme par hasard-1

     

    Comme par hasard, une proposition de loi restreignant le droit de grève intervient à la veille de négociations majeures pour l’avenir des compagnies aériennes françaises.

    Comme par hasard, on assiste à une médiatisation énorme de cette proposition de loi, voulue par le gouvernement, qui cherche à ratisser large pour les prochaines élections, période propice à l’affichage et à la démagogie.

    Comme par hasard, on parle partout de service minimum ou garanti, alors qu’il n’en est nullement question dans la proposition de loi.

    Comme par hasard, des sanctions sont prévues pour les seuls salariés, aucune pour les entreprises défaillantes.

    Comme par hasard, sous couvert de volonté d’information des passagers, un précédent est créé en restreignant le droit de grève dans le secteur privé.

    Comme par hasard, les pilotes de ligne, corporation majoritairement syndiquée, dotée d’une

    représentativité spécifique, et ayant donc une légitimité à la construction de leur contrat social, sont les premiers visés par ce texte.

    Comme par hasard, la procédure accélérée est déclarée au dernier moment, pour faire passer cette loi coûte que coûte avant la fin de la législature.

    Comme par hasard, le gouvernement prétend que ce texte va permettre de se battre pied à pied

    avec les compagnies étrangères, et parallèlement met en œuvre une politique favorisant les

    concurrents asiatiques, et les compagnies du Golfe.

    Comme par hasard,……

     

     

    Revue de presse

     

     

    Air France : A. de Juniac sans tabou au congrès du Snav

     

    Alexandre de Juniac a fait une entrée très remarquée dans le monde du tourisme, lors de son allocution à la tribune des 5e Rencontres du Snav samedi dernier à Marrakech. Le Pdg d’Air France a confirmé les dires de ceux qui l’ont rencontré depuis son arrivée au sein de la compagnie aérienne en novembre dernier : disponible, ouvert, à l’écoute et maniant volontiers un humour teinté d’ironie… Sur la forme, il a conquis en quelques minutes l’audience composée de professionnels du tourisme.

    Sur le fond, l’homme est revenu sur les objectifs du plan de restructuration « Transform 2015″ annoncé en interne la semaine dernière, rappelant qu’il prévoit la dénonciation des conventions collectives et une organisation managériale plus proche des 14 000 PNC… « Les règles d’emploi sont à revoir, il n’y a pas assez de jours travaillés : il faut travailler plus et mieux vers le client » assène le Pdg.

    Une révolution annoncée dans une compagnie adepte de la paix sociale. Pour parvenir à ses fins dans les trois prochaines années, sur la base d’une hypothèse en trois points (la réduction de l’endettement de 6 à 4,5 Md€, une croissance « prudente » de 5%, et des économies de 2 Md€), Alexandre de Juniac étudie également des pistes aussi inédites qu’une alliance possible avec les compagnies du Golfe : « si on ne peut pas les contrer, il faut nouer des partenariats », assure-t-il, laissant entrevoir un revirement total par rapport aux positions de ses prédécesseurs.

    Et d’évoquer sans complexe les initiatives à piocher du côté de chez KLM, qui a ouvert des lignes Transavia (la filiale low cost du groupe AF/KLM) en frontale avec ses propres lignes, et réussi à stopper le développement de certaines low cost. Une piste qu’Air France empruntera certainement à son tour… Concernant la distribution, Alexandre de Juniac s’est contenté de rassurer de manière assez convenue les agences présentes en nombre dans la salle : « nous avons besoin de vous! »… Dans ce domaine, celui qui clame « qu’on ne peut pas aller contre internet, mais qu’un écran d’ordinateur sans service ne sert à rien », devra préciser sa copie.

     

     

    Lyon : Air France lance Regional vers Naples et Southampton mais supprime Hambourg et Birmingham

     

    Du 30 juin Au 1er septembre 2012, la filiale de la compagnie nationale française proposera un vol tous les samedis entre l’aéroport de Lyon – Saint Exupéry et Naples, avec départ à 16h20 pour arriver à 18h05, le vol retour quittant l’Italie à 18h50 pour se poser à 20h30. Pas de concurrence sur cette route, Lyon proposant en revanche six autres destinations en Italie (Bologne, Florence, Rome – Fiumicino via Air France, Rome – Ciampino via easyJet, et Milan Malpensa ou Florence par ces deux compagnies). Autre nouveauté de la compagnie de l’alliance SkyTeam, le Lyon – Southampton sera opéré entre les mêmes dates tous les samedis, avec départ à 6h40 pour arriver à 7h10, et retour depuis l’Angleterre à 7h50 pour atterrir à 10h15.

    Air France est là aussi seule sur cet axe, Southampton étant en outre une base de la low cost Flybe avec qui elle partage ses codes. Rappelons qu’à Lyon Air France propose déjà des vols vers Birmingham, easyJet vers Londres – Gatwick et Stansted, British Airways vers Londres – Heathrow, et British Midland (BMI) vers Manchester.

     

     

    Lundi 23 Janvier 2012

     

     

    Lien vers le site de l’EASA avec les documents sur les nouvelles FTL qui nous concerneront d’ici 1 an et la reforme des nuits courtes .

     

    http://www.easa.eu.int/rulemaking/docs/crd/2011/CRD%202010-14/CRD%202010-14.pdf

     

    http://www.dead-tired.eu/downloads/downloads-home

     

    http://www.dead-tired.eu/

     

     

     

     

    Fatigue des pilotes de ligne, la sécurité des vols doit être la priorité

     

     

    L’Agence européenne de sécurité aérienne (AESA) publie aujourd’hui son projet de réglementation.

    Bien qu’il apporte des améliorations à sa proposition initiale de décembre 2010, plus doit être fait pour protéger la sécurité aérienne.Il serait incompréhensible que des considérations purement économiques guident le projet et fassent porter à l’Europe une lourde responsabilité lors d’un prochain accident.

    L’étude réalisée par le SNPL France ALPA, disponible en annexe , est à ce titre édifiante: elle démontre à quel point, avec des règles actuelles pourtant plus protectrices, la fatigue des pilotes a «De longues heures de service et de courtes périodes de repos peuvent être un cocktail mortel pour les pilotes s’il n’existe pas une réglementation basée sur des preuves scientifiques»,

    …./.

    Télécharger l’étude complète sur ce lien FATIGUE

     

     

    Un reportage de ABC News sur ces pilotes US qui gagne 17 000 dollars par an

    et

    dorment dans les « crash pads, crew lounges, or cheap hotels ».

     

     

    As the airline industry continues to ignore the pilot fatigue issue many of its underpaid, fatigued pilots resort to crash pads, crew lounges, or cheap hotels in attempts to refresh their sleepless and tired bodies.

    Image de prévisualisation YouTube

     

    Dimanche 22 Janvier 2012

     

    si nos accords sont dénoncés voila ce qui nous attend …

     

     

    Flight Duty Times

     

    http://flightdutytimes.eu/videos/

     

    Main Issues

    Pilot’s Discretion decision a safety risk: Extending the maximum flight time limitations by the pilot-in-command to 15 hours causes an excessive increase in the risk of accidents.

    Latest News: The latest proposal from 18th of January 2012 from the EASA (European Aviation Safety Agency) provides an extension of this regulation even further up to 16 (!) hours .

     

    Episode 1: Commanders discretion

    Image de prévisualisation YouTube

    Episode 2: staying awake 0.2

    Image de prévisualisation YouTube

    Episode 3: staying awake 0.3

    Image de prévisualisation YouTube

    Episode 4: staying awake 0.4

    Image de prévisualisation YouTube

     

    Samedi 21 Janvier 2012

     

    Britair

    Le Tribunal d’Instance de Brest a confirmé la décision de la cour de cassation et vient de prononcer l’annulation des élections professionnelles dans la totalité des collèges du Comité d’Entreprise BRITAIR.

    De nouvelles élections auront lieu dans les 2 prochains mois .

     

    Les annonces au CE de Britair le 19 janvier 2012 sur le lien vers le site du SNPL Britair .

     

     

    Tract sur « la restriction du droit de grève en quelques questions » à télécharger sur ce lien .

    18 01 2012 FAQ droit de grève mis en forme version SJ PV

     

    Extrait du tract ci dessus :

    A qui s’applique cette proposition de loi ? Elle concerne tous les salariés dont l’absence est de nature à affecter directement la réalisation des vols. Il s’agit des salariés des exploitants d’aérodrome et des entreprises qui concourent directement à l’activité de transport aérien de passagers, qui occupent un emploi de personnel navigant ou qui assurent personnellement l’une des opérations d’assistance en escale, de maintenance en ligne des aéronefs, de sûreté aéroportuaire, de secours et de lutte contre l’incendie.

     

    Si la loi passe, comment faudrait-il se déclarer gréviste et à quel moment ?La déclaration est individuelle. Elle se fait uniquement sur l’initiative du salarié, 48 heures au plus tard avant le début de chaque journée de grève, et ce, quel que soit son planning pendant ce conflit.

    Qu’il soit en repos, en blanc, ou programmé en vol, le salarié doit se déclarer gréviste. S’il ne le fait pas dans le délai imparti, il sera non-gréviste et à la disposition de l’entreprise, quand bien même il était initialement prévu en repos !

     

    Tous les pilotes sont-ils obligés de se positionner ?Oui, à part ceux en congés officiels sur la période considérée, tous les pilotes seront amenés à se déclarer auprès de leur direction, 48 heures avant chaque jour de grève.

    Sans quoi ils seront considérés non-grévistes, sans possibilité de changer d’avis, sous peine de sanction pouvant aller jusqu’au licenciement.

     

    Les syndicats connaîtront-ils le pourcentage de grévistes déclarés 48 heures avant le mouvement ? Non. Seule la direction saura quel est le pourcentage de grévistes. Seule la direction saura si la grève va être suivie ou pas. Les syndicats ne connaîtront pas l’état de la mobilisation. Ce sera un énorme handicap pour les négociateurs du syndicat .

    On peut toujours faire grève, donc on peut toujours se défendre ? Si la grève est toujours possible, sa capacité de dissuasion sera très affaiblie.

     

    Cette loi remplit-elle son objectif d’information des passagers ? Non. Il est demandé aux entreprises d’informer les passagers au plus tard 24 heures avant le début de la grève. Mais aucune sanction n’est prévue si les compagnies ne respectent pas cette obligation.

     

    Les contrôleurs aériens sont-ils concernés par ce projet de loi ? Non. Les contrôleurs aériens sont soumis depuis 1985 à un service minimum. Dans les faits, chacun de leurs mouvements de grève amène la DGAC à abattre au minimum 50 % du trafic, quelle que soit la mobilisation réelle (nous en faisons souvent les frais…). Ils n’ont pas à se déclarer grévistes au préalable.

     

    Ne vaudrait-il pas mieux conserver ses « cartouches » dans l’hypothèse d’un conflit dans notre propre compagnie?

    Il ne sert à rien d’avoir des cartouches si l’on ne possède plus de fusil !

     

     

    Vendredi 20 Janvier 2012

     

    Air France -klm : Et si Qatar Airways entrait au capital ?

     

    http://www.tradingsat.com/actu-bourse-213946-AF.html

     

    Au lendemain d’une flambée de 8,9%, l’action Air France – KLM subit quelques prises de bénéfices (+2,4% à 4,85 euros vers 12h15).

    Le titre semble avoir bénéficié hier des propos du directeur général de de Qatar Airways, qui a déclaré avoir identifié une cible en Europe. Mais « l’éventualité d’une prise de participation de Qatar Airways au capitald’Air France-KLM ne revêt, selon nous, qu’une faible probabilité », commente vendredi Oddo Securities. Le broker rappelle néanmoins qu’aucun obstacle n’empêche des investisseurs non français de prendre une participation dans Air France – KLM jusqu’à hauteur de 49,9% du capital.

     

    Lyon : Air France arrête Birmingham et Hambourg

     

    A partir du 24 mars prochain, ces deux escales européennes ne seront plus desservies en direct depuis Lyon-Saint Exupéry, mais avec des escales, soit via Paris, soit via Amsterdam.

    En revanche, concernant la liaison sur Prague, qui était elle aussi dans le collimateur, elle trouve son offre renforcée. A partir de cette même date, les quatre fréquences hebdomadaires seront désormais assurées grâce à un avion Crj 1 000 d’une centaine de sièges.

    L’ensemble de ces vols est assuré grâce à la compagnie Britair et s’inscrit dans le cadre des mesures d’économie engagées par le groupe Air France/KLM dans le domaine du court et moyen courrier.

     

    Air France lance SuperShuttle Paris

     

    http://www.easyvoyage.com/infos-voyageur/air-france-lance-supershuttle-paris-7037

     

    Dans la rubrique « transferts aéroport » du site internet d’Air France, les clients retrouveront l’offre SuperShuttle disponible en navette partagée (le minivan et le prix de la course sont partagés entre plusieurs clients) et en navette privative (le minivan est réservé en entier). A Paris ou en petite couronne, grâce à SuperShuttle, le voyageur peut se rendre de son domicile, hôtel ou bureau à l’aéroport pour seulement 20,50 euros par personne pour deux personnes (25 euros pour une personne seule). C’est une véritable alternative aux modes de transfert existant jusqu’à présent.

    Comment ça marche ? Au départ de son domicile, d’un hôtel, d’un bureau vers un aéroport de Paris, un conducteur vient chercher le passager en minivan bleu à son adresse à l’horaire prévue. Depuis l’aéroport, le passager doit se rendre au kiosque SuperShuttle ou appeler le numéro vert. Un agent SuperShuttle indique alors au client son conducteur qui le prend en charge jusqu’à son adresse de destination.

     

     

    Jeudi 19 Janvier 2012

     

    Air France annonce un Brest – London City

     

     

    http://www.air-journal.fr/2012-01-19-air-france-annonce-un-brest-%E2%80%93-london-city-542962.html

     

     

    La compagnie aérienne Air France lancera au travers de sa filiale CityJet une nouvelle liaison entre Brest et l’aéroport de Londres – City.

     

    A partir du 30 mars 2012, les Fokker 50 de CityJet relieront la Bretagne à la capitale anglaise deux fois par semaine.

     

    CityJet, filiale irlandaise du groupe Air France – KLM, propose déjà à Londres – City des liaisons vers les aéroports français d’Orly (face à British Airways depuis Heathrow, sans parler des vols à CDG), Nantes (face à easyJet et Flybe depuis Gatwick), ainsi que vers Pau, Brive, Avignon et Toulon en haute saison. Elle dessert également Luxembourg (face à Luxair), Anvers ou Amsterdam (face à British Airways CityFlyer) entre autres.

     

     

    Mercredi 18 Janvier 2012

     

     

    Air France annule Abou Dhabi et Leipzig

    l’article sur ce lien

    Annulation de route annoncée par la compagnie de l’alliance SkyTeam, celle reliant Paris – CDG à Leipzig 13 fois par semaine. Les rotations en Embraer 145 de Regional s’arrêteront le 24 mars prochain. Aucune concurrence n’est pourtant proposée sur l’aéroport allemand, que ce soit par Air Berlin, Condor ou Ryanair – Air France était la seule à le relier à l’hexagone.

     

     

    Communication des syndicats SNPNC /FO , UNAC PNC , FO , CFDT , UNSA AERIEN et SNPL F ALPA .

    Télécharger le document sur ce lien 11 01 12 Tract 3 PPL Diard final

     

     

     

    Le droit de grève touché à bout portant

     

    Le Gouvernement veut tuer le droit de grève dans le transport aérien. Sans bruit. En rase campagne électorale. Un meurtre avec alibi.

    L’arme du crime porte le nom de proposition de loi Diard. Et l’alibi s’appelle la protection du passager.

    Voici maintenant le scénario d’un meurtre presque parfait.

    Dormant dans les tiroirs de l’Assemblée Nationale depuis cet été et déjà proposé par le député Lionel Lucas, certains députés utilisent cette fois le prétexte d’une grève des agents de sécurité, au coeur de la trêve des confiseurs, pour affirmer cette fois vouloir assurer le service minimum dans les transports aériens.

    Le Gouvernement, sans aucun doute soutenu activement par les directions des compagnies aériennes, sort une proposition de loi dans la précipitation. Surprise ! Le texte n’ordonne pas aux compagnies aériennes de prévenir les passagers en cas de grève. Il leur demande de le faire… si possible. Les programmes de vol doivent passer sans contrainte. Le Gouvernement devient le bras armé de la liberté d’entreprendre et de commercer. Contournant la constitution, les pouvoirs publics retournent la proposition de loi contre les salariés et tirent à bout portant sur le droit de grève. En effet, une disposition oblige les salariés à se déclarer grévistes 48 heures avant, sous peine de sanction disciplinaire.

    Comment ne pas s’insurger sur le fait que, même assortie d’une clause « de pseudo confidentialité », les entreprises disposeront de tous les moyens pour faire pression sur eux en leur faisant assumer la responsabilité du conflit.

    C’est le principe même du dialogue social qui est en péril.

    Comment sera-t-il possible de négocier avec une compagnie qui pourra assurer 100 % de ses vols avec 80 % de grévistes déclarés ? (le cocktail détonnant de la non-stabilité des

    plannings et des affrètements permettra allègrement d’atteindre ces chiffres).

    Comment sera-t-il possible d’avoir un dialogue social constructif si les directions attendent l’avant veille d’un conflit pour se décider à négocier ou non ?

    Sans l’arme dissuasive de la grève, comment les organisations professionnelles pourront-elles défendre efficacement les salariés ?

     

    Le préavis de grève du 6 au 9 février 2012 est plus que jamais maintenu.

     

     

     

    REUNION DP DU 12 JANVIER 2012

     

    Prochaine réunion DP le 9 Fevrier 2012.

     

    Si vous avez des questions, remarques, envoyez-nous un mail à

     

    snplregional@gmail.com

     

    avant le lundi 6 Fevrier 2012.

     

    document que vous pouvez télécharger sur le lien suivant .

    Extraits …/.

    ASV : Dans le courrier ASV portant sur la stabilisation en approche , il est fait mention dans le chapitre « respect des procédures » d’un courrier envoyé aux > PNT.

    Ce courrier figurera-t-il dans le dossier personnel ? Si oui combien de temps ? Quel est le degré de confidentialité de ce type de courrier ?

    -le courrier n’est envoyé que si un ASR n’a pas été rédigé,

    - il n’est envoyé qu’après la conversation téléphonique établi par moi-même ou un OSV,

    - l’envoi du courrier est rappelé à l’occasion de cette conversation,

    - il est envoyé sous format simple et non recommandé,

    - il a un rôle de transmission des paramètres de vol détectés et de sensibilisation à l’intérêt de rédiger

    un ASR dans une telle situation,

    - il n’est pas archivé et ne fait donc pas partie du dossier PN,

    - la confidentialité est totale, l’information est maintenue au sein de l’ASV,

    - il n’y a que le tableau de suivi des courriers ASV sortants qui est renseigné pour comptabiliser anonymement le nombre de courriers envoyés.

    Cette procédure est active depuis trois mois et les personnes contactées expriment leur totale adhésion à ce principe.

    Certains sont même satisfaits de pouvoir se libérer en parlant de situations qui les avaient contrariés.

     

    21 - PN – SNPL : Actuellement certains PN de LYON bénéficient d’une carte de parking et de la prise en charge de 50% du prix de la navette. Ces mesures sont-elles remises en question ? Non

    22 - PN – SNPL : Equilibrage planning ; nous avons constaté sur 1 an, un écart de plus de 18 weekend engagés sur le planning de certains CDB de CDG, comment pouvez-vous le justifier ?L’équilibrage des WE travaillés entre les PN pourrait être possible si les PN avaient tous la même disponibilité sur les WE de l’année. Or du fait des DDA, des TA et des CP (notamment ceux posés uniquement par fraction de 2 jours sur les WE), font que cette équilibrage n’est pas possible).

    23 – PN – SNPL : Un sureffectif de CDB a été annoncé au dernier CE pouvez vous nous en donner les chiffres, envisagez-vous de favoriser la prise de temps alterné ?

    Le programme des vols n’étant pas stabilisé à ce jour, nous ne sommes pas en mesure de donnerdes chiffres. Si toutefois un sureffectif CDB se confirme, nous adapterons, autant que faire se peut, en acceptant des demandes de passage à temps alterné.

    46 – PN – SNPNC-FO. Suite question 11 du mois précédent au sujet des moyennes d’UHV , pouvezvous nous expliquer pourquoi certains chiffres sont particulièrement bas , par exemple les CDCde RNS sont à 25UHV en 08/11 alors que les PNC de la même base sont à 85 UHV ? Pourquoi un taux si bas sur un mois d’été ?

    Les faibles montants des moyennes UHV des CC RNS s’expliquent par la prise en compte dans le calcul des PN en temps alternés.Sans prendre en compte les TA, on obtient les données suivantes :

     

    voir tableau page 9 et 10 du document que vous pouvez télécharger sur le lien suivant .

    CR DP 12 janvier 2012

     

    Mardi 17 Janvier 2012 :

     

     

    Air France : levée de boucliers contre la remise en cause des billets à tarif réduit

     

    Si le plan d’économies « Transform 2015 » d’Air France-KLM a suscité, dans l’ensemble, des réactions mesurées de la part des syndicats, il est une mesure qui semble cristalliser les oppositions : la suppression du tarif R1 high.

    A savoir un tarif réduit parmi d’autres, permettant aux personnels d’Air France d’obtenir des sièges réservés sur des vols très demandés, pour moins de 30 % du prix public pratiqué. Annoncée parmi les mesures d’augmentation de la recette, la suppression du R1 high permettrait, selon la direction, de générer 30 millions d’euros de recettes supplémentaires, en libérant des places pour la clientèle.

    Peu de chose, en apparence, au regard de plus de 2 milliards d’euros d’économies à réaliser d’ici à 2014. Mais le sujet pourrait bien devenir le premier point d’affrontement entre syndicats et direction.

    « On ne parle que de ça », indiquait vendredi un responsable syndical, tandis que les premiers tracts appelant à « sauver le tarif R1 high » commençaient à fleurir. Derrière la suppression du R1 high resurgit en effet la crainte de voir disparaître l’un des avantages les plus connus du transport aérien : les fameux billets GP, permettant aux personnels des compagnies aériennes et à leurs familles de voyager gratuitement ou à très bon prix sur les vols d’Air France et d’autres compagnies. Un sujet ultrasensible. En 2007, sa remise en cause par l’Urssaf avait immédiatement mobilisé l’ensemble du personnel et des syndicats, obligeant le gouvernement à faire machine arrière. Le R1 high n’est pourtant que l’une de ces catégories de billets à tarifs réduits et ne représenterait que 5 % des 770.000 billets utilisés chaque année par le personnel d’Air France.

    Les autres catégories de tarifs réduits (R1 medium et low, R2, R3…), ainsi que tous les billets gratuits sans réservation, sont conservées. Mais, sur bon nombre de destinations et à certaines périodes de l’année, le R1 high est la seule possibilité réelle de pouvoir partir.

    Sa suppression risque donc de rendre de facto inaccessibles au personnel d’Air France les destinations les plus demandées.

    Le sujet peut sembler léger, au regard des pertes d’Air France, qui dépasseront les 500 millions d’euros en 2011, selon son PDG, Alexandre de Juniac, comme l’ont indiqué lesechos.fr vendredi dernier.

    L’enjeu semble également mineur comparé au gel des salaires à Air France, qui permettra à lui seul d’économiser 430 millions d’euros de 2012 à 2013.

    Mais la suppression du R1 high s’ajoute à beaucoup d’autres mesures, comme la réduction des frais d’hébergement, le durcissement des règles de prises de congés (avec notamment la perte de 3 jours de bonus hivernal), la révision des grilles horaires et, surtout, la dénonciation de la convention d’entreprise qui ouvre la porte à une révision à la baisse du statut de tous les personnels d’Air France.

    Le tout sur fonds d’incertitudes concernant la teneur du second volet du plan de redressement, qui devrait être présenté en juin et s’accompagner de mesures touchant l’emploi.

    D’où la tentation pour les syndicats de porter le fer sur un sujet sensible sans être stratégique comme celui des billets, afin d’essayer d’arracher des concessions avant la deuxième gorgée de potion amère.

     

    Lille : préavis de grève des contrôleurs aériens les 16 et 17 janvier

     

    Trois syndicats (CGT, la CFTC et le SNCTA) de contrôleurs aériens ont appelé à la grève mardi 17 et mercredi 18 janvier à l’aéroport de Lille-Lesquin. Ces derniers estiment « probable qu’aucun vol » ne soit assuré au départ et à l’arrivée de Lesquin. Ils demandent un renforcement des effectifs, deux postes supplémentaires, pour « faire face à l’augmentation continue du trafic ».

     

    Lundi 16 Janvier 2012 :

     

     

    Air France : dernier appel

     

    Air France est malade. Gravement malade même.

    La compagnie nationale n’est certes pas la seule à connaître quelques turbulences dans le ciel européen. Le pétrole cher et la dégradation de l’activité économique pénalisent aussi toutes ses rivales. Mais, à ces handicaps sectoriels, Air France ajoute une structure de coûts qui plombe sa rentabilité. Résultat, il est actuellement sur une trajectoire qui le mène tout droit vers un défaut de paiement à l’horizon de 2014. Autant dire qu’il n’a plus le choix, il doit s’infliger un régime drastique. Pour y parvenir, ses dirigeants ont décidé de procéder en deux temps. Stopper l’hémorragie immédiatement, puis, d’ici à la fin du printemps, s’attaquer au fond du problème.

    Au regard de l’urgence de la situation, ce choix peut paraître paradoxal. Il répond en fait à deux objectifs. D’abord, faire partager la nécessité de la transformation au plus grand nombre. Surtout, décorréler les mesures d’urgence sur lesquelles un large consensus est acquis, des décisions plus structurelles, afin d’assurer la mise en place des premières. Dans une entreprise aussi frondeuse qu’Air France, pareille précaution n’est sans doute pas superflue. Surtout en pleine campagne présidentielle. Mais il faut espérer que ce second chantier ne s’égare pas en route. Que l’unité de vues affichée par les dirigeants du groupe sur la nécessité de refonder l’entreprise résiste aux inévitables tensions qui jalonneront le chantier social qui s’ouvre.

    C’est tout l’enjeu des prochains mois. Car c’est certain, un énième plan d’économies si massif soit-il ne suffira pas à sauver l’entreprise. C’est ni plus ni moins au modèle d’Air France qu’il faut désormais s’attaquer. Depuis quinze ans, le pavillon national a construit sa stratégie sur deux piliers : un pacte social garantissant des ajustements progressifs et un système de hub tourné vers la clientèle internationale à forte contribution. Le second reste pour le moment solide en dépit de la crise et de la concurrence émergente des compagnies du Golfe.

    A l’inverse, le pacte social, lui, doit être revisité. La réforme à petits pas, chère à la compagnie, n’est plus de saison.

    C’est l’organisation du travail qu’il faut remettre à plat dans le court et moyen-courrier.

    C’est aussi à un tri dans les métiers qu’il faut s’attacher, en acceptant sans doute d’en déléguer certains à des sous-traitants.

    L’heure des choix a sonné. Et le plus dur reste à faire.

     

    Air France, aux racines du mal français

     

    Plus que jamais Air France symbolise la nation. La compagnie qui fit voler le Concorde traverse aujourd’hui une crise profonde et peine à se trouver un nouveau modèle. Déficitaire, elle vient de s’administrer une cure d’austérité, avec gels des salaires et des embauches. Quel paradoxe! Jamais il n’y a eu autant d’avions dans le ciel, et pourtant, on se demande quelle sera la place de la compagnie tricolore dans le ciel du XXIe siècle? La réponse à cette question est cruciale. Le secteur aérien est le poste avancé de la mondialisation. Ce qui arrive aujourd’hui à Air France-KLM pourrait bien arriver, demain, à toutes nos grandes entreprises.

     

    Le groupe devenu franco néerlandais est attaqué sur ses deux ailes. Sur son marché intérieur, Air France subit le raz de- marée des compagnies low cost qui imposent leurs prix cassés. Ryanair et autres EasyJet ont développé des offres ultra agressives, avec des hôtesses qui acceptent de faire le ménage dans les avions, des pilotes qui ne comptent pas leurs heures, le tout sous contrat irlandais pour payer moins d’impôts. Comment lutter quand on est une vieille dame syndiquée comme Air France?

     

    Pendant longtemps, la compagnie s’est rabattue sur le grand international. Grâce à son maillage aux quatre coins du monde, elle était capable de vous emmener à Rio, Tokyo ou Sydney. Sur ce terrain, elle doit maintenant affronter la nouvelle concurrence des compagnies du Golfe, à commencer par Emirates. La compagnie de Dubaï profite des poches profondes des Émirats arabes unis. Elle a commandé 90 Airbus A380, à comparer avec 12 pour Air France-KLM. Comment lutter quand on se bat face au roi du pétrole?

     

    Le groupe se retrouve pris en tenaille, entre Ryanair qui mord sa clientèle locale et Emirates qui lui chipe ses passagers haut de gamme et internationaux.

    Que faire? Comment s’en sortir? La compagnie vient de changer de patron et se bat pour sa survie. Bonne chance et bon vol. Nous sommes tous des salariés Air France!

     

    Air France-KLM sort le grand balai

     

    Air France-KLM a annoncé une cure d’austérité sans précédent pour économiser en trois ans plus de deux milliards d’euros en réduisant notamment les investissements, en gelant les embauches tout en restructurant l’activité court et moyen-courrier en sérieuse difficulté. «Nous sommes dans une situation de crise aiguë», a déclaré Jean-Cyril Spinetta, le président du groupe franco-néerlandais, soulignant qu’il fallait y «mettre un terme le plus rapidement possible».

    Air France-KLM va, d’une part, prendre des mesures «immédiates» et d’autre part, travailler à un «plan de transformation» avec comme principal objectif un retour à l’équilibre, d’ici à 2014, de son activité moyen-courrier, particulièrement menacée par les compagnies à bas coûts. «Cette activité a perdu 700 millions d’euros en 2011», a indiqué M. Spinetta. Les deux milliards d’économies permettront de ramener la dette à 4,5 milliards d’euros. Pour cela, le groupe va réduire sa flotte et son programme d’investissements, sans toucher aux investissements liés à la sécurité. Les investissements seront ainsi ramenés sous les 5 milliards d’euros sur les trois prochaines années, contre plus de 6 milliards pour la période 2009-2011.

    À titre d’exemple, la seule compagnie Air France va reporter la livraison de trois avions moyen-courriers Airbus A320 de 2013 à 2015, d’un appareil long-courrier Boeing B777 de 2015 à 2016 et de deux super Jumbo A380 de 2014 à 2016. Les options prises pour deux B77 ne seront par ailleurs pas exercées. Pour réaliser plus d’un milliard d’économies immédiates, le groupe a décidé de geler les augmentations de salaires en 2012 et 2013 et de poursuivre le gel des embauches décidé en septembre, ce qui se traduira par le non-remplacement d’environ 800 salariés.

    Le second volet du plan, qui sera détaillé en mai-juin, prévoit des mesures structurelles qui devraient également générer un milliard d’euros d’économies.

    Pour améliorer sa productivité, la compagnie va ainsi dénoncer les accords collectifs existants pour réorganiser le travail des personnels navigants (pilotes, hôtesses et stewards) et au sol, ce qui aura des conséquences en matière d’emploi. Le nouveau PDG Alexandre de Juniac a expliqué que le principe d’une renégociation des contrats avait été annoncé aux représentants du personnel dès jeudi: «notre sentiment est que cela a été accueilli avec sérénité, sang-froid», a-t-il dit. «Face à la situation d’Air France, dont la gravité ne peut être ignorée et au-delà d’un immense gâchis, l’Unsa-Aérien conçoit que des mesures s’imposent», écrit le syndicat dans un communiqué. «La volonté de l’Unsa est de rentrer dans une logique de négociation avec un souci d’équité, la préservation de l’emploi étant notre priorité», ajoute l’Unsa. Franck Mikula de l’Unac (hôtesses et stewards, CFE-CGC) s’est toutefois inquiété que la compagnie n’ait pas dévoilé la totalité de son plan de redressement jeudi.

    De source interne à Air France, on indique que les efforts consentis par la seule compagnie française «sont très importants». «En ce qui concerne les mesures immédiates, ce sont au total 330 millions d’économies liées au ralentissement des investissements», a précisé cette source à l’AFP. Le volet réduction de coûts et mesures conjoncturelles (réductions de coûts liées à la publicité, frais généraux de déplacement, de consulting, réduction des frais d’hébergement des équipages, hausse de la productivité dans l’activité maintenance, etc.) se chiffre à 410 millions d’euros, a encore souligné la même source. Mesure symbolique, une partie des billets réservés aux salariés d’Air France-KLM leur permettant de voyager à prix très avantageux seront supprimés pour générer des recettes supplémentaires.

     

     

    Samedi 14 Janvier 2012 :

     

    Sûreté aéroportuaire : le ras-le-bol des navigants

     

    http://www.lepoint.fr/societe/surete-aeroportuaire-le-ras-le-bol-des-navigants-10-01-2012-1417453_23.php

     

    Un rien provocateur, le député Charles de Courson a ouvert, mardi, le colloque « Forces et faiblesses de la sûreté aéroportuaire » en annonçant que des armes factices avaient été introduites à l’Assemblée nationale. Les appareils d’analyse à rayons X placés à l’entrée du 101 de la rue de l’Université, censés contrôler tous les entrants, députés, fonctionnaires, visiteurs, n’ont pas détecté la valise contenant deux pistolets, ni l’ours en peluche ou les chaussures piégés, utilisés pour entraîner les agents des aéroports. Un anarchiste a bien tenté autrefois un attentat, sans succès. « C’était en 1810, relativise le député de la Marne. Le pouvoir n’est plus à l’Assemblée nationale. » Prévu initialement en juin, ce colloque, organisé par le chercheur criminologue Christophe Naudin, arrive en pleine actualité après dix jours de grève des opérateurs de la sûreté aéroportuaire pendant les fêtes de fin d’année.

     

    Philippe Pezeut, commandant de bord Airbus A330, n’a pas mâché ses mots, répercutant le malaise des pilotes et, en général, des navigants hôtesses et stewards. Il compare l’organisation de la sûreté dans les aéroports français à un réseau routier national sans code de la route où chaque société d’autoroutes édicterait sa propre réglementation sans la rendre publique. Des arrêtés préfectoraux, ceux de la DGAC (Direction générale de l’aviation civile), des règlements locaux et le zèle de certains agents font que Toulouse s’obstine sur les ceintures des personnes contrôlées, alors qu’à Lille on se polarise sur les chaussures.

    « Lors d’un contrôle, une femme musulmane peut garder son tchador alors qu’une hôtesse doit enlever le foulard imposé par l’uniforme de la compagnie », cite Philippe Pezeut. Il insiste sur le risque en termes de sécurité causé par le stress de vérifications tatillonnes. Un équipage énervé n’aborde pas un vol dans de bonnes conditions… « On nous confisque un canif et nous confie ensuite un avion. N’est-ce pas contradictoire ? » remarque le pilote.

     

    Vérification aléatoire au Canada

     

    La réglementation internationale, à ce jour, prévoit que toutes les personnes embarquant sur un avion soient soumises au même contrôle. Donc pas de discrimination. La France respecte ce texte, mais l’Italie l’a adapté et permet aux opérateurs de sûreté de ne pas contrôler un équipage s’il est au complet et que la liste a été transmise. Au Canada, pas de contrôle systématique, mais des vérifications approfondies aléatoires.

    Les navigants français, tous munis d’un badge, demandent que celui-ci devienne biométrique pour éviter l’usurpation d’identité et pour être affranchis du contrôle. Charles de Courson soutient cette proposition. L’administration française est réticente et souhaiterait une initiative européenne. « Ce qui est une manière de botter en touche et d’en reparler dans dix ans », affirme un pilote.

    Le traitement du passager et la portée anxiogène des mesures de sûreté ont été décrits par la sociologue Gabrielle Lebagouze, qui cite le cas extrême où « les forces de l’ordre méprisent moins un gardé à vue que certains agents de sûreté au passage du poste inspection frontière ».

    À bord de l’avion, les mesures de sûreté ne semblent guère plus rationnelles. La porte blindée du cockpit imposée après septembre 2001 – coût : 20 000 euros par avion – peut arrêter un déséquilibré qui voudra importuner l’équipage. Elle n’arrêtera pas un terroriste déterminé. De même, un intervenant en marge du colloque a clairement indiqué comment on passe au contrôle de sûreté un engin explosif de la taille d’une grenade. Autre paradoxe, une lime à ongles peut être confisquée alors qu’une hache est présente à bord des avions.

    Charles de Courson qualifie de « ligne Maginot » les contrôles effectués dans les aéroports, ce qui en dit long sur sa vulnérabilité. « Il faut arrêter de dépenser 930 millions d’euros par an pour des mesures inefficaces destinées seulement à rassurer l’opinion publique, martèle-t-il. Il serait préférable de s’intéresser un peu plus aux personnes malfaisantes qu’aux objets eux-mêmes. »

     

     

     

    Vendredi 13 Janvier 2012 :

     

    Synthèse & analyse suite à l’annonce du plan de restructuration Air France-KLM,

     

    Par Nathalie Coldefy ,Présidente du SNPL Régional

     

    Télécharger l’article complet sur ce lien. 120113 Annonces AF

     

    Ce jeudi 12 janvier 2012, le PDG d’Air France a présenté devant le CCE AF la première partie du plan de redressement AF-KLM, baptisé « TransForm 2015 ».

     

    La presse s’en est fait écho et voici une synthèse de ce que l’on peut lire aujourd’hui.

     

    Les mesures annoncées concernent les salariés d’Air France et il nous faut attendre pour connaître leur déclinaison dans les filiales.

     

    Rappel des éléments clés :

     

    Une dette de 6,5 Mds€, principalement due au fait qu’Air France ne peut financer ses investissements.

     

    Une marge opérationnelle négative, alors que celle de nos concurrents est positive.

     

    Trois objectifs annoncés :

     

    Restaurer la compétitivité en redressant la marge opérationnelle

    Restructurer les réseaux Court/Moyen-courrier

    Réduire rapidement l’endettement

     

    A ce stade, seules des mesures conservatoires (« conjoncturelles ») ont été présentées.

     

    Gel des salaires pour les années 2012 et 2013, et gel des avancements

     

    Dénonciation du titre 7 de la Convention d’Entreprise commune à tous les salariés Air France (mobilité – flexibilité),

     

    Réduction des indemnités PN en escale,

     

    Report de commandes d’avions (et par conséquent d’investissements au sol), les livraisons de 3 Airbus 320 de 2012 à 2013-2015, de 2 Airbus 380 de 2014 à 2016 et d’un Boeing 777 de 2015 à 2016.

     

    Externalisation de l’entretien avion Moyen Courier (A319 – A320) au Maroc,

     

    Révision des grilles horaires de tous les salariés,

     

    Suppression des billets R1 tarif High (baisse de l’offre),

     

    Réduction des frais généraux, du budget publicité et du budget informatique.

     

    Planification obligatoire de tous les Congés Annuels en début d’année

     

    Positionnement obligatoire des CHS, RTT, CJT sur des périodes de basse activité,

     

     

    C’est un chantier social sans précédent, les négociations avec les syndicats devraient débuter sans tarder, avec un calendrier à 6 mois pour parvenir à des accords.

     

    L’objectif est de ramener le réseau moyen-courrier à l’équilibre en 2014.

     

    Quant au groupe lui-même, il pourrait ainsi revenir à l’équilibre dès fin 2012, dans le meilleur des cas.

     

    Nul ne sait ce qui pourrait ressortir d’une future renégociation des conventions d’entreprise en temps de crise.

     

    De plus, « ont-ils l’intention de réduire le réseau à un point tel que de graves questions d’emplois pourraient se poser ? », s’interroge l’UNAC qui déplore « que ce soit un calendrier extérieur aux intérêts de l’entreprise qui guide le choix de repousser les annonces touchant à l’emploi à une période post élections présidentielles ».

     

    En effet, la deuxième phase, dite « structurelle », sera présentée en juin, avec pour objectif de générer un milliard d’euros supplémentaires, par augmentation de la productivité et « rationalisation de l’activité régionale », ce qui inclut les filiales Britair et Régional.

     

    Concernant Régional, nos accords vont-ils eux aussi être dénoncés, nos salaires gelés, etc. ?

     

    Pour l’instant notre Direction n’as pas communiqué sur ce sujet.

     

    Et comme par hasard, la reforme du droit de grève commanditée et poussée par Air France arrive en même temps.

     

    L’objectif :

     

    Priver de toute efficacité la réaction des Organisations Professionnelles, en obligeant les salariés grévistes à se déclarer 48 h avant le début du conflit, sous peine de sanction disciplinaire !

     

     

    annonce-af-1-227x300

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    annonce-af-2-209x300

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Jeudi 12 Janvier 2012 :

     

    EDITION SPECIALE « Avenir d’Air France »

     

    Interview de David Ricatte, Secrétaire National CGT Air France

     

     

    http://www.youtube.com/user/cgtairfrance?feature=watch

     

     

     

    Air France-KLM : un plan à trois ans ambitieux destiné à restaurer sa rentabilité

     

    Télécharger le document sur ce lien.AFKLM_Plan à 3 ans_VF-1

     

    http://www.airfranceklm-finance.com/

     

     

    Air France vise 2 Mds€ d’économies

     

    Lefigaro.fr

    12/01/2012 | Mise à jour : 18:46 | Réagir

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/index.php

     

    Le groupe Air France-KLM a annoncé aujourd’hui un plan d’économies «de plus d’un milliard d’euros sur trois ans» pour «restaurer sa rentabilité». Trois priorités ont été définies dans ce premier train de «mesures immédiates» : «restauration de la compétitivité impliquant une réduction des coûts, restructuration de l’activité court et moyen-courrier et réduction rapide de l’endettement». En outre, le groupe devrait générer un milliard d’euros supplémentaires dans le cadre d’un «plan de transformation» de ses activités.

     

    • Gel des salaires chez Air France

     

    Pour atteindre ces objectifs, Air France-KLM va mettre en oeuvre «dans les plus brefs délais» ses nouvelles mesures d’économies que le groupe détaille dans un communiqué. Le groupe annonce ainsi une politique de gel des augmentations générales des salaires en 2012 et 2013 chez Air France et de modération salariale chez KLM. Le gel des embauches décidé en septembre dernier sera également poursuivi. Des efforts additionnels de productivité, une nouvelle réduction des frais généraux et une adaptation du réseau compléteront ces mesures.

     

    • Réduction de la flotte

     

    Air France-KLM compte ainsi réduire sa flotte, pour adapter son offre aux perspectives de croissance de son activité. Le groupe va donc décaler des livraisons d’avions et n’exercera pas les options assorties à ses commandes. «Compte tenu des incertitudes de l’environnement économique et d’un déséquilibre persistant entre l’offre et la demande de transport, il a considéré que le choix d’une quasi stabilité de l’offre du groupe Air France-KLM, tant pour le transport de passagers que pour le transport de fret, s’imposait», indique le groupe. En conséquence, l’offre d’Air France-KLM ne sera augmentée que «d’un peu plus de 5%» entre 2012 et 2014.

     

    • Investissements rognés

     

    Outre la flotte, la compagnie aérienne va revoir à la baisse ses investissements, «à l’exception de ceux destinés à l’amélioration continue de la sécurité des opérations et de ceux liés aux services au client». Cette mesure devrait permettre de ramener le programme d’investissement du groupe de «plus de 6 milliards d’euros sur la période 2009-2011 à moins de 5 milliards sur les trois prochaines années».

     

    • Nouvelles règles d’emploi

     

    «Ces améliorations restent toutefois insuffisantes pour garantir un retour durable du groupe à la compétitivité et une situation financière durablement assainie», prévient toutefois la compagnie. «Le retour à une profitabilité satisfaisante nécessitera une amélioration très importante de la productivité dans tous les secteurs du groupe, ce qui impliquera la renégociation des règles d’emploi contenues dans les accords collectifs existants», ajoute-t-elle. Des négociations avec les organisations représentatives des différentes catégories de personnel «débuteront sans délai». L’objectif de ce «plan de transformation» est de générer une augmentation supplémentaire d’un milliard d’euros de la capacité d’autofinancement sur trois ans.

     

    Grâce à l’ensemble de ces mesures, Air France-KLM espère un retour à l’équilibre de son activité moyen-courrier, qui souffre d’une érosion de ses recettes depuis la crise de 2008-2009. Les pertes d’exploitation de cette activité «seront de l’ordre de 700 millions d’euros sur l’année 2011», souligne la compagnie.

     

     

     

    Mercredi 11 Janvier 2012 :

     

     

    * Air France-KLM dévoile un plan d’économies d’urgence

     

     

    Finalisé ce mercredi à Amsterdam par le conseil d’administration, le premier volet du plan de redressement est entièrement consacré aux mesures d’économies d’urgence.

     

    C’est demain jeudi après-midi que les représentants des personnels d’Air France découvriront le premier volet du plan de redressement d’Air France-KLM.

    Finalisé ce mercredi à Amsterdam par le conseil d’administration d’Air France-KLM, le plan sera d’abord présenté jeudi matin au conseil d’administration d’Air France, avant d’être dévoilé à 14h30 au comité central d’entreprise.

    Mais l’ensemble des personnels devra attendre vendredi après-midi pour en connaître les détails, lors d’une web-conférence du PDG Alexandre de Juniac.

    A ce stade, pas de révolution à attendre, mais un catalogue de mesures d’économies destinées à enrayer l’aggravation des pertes d’Air France, en attendant un second volet, fin mai-début juin, qui sera consacré à la transformation du groupe.

     

    Le premier point abordé sera le chiffrage du montant des économies à réaliser. En septembre dernier, Pierre-Henri Gourgeon , ancien patron du groupe, avait chiffré entre 700 à 800 millions d’euros, le besoin de cash additionnel sur trois ans pour permettre à Air France-KLM de faire face à ses engagements. La situation de l’entreprise ne s’étant pas améliorée depuis, l’objectif assigné à Alexandre de Juniac pourrait donc atteindre le milliard d’euros d’ici à 2015. Soit l’écart de génération de cash constaté entre Air France-KLM et son principal concurrent Lufthansa, qui veut lui-même économiser 1,5 milliard d’euros.

     

    Une fois chiffré, ce plan d’économies sera ensuite détaillé, direction par direction. Les mesures les plus attendues en interne sont évidemment celles concernant la direction des ressources humaines. Si aucun licenciement n’est à l’ordre du jour, un gel des salaires devrait s’ajouter à celui des embauches, déjà annoncé. A elle seule, cette mesure permettrait à Air France-KLM d’économiser quelque 250 millions en 2012. Aucune catégorie de personnel ne devrait être épargnée, a promis Alexandre de Juniac. Mais un effort particulier sera demandé aux membres du comité de direction et aux cadres-dirigeants .

     

    Plus classique, les 1,3 milliard d’euros d’investissements prévus en 2012 seront également revus à la baisse. A l’exception de ceux touchant à la sécurité des vols et aux innovations sur le service au client, comme la refonte de la classe affaires. Air France-KLM devrait aussi tailler dans son programme de vol, dont la croissance était encore fixée à 3 % cet été. Concernant la flotte, les reports de livraisons n’auraient pas d’impact sur les comptes de 2012. En revanche, Air France devrait amplifier les opérations de « sale & lease back » (vente d’avions qui sont ensuite reloués), qui ont déjà généré près d’un demi-milliard en 2011. Aujourd’hui, 35 % de la flotte d’Air France est en location.

     

    Axe de restructuration

     

    Au delà de ces mesures d’économies, Alexandre de Juniac devrait également indiquer les principaux axes de la restructuration à venir, basée sur deux priorités : la restructuration du moyen-courrier, principal foyer de pertes, et l’amélioration de la compétitivité d’Air France. Deux thèmes, qui passeront nécessairement par l’ouverture de négociations avec les syndicats.

    La révision de l’accord collectif des personnels navigants, ainsi que le regroupement des filiales régionales et la réduction des coûts d’escale, devraient notamment figurer au menu des futures discussions.

     

     

    Air France : nouveau patron aux commandes, nouvel espoir ?

     

     

    http://thewingman.blog.lemonde.fr/2012/01/10/air-france-nouveau-patron-aux-commandes-nouvel-espoir/

     

    Air France saura-t-elle donc reprendre son envol ?

     

    La réponse pourrait donc bien se trouver dans la manière de gouverner d’Alexandre De Juniac : de l’homme d’état ou de l’homme d’industrie, lequel s’exprimera ?

     

    Une gestion archaïque du management : une impunité et des personnes inamovibles.

     

    Les limites d’un modèle ?

     

    Et si le hub avait vécu?

    Publié le 10 janvier 2012 par thewingman

     

     

     

    10 FUNNIEST AIRPLANE PARODIES – Pilots & Flight Attendants Behaving Badly!

     

    Image de prévisualisation YouTube

     

     

     

    Lundi 9 Janvier 2012 :

     

     

    Et si on parlait scope clause …

     

    Télécharger l’article complet sur ce lien

    La Ligne 566-2

     

    What is the Difference Between Good Scope and Bad Scope ?

    …/.

    Faire cohabiter au sein d’un Groupe, en bonne intelligence et de façon économiquement viable les différents modules sur le marché….

     

    Les PN doivent avoir la sagesse de préserver le seul élément permettant de défendre le contrat : l’unité pilote.

     

    Airbus ou Embraer, ou pourquoi le marché aérien a besoin des deux…

     

     

    Pourquoi les restrictions sur les filiales ne protègent pas les emplois et les rémunérations des pilotes de la maison mère …

     

     

    La scope clause affecte la composition des flottes et génère un manque sur le marché entre 100 & 130 sièges…

     

     

    Comment une mauvaise scope clause peut détruire le pouvoir de négociation des pilotes du Groupe…

     

    Le dialogue n’est pas la compromission,

    la négociation n’est pas un affrontement,

    c’est un projet commun auquel au moins deux parties ont décidé d’adhérer.

     

    Nathalie Coldefy, présidente du SNPL Régional

     

     

    laligne-566-1-213x300

    la-ligne-566-2-213x300

    la-ligne-566-3-213x300

     

     

     

    Sensibilisation aux FTL: vidéo à visionner

     

    *Vidéo réalisée par l’association des pilotes de ligne danois DALPA:

     

    Image de prévisualisation YouTube

     

    La règlementation européenne concernant les limitations de temps de vol est en cours de révision en Europe.

     

    Les propositions actuelles de l’AESA (Agence européenne de la sécurité aérienne) vont impacter directement la sécurité des vols, en ne prenant pas suffisamment en compte la fatigue des pilotes.

    L’ECA (European Cockpit Association) et les associations membres de pilotes de ligne, dont le SNPL France ALPA, mènent des actions de lobbying à l’échelle européenne et nationale depuis plus de deux ans, en demandant que ces règles soient amendées et fondées sur des études scientifiques, à l’instar de la nouvelle règlementation mise en place aux Etats-Unis par la FAA (Federal Aviation Administration).

    Ne nous y trompons pas, l’enjeu est d’importance : les nouvelles FTL impacteront la totalité des pilotes, y compris ceux qui aujourd’hui, semblent protégés par des accords d’entreprise favorables. Si le plancher réglementaire s’effondre, tout le système s’adaptera à la baisse…

     

    Dans le but de favoriser la sensibilisation du plus grand nombre à cette problématique, vous trouverez ci-dessous les vidéos réalisées par nos collègues européens:

     

     

    *Vidéo réalisée par l’association des pilotes de ligne anglais BALPA:

    Image de prévisualisation YouTube

     

     

    *Reportage de la TV ARD (en allemand sous-titré en anglais):

     

     

    TV report OU http://mediathek.daserste.de/sendungen_a-z/432744_plusminus/6877250_flugverkehr-piloten-im-sekundenschlaf-engl-

     

     

    Faites circuler cette vidéo le plus largement possible, notre lobbying n’en sortira que renforcé.

     

    Le site dead-tired de l’ECA a été mis à jour, visitez-le sur : http://www.dead-tired.eu/

     

     

    Revue de presse .

     

    NETTE HAUSSE DU TRAFIC PASSAGERS D’AIR FRANCE-KLM EN DÉCEMBRE

    http://www.zonebourse.com/AIR-FRANCE-KLM-4604/actualite/Air-France-KLM-Nette-hausse-du-trafic-passager-en-decembre-13960078/

     

     

    PARIS, 9 janvier – Air France-KLM a fait état lundi d’une hausse de 7,5% de son trafic passagers en décembre, soutenu notamment par des bases de comparaison favorables, tandis que la baisse du trafic de fret a ralenti à 0,3% sur la même période.

    Dans un communiqué, la compagnie aérienne rappelle que le mois de décembre 2010 avait été perturbé par des chutes de neige en Europe et aux Etats-Unis, ce qui s’était traduit par plus de 5.000 annulations de vols pour le transporteur franco-néerlandais.

    Sur le dernier mois de 2011, Air France-KLM a enregistré une hausse de 6,3% de ses capacités, qui, conjuguée à la progression de 7,5% du trafic passagers, lui permet d’afficher un coefficient d’occupation en amélioration d’un point à 81,5%.

    Toutes les régions ont vu leur trafic augmenter en décembre, à commencer par l’Europe, la région la plus touchée par les intempéries de 2010, qui signe une hausse de 14,8%.

    Le trafic de fret, en revanche, a enregistré une nouvelle baisse, mais à un rythme nettement moindre que le mois précédent, marqué par un repli de 8,1%.

    Le coefficient de remplissage affiche un léger recul de 0,3 point à 68,1%.

     

    Air France entame sa restructuration

     

     

    http://www.lejdd.fr/Economie/Entreprises/Actualite/Air-France-entame-sa-restructuration-447207/

     

    Le nouveau patron de la compagnie dévoilera cette semaine son plan de rigueur.

    Rien n’a filtré, vendredi, lors de la visite d’Alexandre de Juniac aux ateliers de maintenance d’Orly. Face à 200 cadres et ouvriers, le nouveau patron a ménagé le suspense autour du plan de restructuration d’Air France. Ses réponses sont attendues cette semaine. Mercredi, le conseil d’administration d’Air France-KLM donnera le coup d’envoi. Jeudi, les administrateurs de la seule compagnie française se réuniront à leur tour pour étudier les mesures préconisées. Dans la foulée, un comité d’entreprise informera les responsables du personnel. Et vendredi, Alexandre de Juniac rassemblera l’ensemble des cadres. Un calendrier serré pour des mesures d’urgence.

    Dès sa prise de fonction mi-novembre, le patron d’Air France a dit vouloir « colmater des voies d’eau » d’ici à l’été avant de « commencer à redresser la trajectoire » au deuxième semestre. Ce colmatage vise les centaines de millions d’euros de pertes générées par la compagnie l’an dernier, dont 366 de janvier à septembre. Un gel des embauches et des salaires est à prévoir.

    90% des pertes d’exploitation avec l’activité moyen courrier

    Après le vaste plan de départs volontaires de 2008 et à quelques mois de l’élection présidentielle, un nouveau plan social semble exclu. La fermeture de lignes (comme Paris-Annecy en décembre) et la réduction de fréquences sur des destinations déficitaires paraissent inévitables. La compagnie envisage le report de commandes d’appareils auprès d’Airbus, comme en 2009. « Redresser la trajectoire » s’annonce plus problématique.

    Il faut revoir l’activité moyen courrier (Europe et Bassin méditerranéen) qui concentre près de 90% des pertes d’exploitation.

    Sur ces vols, Air France opère avec ses avions et ceux d’au moins quatre de ses filiales : Brit Air, Régional, Cityjet et Transavia.

    Le 1eravril, viendront s’ajouter les vols low cost depuis les nouvelles bases de province. Vingt-deux lignes seront ouvertes. « Cela représente 30 avions sur une flotte de 250 dédiés au moyen courrier. Ce n’est pas cela qui va sauver la compagnie », regrette Didier Foussat, du Syndicat national du personnel navigant commercial (SNPNC). Arrivé seul, Alexandre de Juniac a promis de s’appuyer sur « les compétences internes ». Et de poursuivre ses visites de terrain. Un geste d’ouverture pour apaiser les turbulences à venir.

    Plus d’actu finance/économie avec Boursier.com

     

     

    Air France voudrait réduire ses activités en Corse

     

    La compagnie aérienne française, qui accuserait une perte annuelle de 25 millions d’euros en Corse et qui multiplie les déboires en justice depuis deux mois face aux 45 CDD qui demandent leur intégration, aurait l’intention de réduire ses activités sur l’île de Beauté, d’après Les Echos.

    Selon le quotidien économique, Air France aurait informé sa partenaire Air Corsica qu’elle n’assurerait plus ses vols en escale à partir du 1er avril 2012.

    En effet, comme elle l’affirme depuis des mois, la compagnie se retrouve face à d’importantes difficultés en Corse avec des pertes estimées à 25 millions d’euros par an et des coûts d’escale deux fois plus élevés qu’en métropole. Si cette information se confirme, la compagnie régionale devrait embaucher le personnel d’Air France pour faire face à l’accroissement d’activité.

    D’autre part, Air France aurait annoncé au syndicat son intention de remplacer progressivement les CDD embauchés l’été par des sous-traitants. Difficile de ne pas voir dans cette décision une conséquence directe du conflit qui oppose la direction à 45 CDD qui réclament leur titularisation depuis deux mois et à qui les tribunaux de prud’hommes de Bastia et Ajaccio ont donné raison. Air France est d’ailleurs sous le coup d’une astreinte de 66.000 euros par salarié pour chaque mois de retard.

    Mais Air France ne parle aucunement de quitter la Corse. Aux côtés d’Air Corsica, elle négocie en effet avec les élus locaux le prochain contrat quadriannuel qui sera effectif le 1er avril 2012. Elles agitent tout de même le chiffon rouge, menaçant de réduire leur programme de vols, si elles n’obtiennent plus de 100 millions par an (au lieu de 65 millions de subventions actuellement).

     

     

    City Jet annonce une base à Edimbourg

     

    La compagnie aérienne CityJet va ouvrir une base sur l’aéroport d’Edimbourg, afin de renforcer sa présence entre l’Ecosse et Londres – City.

    Alors que le rachat de BMI (British Midland) par British Airways fait craindre une mainmise de la compagnie nationale entre les capitales d’Angleterre et d’Ecosse, la filiale irlandaise du groupe Air France – KLM a décidé de renforcer sa présence à Edimbourg, où une nouvelle base sera créée et 42 emplois transférés.

    Selon la PDG de CityJet Christine Ourmières, le projet sera accompagné par le lancement de plus de services entre les deux villes afin de mieux répondre aux attentes des hommes d’affaires, dont Londres – City est l’aéroport favori. Pas détail sur la date de lancement ou le nombre de fréquences qui seront ajoutées (14 vols par semaine en ce moment), mais une nouvelle route entre Londres – City et Aberdeen devrait voir le jour, et celle vers Dundee être renforcée.

    British Airways opère aujourd’hui environ deux tiers du trafic entre les deux aéroports, mais la base devrait également servir à la présence en Ecosse du groupe Air France – KLM. La compagnie néerlandaise en particulier clame être première sur les vols internationaux au départ d’Ecosse via son hub de Schiphol, devant BA via Heathrow.

    CityJet relie Edimbourg à Paris – CDG, et opère des routes entre Londres City et dix-sept aéroports européens, dont Avignon, Brive, Deauville, Nantes, Paris – Orly, Pau ou Toulon.

     

     

    Dimanche 8 Janvier 2012 :

     

    Air France : le plan d’urgence avancé

     

    Les mesures d’urgence, destinées à contenir les pertes de la compagnie Air France, seront présentées aux administrateurs du groupe, à ceux de la compagnie ainsi qu’aux salariés la semaine prochaine, a-t-on appris aujourd’hui de source proche de la compagnie.

    « Le conseil d’administration du groupe Air France-KLM se tiendra mercredi à Amsterdam,

    celui d’Air France jeudi à Roissy Charles-de-Gaulle avant un comité central d’entreprise (CCE) le même jour (jeudi) », a déclaré cette source. Initialement, le CCE devait se dérouler le 16 janvier.

    Air France est condamnée à faire des économies tous azimuts si elle veut sauvegarder son réseau domestique aujourd’hui menacé par les compagnies à bas prix et si elle veut résister sur le long-courrier à ses rivales d’Asie et du Golfe.

    Le groupe se refuse à divulguer l’ampleur des pertes.

    Mais le dernier rapport du cabinet d’audit Secafi, rendu public par le quotidien Libération, fait état d’un trou d’environ 300 millions d’euros cette année pour l’ensemble du groupe Air France-KLM, qui sera au mieux à l’équilibre en 2012. Et la compagnie française, considérée comme le principal foyer de pertes du groupe, restera déficitaire au moins jusqu’en 2013, selon cette même étude.

    L’emploi, une « mesure de dernier recours »

    Outre le gel des salaires, des lignes non rentables ou aux perspectives moroses pourraient être coupées. Elle a ainsi confirmé cette semaine la suspension de ses lignes Paris-Newark l’été prochain. Les analystes estiment en outre que la compagnie pourrait avoir recours à la vente-crédit bail qui consisterait à vendre des avions dont Air France prendrait livraison à des compagnies de location qui les lui loueraient en retour.

    Les syndicats ne s’attendent pas à des mesures radicales concernant l’emploi, comme un plan de départs volontaires comparable à celui de 2009 pour le personnel au sol (environ 1.700 départs). Le nouveau PDG d’Air France, Alexandre de Juniac, a lui-même affirmé que l’emploi ne serait qu’ »une mesure de dernier recours ». Enfin, il avait récemment exclu d’annuler des commandes d’avions. Un second volet de mesures plus structurelles sera dévoilé au printemps.

     

    Samedi 7 Janvier 2012 :

     

    PIF, sûreté aéroportuaire, allez vous exprimer à Paris le 10 janvier prochain.

     

    Vous êtes nombreux à nous faire part de difficultés récurrentes lors du passage au Poste d’Inspection Filtrage des différents aéroports.

     

    Vous allez avoir l’occasion de vous exprimer lors du colloque,placé sous le patronage du Ministre des Transports Thierry Mariani, qui se tiendra au 101 rue de l’Université à Paris 7e le 10 janvier 2012.

     

    L’inscription préalable est obligatoire en envoyant un mail à l’adresse :

     

    an.colloque.surete.10012012@gmail.com

     

    Une pièce d’identité sera demandée à l’accueil.

     

    Téléchargez le programme sur ce lien.

     

    Programme_colloque_sureté_

     

     

     

    Vendredi 6 Janvier 2012 :

     

    Vous trouverez ci-joint un lien vers une vidéo expliquant les dangers de la proposition de loi du

    député Diard visant à encadrer le droit de grève.

     

    Vidéo sur le site snpl.com : Le SNPL face aux attaques contre le droit de grève

     

    Nous vous encourageons à diffuser ce lien vers un maximum de collègues, y compris non adhérents

    du SNPL.

     

    Communiqué de presse

     

    Le droit de grève n’est pas négociable

     

    Le SNPL France ALPA a été auditionné hier soir par la Commission de développement durable à

    propos de la proposition de loi du député Diard sur l’organisation du service et l’information

    des passagers dans les entreprises de transport aérien.

     

    Comme nous le craignions, l’objectif de cette loi n’est pas « d’informer » les clients mais bien de

    restreindre drastiquement le droit de grève des citoyens qui travaillent pour le transport

    aérien.

     

    Alors que le promoteur de cette loi évoque « la protection » des passagers, le Président de la

    République, lui, parle de « service minimum ».

     

    Or, aucun de ces deux points n’est acté dans cette loi.

     

    Quand le SNPL France ALPA demande à ce que les compagnies, sous peine de sanctions, soient

    dans l’obligation d’informer leurs passagers, le député Diard évoque leur « droit inaliénable de

    liberté d’entreprendre et de commercer ».

     

    Ce Gouvernement ultralibéral ne propose donc pas une loi destinée à protéger les

    citoyens/passagers de l’aérien, mais entend offrir un outil de dérégulation sociale aux

    dirigeants des compagnies aériennes françaises et ce, en pleine crise économique !

    Démonstration est faite que le Président, le Gouvernement et sa majorité ont, à la veille de la

    campagne électorale, décidé d’attaquer le droit de grève des salariés du secteur privé bien qu’il

    s’agisse aussi d’un droit constitutionnel.

     

    Dès hier, le SNPL France ALPA interrogeait les candidats à la présidence de la République pour

    connaître leur position sur cette proposition de loi. Il attend leurs réponses.

     

    Le Bureau Exécutif du SNPL France ALPA

     

     

    Toutes les énergies doivent être mobilisées pour combattre la proposition de loi du député Diard visant à restreindre le droit de grève dans le secteur de l’aérien.

     

    Dans ce cadre, nous vous proposons d’envoyer la lettre ci-jointe à votre député. Nous joignons également un lien permettant de trouver les coordonnées de votre député.

     

    Votre mobilisation est essentielle à la réussite de notre action.

     

    http://www.assemblee-nationale.fr/qui/communes/recherche_new.asp

     

    Modèle de lettre

    Modèle de lettre députés

     

     

     

    Jeudi 5 Janvier 2012 :

     

     

    Air France envisage de réduire la voilure en Corse

     

    Tandis que 45 anciens salariés en CDD campent toujours dans les aéroports de Bastia et Ajaccio pour obtenir leur titularisation, la compagnie, qui accuserait 25 millions d’euros de pertes annuelles sur la Corse, cherche à réduire ses coûts sur l’île de Beauté.

    Le bras de fer qui oppose depuis deux mois Air France à 45 anciens salariés en CDD en Corse pourrait bien se solder par une nette réduction des activités de la compagnie sur l’île de Beauté. Loin de vouloir céder aux revendications des 45 « indignés » qui réclament leur titularisation, Air France semble en effet décidé à réduire ses coûts d’escale en Corse, deux fois plus élevés que sur le continent. La compagnie, qui emploie quelque 400 permanents en Corse, accuserait une perte annuelle de 25 millions d’euros. Et ce malgré les 65 millions de subventions versées par la Collectivité territoriale de Corse à Air France et Air Corsica.

    Selon nos informations, Air France a ainsi annoncé à son partenaire Air Corsica son intention de ne plus assurer le traitement de ses vols en escale à compter du 1 er avril. Une décision qui, si elle se confirme, obligerait Air Corsica à réembaucher tout ou partie des anciens salariés d’Air France.

    Augmentation des subventions

    Autre décision annoncée cette fois aux syndicats : le remplacement progressif des CDD appelés en renfort durant la pointe estivale par des sous-traitants. Et ce quelle que soit l’issue du conflit. Malgré le verdict des tribunaux de prud’hommes de Bastia et Ajaccio l’obligeant à titulariser les 45 CDD, Air France espère toujours obtenir gain de cause lors du jugement d’appel, le 14 février, rendu par des magistrats professionnels, moins sensibles aux pressions syndicales et insulaires que les juges bénévoles des prud’hommes. Ceux-ci se sont montrés particulièrement sévères pour la compagnie. Outre l’obligation d’embaucher tous les CDD, Air France s’est vu condamné à une astreinte de 66.000 euros par salarié pour chaque mois de retard. Fin décembre, elle atteignait déjà 5 millions d’euros. Une astreinte confirmée mardi dernier par le tribunal de Bastia, mais qui reste sous séquestre jusqu’à la décision sur le fond.

    Parallèlement, Air France et Air Corsica continuent de négocier avec la collectivité territoriale une forte augmentation des subventions pour le prochain contrat quadriannuel, à compter du 1 er avril. Les deux compagnies, qui sont les seules à avoir répondu à l’appel d’offres, auraient demandé au total plus de 100 millions par an. Sous peine, là encore, de réduire la voilure.

    Les Echos

     

     

     

    Mercredi 4 Janvier 2012 :

     

    Prochaine réunion DP le 12 Janvier 2012.

     

    Si vous avez des questions, remarques, envoyez-nous un mail à

     

    snplregional@gmail.com

     

    avant le lundi 9 Janvier 2012.

     

     

    Mardi 3 Janvier 2012 :

     

    La revue de presse des Administrateurs

    Télécharger l’article complet sur le lien suivant .

    Revue de presse des Administrateurs N°25 1er janvier 2012

     

    AIR FRANCE KLM

    27 DÉCEMBRE 2011 – CERCLE FINANCE – Air France-KLM : PARMI LES GRANDS PERDANTS DU SBF120 EN 2011 – Page 1

    24 DÉCEMBRE 2011 – LE PARISIEN – NOUVELLE MENACE DE CONFLIT DANS LE CIEL EN FÉVRIER – Page 2

    23 DÉCEMBRE 2011 – LIBERATION – GROUPE AIR France-KLM : LE PIRE À L’HORIZON – Page 3

    15 DÉCEMBRE 2011 – AIRJOURNAL – AIR France DÉMENT LES 2000 SUPPRESSIONS D’EMPLOIS – Page 6

     

    COMPAGNIES AÉRIENNES

    22 DÉCEMBRE 2011 – REUTERS – BRITISH AIRWAYS BAT VIRGIN DANS LA COURSE POUR BMI – Page 8

    22 DÉCEMBRE 2011 – LES ECHOS – AVEC SON NOUVEAU PLAN, LUFTHANSA COMPTE ÉCONOMISER 1,5 milliard d’EUROS – Page 9

    19 DÉCEMBRE 2011 – AFP – LA COMPAGNIE D’ABOU DHABI ETIHAD VIENT À LA RESCOUSSE D’AIR BERLIN – Page 11

    19 DÉCEMBRE 2011 – AIRJOURNAL – IBERIA : 100 VOLS ANNULÉS PAR LA GRÈVE – Page 13

    16 DÉCEMBRE 2011 – REUTERS – EASYJET VOIT ENCORE DU POTENTIEL DE CROISSANCE EN FRANCE – Page 13

     

    ACTION AF KLM

    16 DÉCEMBRE 2011 – REUTERS – TABLEAU DE RECOMMANDATIONS ET DE PRÉVISIONS DES ANALYSTES SUR L’ACTION AIR FRANCE KLM – Page 16

     

    INFORMATIONS UTILES

    AIR FRANCE ACTIONNARIAT SALARIÉ ET ÉPARGNE SALARIALE – Page 17

     

     

    Lundi 2 Janvier 2012 :

     

    Accident de Pau : amende pour Air France

     

    Par Europe1.fr avec AFP

     

    Le tribunal correctionnel de Pau a condamné lundi un pilote de ligne à six mois de prison avec sursis pour un accident au décollage qui avait fait un mort en 2007, la compagnie aérienne Régional (groupe Air France) étant elle condamnée à 20.000 euros d’amende.

    Lors du procès pour homicide et blessures involontaires, un an de prison avec sursis et 20.000 euros d’amende avaient été requis par le parquet à l’encontre du pilote et de la compagnie aérienne.

    Seule Régional a été déclarée responsable sur le plan civil et devra verser à la FENVAC (Fédération nationale des victimes d’attentats et d’accidents collectifs) 5.000 euros au titre de préjudice moral et 5.000 euros pour frais d’avocat.

    Par ailleurs, de 4.000 à 41.000 euros dommages et intérêts ont été alloués à chacune des 27 parties civiles alors qu’une expertise médicale a été ordonnée pour trois d’entre elles afin d’apprécier le traumatisme en lien avec l’accident.

     

    Dimanche 1 Janvier 2012 :

     

     

    Bonnes année 2012

     

     

     

    Vendredi 30 décembre 2011 :

     

    May Day … May Day — May Day…

     

    Air France en Surpoids !!!

     

     

    Article du magazine Capital

     

    Les 4 pages de l’article sur les liens suivant :

     

    page 32

     

    schema

     

    page 34

     

    page 35

     

     

     

     

    Restriction du droit de grève, le préavis est déposé

    Tract intersyndical Lancement préavis

    tract-212x300

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Jeudi 29 décembre 2011 :

     

    244336_des-avions-de-la-compagnie-iberia-sont-gares-sur-le-tarmac-de-l-aeroport-de-madrid-le-18-decembre-20111-300x179

     

     

     

     

     

     

    Deux allers-retours Genève-Madrid et un aller-retour depuis Zurich pour la capitale espagnole, tous prévus demain, sont annulés. Ils font partie des 118 vols qu’Iberia supprime. La faute à la grève des pilotes qui protestent contre la future antenne low cost Iberia Express.

    «La grève prévue pour demain continue et 118 vols seront supprimés», a déclaré une porte-parole d’Iberia, précisant qu’aucune autre réunion n’était prévue d’ici à jeudi entre la direction et le principal syndicat des pilotes Sepla qui a appelé à la grève.

    118 vols sur 329 prévus seront annulés, soit 10% des long-courrier, 38% des moyen-courrier et 43% des vols intérieurs. La compagnie a assuré être parvenue à trouver une solution pour 90% des milliers de passagers touchés. Un tiers des vols avaient déjà été annulé dimanche 18 décembre lors d’une première journée de grève.

    La compagnie a indiqué avoir conclu des accords avec «de nombreuses autres compagnies qui desservent l’Europe, le continent américain et le Proche-Orient» pour prendre en charge les passagers.

    Salaires inchangés?

    Comme la première fois, ce nouvel arrêt de travail «n’affecte pas les vols opérés par Air Nostrum, Vueling et ceux en codes partagés, opérés par d’autres compagnies, ni ceux vers les îles Canaries et les Baléares, qui sont protégés par les services minimums» fixés par la loi, a précisé Iberia.

    Sepla a appelé à ces deux journées de grève pour protester contre l’arrivée d’Iberia Express, craignant que des bas salaires ne soient proposés aux nouvelles recrues et dénonçant une «violation de la législation» pour non respect de la convention collective.

    Cette filiale opérera des vols court et moyen-courrier en Europe à partir du printemps 2012 selon les plans d’Iberia, qui appartient au groupe International Airlines Group (IAG) depuis sa fusion en janvier 2011 avec British Airways. La compagnie assure que la création d’Iberia Express «ne va pas affecter les conditions de salaire et de travail» de ses employés actuels.

     

     

    aj_air-france-a319-265x199

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Rétrospective 2011 : Air France lance sa base de Marseille

     

     

    Air France a lancé le 2 octobre dernier sa nouvelle base de Marseille avec comme objectif but de re-conquérir le terrain perdu sur le marché des court et moyen-courrier face aux low cost Ryanair, easyJet et consorts.

     

    Le 2 octobre 2011, Air France mettait en service sa base de Marseille en y positionnant 10 Airbus A319 et A320 et 13 nouvelles destinations vers l’Europe et le bassin méditerranéen. Avec aujourd’hui 30 destinations depuis la cité phocéenne et d’autres qui s’y ajouteront en mars 2012 vers Venise (Italie), Hambourg (Allemagne) et Barcelone (Espagne) ou à l’approche de l’été vers Marrakech, le succès est semble-t-il au rendez-vous grâce à des prix pratiqués capables de rivaliser avec les low cost Ryanair, easyJet, Jet4you ou Wizzair, soit un vol pas cher aller simple à partir de 50 euros. La compagnie tient cependant à maintenir son image de compagnie traditionnelle en maintenant tous ses services habituellement offerts (miles, journaux, collation à bord et quota de bagages gratuits).

    Cette opération reconquête du court et moyen-courrier a été rendue possible grâce à une diminution des coûts opérationnels de 15 %, des avions qui effectuent plusieurs rotations par jour avec 30 à 35 minutes de délai pour désembarquement – réembarquement des nouveaux passagers à l’instar des low cost ou une meilleure productivité pour les quelque 130 pilotes et 250 hôtesses de l’air et stewards, tous volontaires.

    En 2012, Air France ouvrira au moins deux nouvelles bases. Le 1er avril, ce sera à Toulouse avec 10 Airbus A320 positionnés et seize nouvelles destinations qui s’ajouteront aux douze qu’elle y opère actuellement. Le 3 avril, c’est le tour de Nice avec six nouvelles destinations dont Istanbul et Tel Aviv ou Barcelone. Comme à Marseille, la compagnie française proposera des tarifs attractifs (à partir de 50 euros TTC l’aller simple), avec le même service qu’aujourd’hui.

     

    Une autre base provinciale devrait ouvrir à Bordeaux courant 2012.

     

    Bordeaux-Mérignac : 4 millions de passagers

     

    L’aéroport de Bordeaux – Mérignac a fêté hier le seuil symbolique des quatre millions de passagers transportés depuis le début 2011, en l’occurrence une passagère de la compagnie aérienne Air Austral.

    Une jeune femme a été tirée au sort le 28 décembre 2011 parmi les passagers du vol d’Air Austral UU947 en provenance de la Réunion, dont elle est d’ailleurs originaire, pour marquer le cap des 4 millions de passagers dans la plateforme girondine. Elle a été « récompensée » par un aller-retour gratuit entre les deux villes sur la même compagnie – et bien sûr un magnum du vin local.

    Parmi les compagnies qui desservent Mérignac on trouve cet hiver outre Air Austral et bien sûr la compagnie nationale Air France, Air Algérie, British Airways, Iberia, KLM, Royal Air Maroc, TAP Portugal ou Tunisair, et les low cost easyJet, Ryanair, Jet4you ou Vueling.

    L’aéroport avait atteint le cap du million de voyageurs en 1980, puis celui des 2 millions huit ans plus tard, les trois millions étant atteints en 2000 puis 2005. En novembre dernier, Mérignac a enregistré 298 000 passagers, soit +10% de trafic par rapport à novembre 2010. La plateforme emploie aujourd’hui plus de 7000 personnes et abrite plus de cent entreprises et établissements publics.

     

     

    Air France. Les salariés se préparent à un vaste plan d’économies

    Le nouveau PDG de la compagnie doit présenter mi-janvier les mesures d’urgence prévues pour tenter de redresser les comptes.

    Le nouveau PDG d’Air France, Alexandre de Juniac, dévoilera mi-janvier des mesures d’urgence pour tenter de redresser les comptes de la compagnie, en plein gouffre financier, en prélude à un plan d’économies plus drastique attendu au printemps, a-t-on appris jeudi 29 décembre.

    Le premier volet d’un plan de rigueur sera présenté aux représentants du personnel en Comité central d’entreprise le 16 janvier, selon des sources proches du dossier. De l’aveu des dirigeants, l’enjeu est immédiat: « stopper l’hémorragie » de trésorerie qui pourrait faire sombrer la compagnie tricolore.

    Air France, menacée sur son réseau intérieur par les compagnies à bas prix et malmenée sur le long-courrier par ses rivales d’Asie et du Golfe, est condamnée à faire des économies tous azimuts.

    « On va nous présenter des économies de fonctionnement qui auront un effet immédiat (achats, déplacements, etc.) », explique Michel Salomon, responsable CFDT. A l’unisson des autres syndicats et de la direction, il juge la situation « très sérieuse ».

    Un trou d’environ 300 millions d’euros

    « L’entreprise pourrait aussi mettre des mesures salariales sur la table », ajoute-t-il, évoquant un possible gel des rémunérations.

    La direction devrait chercher à dégager plus encore que les 700 à 800 millions d’euros d’économies sur trois ans qu’elle avait évoqués en septembre, estime Franck Mikula de l’Unac (hôtesses et stewards), « car la situation s’est encore dégradée depuis et 2012 devrait encore être une année déficitaire ».

    Air France se refuse à divulguer l’ampleur des pertes. Mais le dernier rapport du cabinet d’audit Secafi, rendu public par le quotidien Libération, fait état d’un trou d’environ 300 millions d’euros cette année pour l’ensemble du groupe Air France-KLM, qui sera au mieux à l’équilibre en 2012.

    Gel des embauches

    En revanche, Air France, principal foyer de pertes du groupe, restera déficitaire au moins jusqu’en 2013, selon cette même étude.

    Pour autant, les syndicats ne s’attendent pas à des mesures radicales concernant l’emploi, comme un plan de départs volontaires comparable à celui de 2009 pour le personnel au sol (environ 1.700 départs).

    Alexandre de Juniac a lui-même affirmé que l’emploi ne serait qu’ »une mesure de dernier recours ».

    Un gel des embauches contribuerait déjà à réduire la masse salariale, compte tenu des départs naturels enregistrés chaque année (620 personnes en 2010). Mais il ne suffira pas, jugent les experts du secteur.

    Pour contenir des pertes continuelles, il y a peu de mesures envisageables à court terme, souligne Yan Derocles, analyste financier chez Oddo Securities. « L’une des possibilités est le recours à la vente-crédit bail qui consisterait à vendre des avions dont Air France prendrait livraison à des compagnies de location qui les lui loueraient en retour », avance-t-il.

    Lignes supprimées

    Certaines lignes en Europe pourraient être supprimées, « notamment celles dont les fréquences sont élevées avec un taux de remplissage faible », ajoute-t-il.

    Surtout, les analystes estiment qu’Air France doit s’attaquer au manque de flexibilité et de productivité prêté à ses navigants, comparativement à leurs homologues européens, ainsi qu’aux effectifs jugés trop nombreux au sol (39.200 personnes, soit 67% des 58.500 salariés de la compagnie).

    La compagnie a certes mis sur pied une nouvelle organisation du travail sur son réseau court et moyen-courrier avec la mise en place progressive de bases en province (Marseille, Toulouse et Nice) pour économiser 15% de ses coûts.

    « Mais ce modèle est difficile à généraliser au long-courrier. Air France n’a pas de carottes à offrir face à des syndicats puissants », relève un analyste sous couvert d’anonymat. Dans ce contexte, il pointe la difficulté à réduire l’écart de compétitivité avec British Airways et Lufthansa

     

     

    Air France-KLM: parmi les grands perdants du SBF120 en 2011

     

    Air France-KLM devrait afficher l’une des pires performances annuelles du SBF120, accusant pour l’heure une chute de plus de 70% depuis le 1er janvier, à comparer à une baisse de 17% de l’indice sur la même période.

    L’action de la compagnie aérienne souffre de sombres perspectives, entre un environnement économique déprimé, qui pèse sur la demande dans le secteur, et le niveau élevé des prix du pétrole qui alourdit la facture de kérosène.

    Selon un article de Libération la semaine dernière citant un rapport, Air France-KLM pourrait annoncer une perte opérationnelle de 300 millions d’euros en 2011. Cette perte pourrait atteindre 500 millions en 2012, à moins d’une baisse de 13% du prix du baril de pétrole qui permettrait de retrouver l’équilibre financier l’année prochaine. En novembre déjà, le transporteur franco-néerlandais avait annoncé une perte nette retraitée de 94 millions d’euros sur le premier semestre de son exercice décalé, à comparer à un bénéfice de 104 millions d’euros au 30 septembre 2010.

    Dans le cadre de la présentation des résultats semestriels, Jean-Cyril Spinetta, qui avait repris la tête d’Air France-KLM en octobre, a fait part de la volonté du groupe de restaurer sa compétitivité, notamment en intensifiant ses efforts en matière de réduction des coûts.

     

    Air France « déleste » ses vols au départ de Pau

     

    Mardi soir les vols venant de Lyon, Orly et Marseille étaient annoncés annulés sur le site de l’aéroport de Pau. Idem pour les retours du lendemain matin au départ de Pau. Chez Air France, on explique que ces vols ne sont pas des annulations mais des délestages.

    En gros, une compagnie constatant que son avion n’est pas rempli décide de ne pas le faire voler pour remplir le suivant. « Ces délestages sont décidés au moins un mois à l’avance et si cela pose problème à un voyageur ayant réservé sur ce vol, la compagnie le prévient en temps et en heure », rassure le directeur de l’aéroport de Pau, Jean-Luc Cohen. Si le délestage met en péril une éventuelle correspondance (par exemple le vol d’Orly est remplacé par celui de Roissy ou part deux heures plus tard), la compagnie trouvera une solution si tant est qu’elle est prévenue du problème par le voyageur. De même si le vol Pau-Lyon est annulé et qu’aucun autre n’est programmé, la compagnie proposera pour le même prix un Pau-Paris suivi d’un Paris-Lyon.

    Un manque à gagner pour les aéroports

    « Les compagnies étudient les statistiques sur les cinq dernières années ou plus pour programmer leurs délestages », poursuit Jean-Luc Cohen. « Il s’agit pour elles de trouver un compromis entre le maintien de lignes peu rentables à titre commercial et les délestages, sources d’économies. »

    Outre que le délestage trop répété pourrait avoir un effet décourageant sur le voyageur, il pénalise les aéroports : « Pour nous, c’est un manque à gagner. Déjà l’été dernier, nous avions protesté auprès d’Air France car nous estimions qu’il y avait trop de délestages », déplore le directeur de l’aéroport.

     

     

    Mercredi 28 décembre 2011 :

     

     

     

    PIF, sûreté aéroportuaire, allez vous exprimer à Paris le 10 janvier prochain.

     

    Vous êtes nombreux à nous faire part de difficultés récurrentes lors du passage au Poste d’Inspection Filtrage des différents aéroports.

     

    Vous allez avoir l’occasion de vous exprimer lors du colloque,

    placé sous le patronage du Ministre des Transports Thierry Mariani,

    qui se tiendra au 101 rue de l’Université à Paris 7e le 10 janvier 2012.

     

    L’inscription préalable est obligatoire en envoyant un mail à l’adresse :

     

    an.colloque.surete.10012012@gmail.com

     

    Une pièce d’identité sera demandée à l’accueil.

     

    Téléchargez le programme sur ce lien.

    Programme_colloque_sureté_

     

    Mardi 27 décembre 2011 :

    Une épouvantable année 2011 pour Air France

    Selon Libération, qui s’est procuré un rapport réalisé pour le comité central d’entreprise, le résultat opérationnel du groupe Air France devrait être négatif de quelque 300 millions d’euros en 2011 alors qu’il était dans le vert en 2010, avec 28 millions d’euros.

    Pour le quotidien, « les perspectives pour 2012 sont pires encore ». En effet, « si l’équation économique (coût du carburant, recette par passager, etc.) reste la même qu’actuellement, Air France-KLM afficherait des »pertes d’exploitation plus importantes qu’en 2011″, qui dépasseraient les 500 millions d’euros ». Pour redresser la situation, Libération précise que « les mesures les plus délicates arriveront en mai, avec la restructuration du réseau moyen-courrier ». Pas de secrets, une hausse de la productivité est indispensable : « ce qui signifie plus d’heures de travail pour les navigants et davantage de sous-traitance au sol ».

     

     

    Licenciements de PNC : Air Med et sa filiale Hermes Airlines dans le viseur de syndicat

    L’Unac, syndicat de personnel navigant commercial, s’en prend à Air Med et à sa filiale Hermes Airlines, basée en Grèce et créée en août dernier.

    « Le Père Noël d’Hermes Airlines est passé : les PN français qui avaient été embauchés chez Hermes ont reçu un coup de téléphone les 23 et 24 décembre pour les informer qu’ils sont licenciés à la fin du mois ! » Ironique, l’Unac ajoute : « Joyeux Noël et bonne année de la part du patron d’Hermes Airlines qui est aussi le patron d’Air Méditerranée, le même qui vient d’annoncer un plan social dans sa compagnie avec plus de 80 licenciements. Pourquoi les Français ? Parce qu’ils étaient basés en France et que la compagnie aurait du payer des cotisations sociales en France ? »

     

     

    Vendredi 23 décembre 2011 :

    Air France-KLM pourrait enregistrer de lourdes pertes en 2011-12

    Air France-KLM pourrait enregistrer des pertes plus lourdes que prévu en 2011 et 2012, en raison de la hausse du prix du pétrole et de la crise, qui oblige le groupe à baisser ses prix pour remplir ses avions, rapporte vendredi le journal Libération.

    Selon le journal, qui cite un rapport réalisé début décembre par le cabinet de conseil Secafi pour le comité central d’entreprise (CCE), le transporteur pourrait accuser une perte opérationnelle de 300 millions d’euros en 2011 et au-dessus de 500 millions d’euros en 2012 si l’équation économique reste la même qu’actuellement.

    « De quoi accentuer la pression sur le nouveau tandem dirigeant formé par Jean-Cyril Spinetta (PDG du groupe) et Alexandre de Juniac (patron d’Air France), qui va présenter en janvier le premier volet de son plan pour redresser la compagnie tricolore », souligne Libération.

    Les chiffres présentés par le rapport du cabinet de conseil sont supérieurs aux pertes envisagées par les analystes, le consensus Thomson Reuters I/B/E/S anticipant un résultat opérationnel de -213,87 millions d’euros pour 2011 et de -288,09 millions d’euros pour 2012.

    « La perte envisagée n’a rien d’étonnant car il n’existe aucun potentiel d’amélioration de l’activité pour le groupe », commente un analyste en poste à Paris sous couvert d’anonymat.

    « La structure de coût est plus mauvaise que celles de ses concurrents, l’environnement économique se dégrade et le prix du baril de pétrole devrait rester élevé, il n’y a donc rien d’étonnant à ce que l’année 2012 soit pire que 2011″, ajoute-t-il.

    Libération précise néanmoins qu’il suffirait que le baril de pétrole baisse de 13% pour que le transporteur retrouve l’équilibre financier en 2012.

    Air France-KLM n’a pas souhaité commenter les informations de Libération.

    Au début du mois de novembre, Air France-KLM avait annoncé s’attendre à une perte d’exploitation au quatrième trimestre et sur l’ensemble de l’année 2011, sous le coup de la détérioration de la conjoncture et du prix élevé du carburant.

    Air France-KLM avait fait état d’un bénéfice d’exploitation de 28 millions d’euros en 2010.

     

    Jeudi 22 décembre 2011 :

     

    Limitation du droit de grève :

    Le SNPL France ALPA appelle à la grève des pilotes de ligne du 6 au 9 février prochain

     

     

    TELECHARGER LE DOCUMENT COMPLET SUR CE LIEN

    CP Grève 22122011

     

    Le SNPL France ALPA appelle l’ensemble des pilotes de ligne français à la grève, à partir du 6 février prochain. Il dénonce ainsi la méthode adoptée par le Gouvernement de recourir à une loi limitant le droit de grève dans le transport aérien, sans concertation ni dialogue.

    Le SNPL France ALPA, syndicat représentatif majoritaire des pilotes de ligne, prend acte de la décision du Gouvernement d’inscrire à l’ordre du jour de l’Assemblée Nationale la proposition de loi du député Diard, visant à restreindre le droit de grève dans le transport aérien.

    Sur la forme, cette manœuvre masque l’incurie des pouvoirs publics dans la gestion actuelle du mouvement social des agents de sûreté.

    Sur le fond, les pilotes de ligne ont toujours montré leur attachement au dialogue social et à la concertation. Vouloir, sous des prétextes électoralistes et démagogiques, décapiter une liberté de grève qu’ils ont toujours eu soin de n’utiliser qu’avec mesure ne peut être toléré.

    Face à cette situation, le SNPL France ALPA n’a d’autre choix que d’appeler à la grève : le mouvement saura être à la hauteur de l’attaque portée par le Gouvernement.

    Pour autant, le préavis long laisse entière la place au dialogue et à la négociation. Les voies d’un accord existent, il serait incompréhensible que par dogmatisme, le gouvernement ne s’en saisisse pas, préférant opposer et stigmatiser les uns et les autres.

    Mardi 20 décembre 2011 :

    Grève dans l’aérien : l’incurie du Gouvernement

     

     

    Ne nous y trompons pas : sans retrait de la proposition de loi du député Diard, le SNPL France ALPA appellera les pilotes de ligne à un mouvement de grève à la mesure de l’attaque portée.

     

    télecharger le document sur ce lien 20 12 2011 Incurie

     

     

    Transavia: le programme d’été 2012 en vente

     

    La compagnie aérienne low cost Transavia a ouvert à la vente son programme d’été 2012, au départ de Paris, Lyon, Nantes et Porto.

    La filiale à bas coûts d’Air France – KLM proposera à partir de fin mars des vols low cost vers 23 destinations au départ de Paris – Orly, dont quatre vers l’Espagne (Grenade, Ibiza, Séville et Ténériffe), trois vers le Maroc(Agadir, Marrakech et Oujda), deux vers la Tunisie (Djerba et Monastir), quatre vers la Grèce (Héraklion, Chania / La Chanée, Santorin et Mykonos), trois vers la Turquie (Antalya, Izmir et une nouveauté, Bodrum), deux vers le Portugal (Porto et Funchal), deux vers l’Egypte (Catane et Palerme), deux vers l’Egypte (Hurghada et Louxor), et enfin une autre nouveauté, Larnaca à Chypre.

    A l’aéroport de Nantes – Atlantique, Transavia proposera neuf routes dont trois nouveautés, Lisbonne, Rome et Larnaca, ses avions s’envolant également vers Djerba, Monastir, Marrakech, Porto, Funchal et Héraklion. Depuis Lyon, elle opèrera vers Monastir et Héraklion, tandis que la rotation quotidienne entre Porto et Funchal est maintenue sans changement.

    La grève s’étend à d’autres aéroports à compter de ce soir minuit

    La grève des agents de sûreté, reconduite mardi 20 décembre, s’étend à d’autres aéroports français à partir de ce soir minuit : Nice, Bâle-Mulhouse et Rennes. Les pouvoirs publics nomment deux médiateurs pour sortir d’un conflit qui se prolonge depuis vendredi.

    Aucune négociation n’aura été possible ce lundi et le mouvement de grève des agents de sûreté s’étend en France. Après les aéroports de Lyon, Roissy Charles de Gaulle (CDG) et Toulouse-Blagnac, ceux de Nice, Bâle-Mulhouse et Rennes devraient entamer leur premier jour de grève à partir de ce lundi soir minuit et pour une durée indéterminée, en raison officiellement du ralliement des employés de la société Alyzia, filiale d’Aéroports de Paris (ADP). Reste à savoir dans quelle mesure le mouvement y sera suivi.

    Le gouvernement a nommé deux médiateurs pour en finir avec ce mouvement social qui affecte les passagers en pleine période de vacances de Noël.

    Ce lundi, le mouvement a moins perturbé le trafic sur l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry avec 90 % des vols assurés, soit 133 vols sur 150 et une moyenne concernant les retards s’élevant à 15 minutes. La direction de l’aéroport de Lyon prévoit même que l’ensemble des vols de mardi devraient être assurés.

    A Roissy, les vols avec retard jusqu’à 45 minutes de retard étaient concentrés sur les vols internationaux au niveau du terminal 2. Ainsi, ADP signalait que 348 vols ayant décollé à 15 heures sur un total de 630 grâce notamment au remplacement par ADP des agents grévistes par d’autres agents. A Toulouse, les retards s’élevaient à une trentaine de minutes

     

     

    Air Caraïbes dans le vert en 2011

     

    Le résultat net d’Air Caraïbes, numéro deux derrière Air France sur les liaisons métropole-Antilles, demeurera positif en 2011 et la compagnie étendra son réseau dans les Caraïbes en 2012, avec l’ouverture en mars d’une ligne Paris-Saint-Domingue, a annoncé à l’AFP un de ses dirigeants. « Nous visions un résultat net positif pour 2011. Nous serons un peu moins rentable que ce que nous pensions compte tenu de l’environnement économique difficile mais nous serons tout de même positifs », a déclaré Marc Rochet, membre du directoire et président de la filiale long-courrier de la compagnie lors d’un entretien téléphonique.

    Il a rappelé que l’an passé, la compagnie avait dégagé un bénéfice de l’ordre de 8 millions d’euros. « Ce sera un peu moins cette année car les tendances sont difficiles avec un double effet de ciseaux: une demande molle et un pétrole cher », a-t-il expliqué, ajoutant que le kérosène coûtait 100 millions d’euros par an à la compagnie. Air Caraïbes devrait réaliser un chiffre d’affaires de 300 millions d’euros en hausse de 10% sur un an, selon le dirigeant. La desserte de Saint-Domingue, dont le premier vol est prévu le 25 mars, doit permettre de rééquilibrer et dynamiser la desserte Port-au-Prince (Haïti) lancée il y a deux ans, a-t-il en outre souligné.

    « Cette nouvelle route s’appuiera sur la desserte de Port-au-Prince à l’aller et proposera un retour direct Saint-Domingue-Paris Orly », précise ainsi la compagnie dans un communiqué.

    Air Caraïbes prévoit dans un premier temps deux vols hebdomadaires le vendredi et le dimanche, pour capter la clientèle touristique et un troisième vol sera ajouté le mardi et proposé aux passagers entre le 15 juillet et le 20 août 2012. Le transporteur français, qui détient aujourd’hui 27% de parts de marché sur les liaisons métropole-Antilles, s’appuiera sur sa flotte de 5 Airbus A330 dont l’un a été récemment réceptionné à Toulouse. Quelque 1,2 millions de passagers auront voyagé cette année par cette compagnie contre 1,1 l’an passé, a enfin indiqué Marc Rochet.

     

    Lundi 19 décembre 2011 :

     

     

    Alitalia et Air France pourraient fusionner selon « Il Messaggero »

     

    Selon le quotidien « Il Messaggero », les négociations pouvant aboutir à une possible fusion d’Alitalia avec Air France, s’intensifient. La compagnie aérienne française possède déjà 25% du capital du transporteur italien.

    Des responsables d’Alitalia ont rencontré vendredi à Paris le patron du groupe Air France-KLM, Jean-Cyril Spinetta, selon le quotidien italien.

    Parmi eux Gaetano Micciche, responsable de la branche investissement de la banque Intesa Sanpaolo, qui a contribué à la mise au point de l’accord de 2008 qui a sauvé Alitalia d’une imminente banqueroute.

    Interrogé par l’AFP à Paris, Air France n’avait pas réagi samedi en début d’après-midi. Un conseil d’administration d’Alitalia est prévu mardi.

    Alitalia impactée par les difficultés de l’économie italienne et des effets de la crise de la dette en zone euro et, table sur des pertes nettes de 60 à 70 millions d’euros pour 2011.

    Le quotidien précise que les actionnaires italiens s’impatientent et essayent de mettre fin à la période de blocage qui empêche le transfert d’actions à Air France-KLM jusqu’en octobre 2013.

     

    Air France : plan social déguisé à l’horizon

     

    Aérien . Plus de 1 000 départs ne seront pas remplacés en 2012. Mais le groupe s’en cache avant la présidentielle.

     

    Air France devrait supprimer plus de 1 000 emplois l’an prochain. Mais le groupe s’efforce de le nier, tout comme le faisait Areva jusqu’à mardi. Car le gouvernement a sommé publiquement les entreprises dont il est actionnaire de ne pas toucher à l’emploi d’ici à la présidentielle. Sauf que l’Etat sait, en fait, se montrer compréhensif lorsqu’une restructuration est indispensable. A condition de sauver les apparences…

    Gelées. Tout est parti de la Tribune. Le quotidien écrivait, hier, que dans le cadre du plan d’économies qui sera dévoilé le 11 janvier, le nouveau PDG, Alexandre de Juniac, prévoit de geler les embauches. Avec 2 000 suppressions d’emplois à la clé l’an prochain, par non-remplacement des départs naturels. Des informations «formellement» démenties dans la matinée par Juniac devant les élus du comité d’entreprise. «Ce premier train de mesures ne touchera pas l’emploi. Les mesures structurelles visant au redressement de la compagnie ne seront annoncées qu’en juin, avec l’ambition de ne toucher l’emploi qu’en extrême ressort», a précisé un porte-parole.

    La réalité est quelque peu différente. Pour le personnel au sol (soit 71% des troupes), les embauches sont déjà gelées depuis février 2009. Il y a encore quelques mois, Air France assumait d’ailleurs totalement cette méthode, qui lui a permis d’alléger ses effectifs en douceur.

    La vraie nouveauté serait donc l’extension du non-gel des embauches aux navigants (pilotes, hôtesses et stewards). Selon nos informations, cette mesure est bien dans les tuyaux. Ce qui ne surprend personne en interne. Car l’arrêt total des recrutements avait été annoncé très officiellement aux syndicats le 5 septembre par l’ancien patron Pierre-Henri Gourgeon. La situation financière ayant empiré depuis, Alexandre de Juniac pouvait difficilement revenir dessus. Reste à savoir combien d’emplois seront supprimés. La direction assure qu’il y a seulement «800 à 900» départs naturels par an. Selon les estimations internes, auxquelles Libération a eu accès, le groupe en prévoit en fait un millier en 2012. Et ce chiffre ne concerne que la compagnie, hors filiales. Si l’on prend l’ensemble du groupe Air France, il y a eu environ 1 700 départs naturels par an lors des deux derniers exercices. Bref, Air France devrait supprimer 1 000 à 1 700 emplois l’an prochain.

    Molle. Et ce n’est sans doute pas fini. Pour ramener les comptes dans le vert, Juniac va dévoiler en juin une restructuration du réseau moyen-courrier. Il va notamment demander aux salariés de travailler plus pour améliorer la productivité. Si la croissance reste molle, cela va mécaniquement créer des sureffectifs. D’où la crainte qu’Air France lance alors des départs contraints.

     

    Samedi 17 décembre 2011 :

    Revue de presse des administrateurs .

    Revue de presse des Administrateurs N°24 du 15 décembre 2011

    Au fil des pages :

    AIR FRANCE KLM

    15 DÉCEMBRE 2011 – LA TRIBUNE Air France : un premier plan de 2.000 suppressions d’emplois prÉvu en 2012Page 1

    08 DÉCEMBRE 2011 – CHALLENGES NATIXIS SOULAGE DISCRÈTEMENT LA TRÉSORERIE D’AIR France-KLM Page 2

    07 DÉCEMBRE 2011 – AFP AIR France : TRAFIC PASSAGER EN HAUSSE DE 2,5 % EN NOVEMBREPage 4

    06 DÉCEMBRE 2011 – LES ECHOSCOURT-MOYEN COURRIER : AIR France VISE LE RETOUR A L’ÉQUILIBRE FIN 2013Page 5

    01 DÉCEMBRE 2011 – REUTERS CHINE : air France stoppe sa maintenancePage 7

    01 DÉCEMBRE 2011 – AFPCITYJET JUGÉE POUR TRAVAIL DISSIMULÉPage 8

    COMPAGNIES AÉRIENNES

    15 DÉCEMBRE 2011 – REUTERSEASYJET VOIT ENCORE DU POTENTIEL DE CROISSANCE EN FRANCE Page 10

    10 DÉCEMBRE 2011 – AIR JOURNALCENDRES VOLCANIQUES : ESAYJET S’ÉQUIPERA DU SYSTÈME AVOID Page 12

    09 DÉCEMBRE 2011 – AIR JOURNALAIR SEYCHELLES : fin des vols vers paris dÈs janvier Page 13

    08 DÉCEMBRE 2011 – DÉPLACEMENTS PROA380 : LA BUSINESS RONGE LES PLACES ÉCO DE SINGAPORE AIRLINES AU DÉPART DE PARIS Page 14

    06 DÉCEMBRE 2011 – AIR JOURNALEMIRATES AUGMENTERA SON PROGRAMME DE VOLS AU DÉPART DE PARIS EN 2012 Page 15

    04 DÉCEMBRE 2011 – DÉPLACEMENTS PROTRANSPORT AÉRIEN : L’AFRIQUE, NOUVEL OBJECTIF DU FONDATEUR D’EASYJET Page 15

    01 DÉCEMBRE 2011 – DÉPLACEMENTS PROLUFTHANSA RENFORCE SON RÉSEAU FRANÇAIS Page 18

    DIVERS

    14 DÉCEMBRE 2011 – LES ECHOSBOEING ET AIRBUS BOUCLENT UNE ANNÉE RECORD Page 19

    07 DÉCEMBRE 2011 – AIRLINES BUSINESSVOLCANIC ASH SENSOR TRIAL PREPARES INDUSTRY FOR NEXT CRISIS Page 21

    07 DÉCEMBRE 2011 – REUTERSLA CRISE EUROPÉENNE MENACE LA CROISSANCE DU TRANSPORT AÉRIEN Page 23

    02 DÉCEMBRE 2011 – LES ECHOSAIDES D’ÉTAT : NOUVELLE PASSE D’ARMES ENTRE AIRBUS ET BOEING Page 24

    ACTION AF KLM

    10 DÉCEMBRE 2011 – REUTERSTABLEAU DE RECOMMANDATIONS ET DE PRÉVISIONS DES ANALYSTES SUR L’ACTION AIR FRANCE KLMPage 27

    INFORMATIONS UTILES

    AIR FRANCE ACTIONNARIAT SALARIÉ ET ÉPARGNE SALARIALEPage 28

     

     

    Vendredi 16 décembre 2011 :

     

     

    Attaque du droit de grève : la menace se précise, la riposte s’organise

    télecharger le document sur ce lien .08 12 2011 Tract intersyndical droit de grève

    Jeudi 15 décembre 2011 :

    REUNION DU COMITE D’ENTREPRISE

    Une réduction de 46 à 43 de charges est annoncée d’ici le programme 2012 avec + 5 Ejet et -8 Erj

     

    La fermeture des lignes STR LYS /MLH LYS/VCE LYS /OVD CDG/VGO CDG ( erj) /CDG LEJ / CFE AMS et l’ouverture de 2 CDG ZRH en E90 .

    Un compte rendu avec plus de details sur cette réunion dans les prochains jours .

    Christophe Surdol RS SNPL au CE

    Compte rendu de la réunion DP du 8 décembre 2011

    Tèlècharger le document complet sur ce lien

    CR DP 8 décembre 2011-1

     

    Revue de presse

    Air France : un premier plan de 2.000 suppressions d’emplois prévu en 2012

    Air France-KLM vise quelque 800 millions d’euros d’économies d’ici à trois ans. Deux mille suppressions de postes en 2012 à Air France. C’est, selon des sources concordantes, la réduction des effectifs, aujourd’hui prévue par la compagnie tricolore, en raison du gel des embauches. Cela en raison des départs naturels. Ces 2.000 postes s’ajouteront aux plus de 4.000 non-renouvellements de postes constatés au cours des quinze derniers mois. Soit au total, environ 10 % des effectifs de la compagnie. Le gel des embauches qui, cette fois, concerne toutes les catégories de personnels, est l’une des mesures d’économies qui sera présentée en conseil d’administration le 11 janvier, puis quelques jours après en comité central d’entreprise extraordinaire. Il s’accompagne du gel des salaires (« La Tribune » du 6 décembre), des promotions, des avancements (par exemple, il n’y aura pas de qualification chez les pilotes), mais aussi d’une très forte réduction des investissements, notamment informatiques. Ainsi que de moins nombreuses réceptions d’avions en 2013, celles prévues en 2012 ne pouvant être révisées contractuellement. Par ailleurs, les fréquences de vols les plus déficitaires seront arrêtées.

    Plan sur trois ans

    Pour ne pas toucher au réseau de la compagnie, l’un des ses meilleurs actifs, seules une ou deux lignes seront fermées. Ce plan à Air France va contribuer majoritairement aux quelque 800 millions d’euros (c’est l’ordre de grandeur selon nos sources) d’économies annuelles escomptés par le groupe Air France-KLM au bout de trois ans, et non au bout de la première année comme évoqué dans la presse. Pour atteindre cet objectif, un deuxième plan, encore plus lourd, sera présenté en mai-juin pour une mise en service l’été prochain. Il vise essentiellement à redresser de manière structurelle l’activité court et moyen-courrier d’Air France qui va perdre cette année près de 600 millions d’euros. Le moyen-courrier représente environ 90 % des pertes de la compagnie. Cette restructuration passe par la renégociation des accords collectifs, en particulier ceux signés avec les pilotes et les hôtesses et stewards. Le cargo qui a replongé dans le rouge, ne sera pas non plus épargné. Seule inconnue : l’emploi. La direction n’entend pas, pour l’heure, procéder à des départs contraints. Pour autant, sans croissance, les gains de productivité risquent d’entraîner des sureffectifs.

     

    Air France dément la suppression de 2 000 emplois en 2012

    La compagnie dément les informations de La Tribune. Suite à la publication par le journal La Tribune d’une information indiquant qu’Air France allait supprimer 2 000 postes en 2012, la compagnie apporte son démenti. Par l’intermédiaire de son porte-parole, Air France dément l’information du quotidien La Tribune selon laquelle la compagnie prévoirait de supprimer 2 000 postes en 2012. Le porte-parole du transporteur a déclaré à l’AFP : « Air France dément formellement les rumeurs publiées dans La Tribune. Les mesures d’économie qui seront présentées mi-janvier aux instances de direction, au personnel et à leurs représentants son en cours d’élaboration. Rien n’est arrêté à ce stade. »

     

    Air France : « discours de vérité » inhabituel pour préparer les troupes aux futurs sacrifices ?

    La compagnie se prépare à des jours difficiles… Savez-vous qu’en Chine les compagnies font payer les distributeurs tous les trois jours? Air France le sait et en rêve secrètement. Mais pas de panique. Pour l’instant il s’agit surtout de convaincre le plus largement possible que l’effort pour redresser la compagnie est l’affaire de tous. Il n’aura échappé à aucun congressiste des différents réseaux que leur partenaire Air France noircissait volontiers le trait dans ses discours à la profession. A la suite de propos ressentis comme particulièrement pessimistes, certains « garnements » d’un réseau volontaire ont même fait passer une enveloppe pour collecter quelque argent à donner à cette « pôv’ compagnie ». C’est dire s’ils étaient étonnés, abasourdis par ces paroles et ce ton d‘outre tombe…. Il est vrai que depuis quelques années, on avait plutôt l’habitude du contraire, voire d’une certaine suffisance dans les propos… « Nous avons décidé de parler ouvertement de nos problèmes actuels aux distributeurs. Pour autant, ce ne sont pas les ventes qui sont en cause. Les recettes du marché France sont plutôt bonnes compte tenu de l’environnement économique. Mais ce sont nos coûts opérationnels qui sont trop élevés », explique Soline de Montrémy, la directrice commerciale France. Mais ce discours officiel de la vérité passe aussi à l’interne pour préparer les troupes aux mesures draconiennes que devra prendre Alexandre de Juniac pour redresser la barre. Comment ne pas imaginer que quelques coupes seront effectuées dans l’équipe dédiée au marché France forte de plus de 1500 collaborateurs dont 350 pour le seul service commercial ?

    Reste à convaincre les syndicats

    Quelques externalisations accueillies avec les protestations que l’on sait pour ce qui est des déboires du call center ont déjà été mises en place, avant même l’arrivée du nouveau patron d’Air France.

    Mais il en faudra, sans doute, davantage… Si la première partie de ce qui sera véritablement un plan de restructuration va passer par des restrictions de budget, il faudra par la suite tailler dans les coûts sociaux avec les conséquences sur le personnel que l’on peut imaginer. « La plupart des employés de la compagnie en sont conscients maintenant », m’expliquait récemment un cadre d’Air France. Reste à convaincre les syndicats. Et le dernier tract en date de la CGT dénonçant le golden parachute de 1,5 million d’euros accordé à Pierre-Henri Gourgeon, montre qu’il reste du travail de persuasion à faire avant que les partenaires sociaux soient convaincus que les efforts seront équitablement partagés…

     

     

    Lundi 12 décembre 2011 :

    Commission paritaire du 12 décembre 2011 .

    5 postes de CDB Ejet à CDG

    7 postes OPL Ejet à CDG

    9 postes de CDB Ejet à BOD

    8 postes OPL Ejet à BOD

    Aucun postes Ejet à LYS et LIL .

     

    CR Commission Paritaire du 121211

    Vendredi 9 décembre 2011 :

    En raison de l’absence de réponses concrètes et chiffrées concernant l’activité, les frais professionnels, et l’impact fiscal,

    l’intersyndicale Pilote Cityjet SNPL / UNAC rappelle à la grève le 9 décembre de 0h01 à 23h59 heure de Paris.

     

    Jeudi 8 décembre 2011 :

    GREVE CITY JET – CONSIGNE DE NON SUBSTITUTION

    111207 Consignes de non substitutuion CityJet V2.0

    Telecharger le document sur ce lien

    .

    .NON-SUB

    Mercredi 7 décembre 2011 :

    .

    Gel des salaires en vue chez Air France

    Le plan d’économies de la direction sera examiné le 11 janvier. Les mesures structurelles de transformation sont prévues en mai et juin. Des turbulences sociales sont à craindre.

    Ce sera l’une des mesures emblématiques du plan d’économies d’Air France qui sera examiné le 11 janvier 2012 en conseil d’administration. Après le gel des embauches décidé en septembre la direction devrait, selon plusieurs sources concordantes, instaurer le blocage des salaires. Concrètement ce gel concerne les augmentations générales, les primes liées à la productivité et les promotions. Des points sur lesquels la direction dispose de marges de manoeuvre. En revanche, pour certaines augmentations (liées à la séniorité par exemple) inscrites dans des accords avec le personnel, il lui faudra les renégocier si elle veut arriver à ses fins. Ces mesures permettraient de dégager plusieurs dizaines de millions d’euros d’économies, non pas en 2012, mais en 2013. Interrogé ce lundi à Toulouse lors d’une rencontre avec la presse, le nouveau PDG d’Air France, Alexandre de Juniac, a simplement répondu que « toutes les mesures seraient examinées sauf l’emploi, qui ne serait que la dernière des mesures à prendre ».

    Ce gel des salaires fera partie d’un ensemble de mesures d’urgence de redressement annoncées en janvier dans le but d’arrêter de brûler du cash. Plus que des fermetures de lignes, des réductions de fréquences déficitaires devraient être annoncées. Côté investissement, si les livraisons d’avions ne pourront pas être repoussées – 7 à 9 long-courriers – en 2012 en raison des contrats déjà bien engagés, Air France n’exclut pas de procéder à des reports en 2013.

    Ce plan d’urgence sera suivi en mai et juin d’un plan de restructuration, de transformation et de développement de la compagnie. C’est là que les mesures structurelles pour redresser l’activité moyen-courrier, qui génère 90 % des pertes du groupe, seront annoncées. Elles passeront, en amont par la renégociation des accords dans le but d’augmenter significativement la productivité du personnel. Le système de bases de province en place à Marseille depuis octobre, puis à Toulouse et Nice début avril, n’est qu’une étape.

    Trouver une solution à Orly

    Avec ce plan qui doit inclure la base de Bordeaux, Alexandre de Juniac estime que « moins de la moitié du chemin sera fait » pour redresser le moyen-courrier. En effet, il faudra trouver une solution à Orly mais aussi au hub de Roissy, foyer très important des pertes du moyen-courrier. Sur le réseau dit de point-à-point, Air France vise un retour à l’équilibre fin 2013. In fine, si le groupe souhaite que le redressement soit enclenché dès la première année, il entend dégager des solides résultats d’ici deux à trois ans.

    La restructuration d’Air France promet déjà des turbulences sociales au regard des efforts qui vont être demandés. Tôt ou tard pour nombre d’observateurs, Air France ne pourra pas faire l’économie d’un plan de départs. Car une hausse de productivité, dans un contexte de faible croissance des capacités, risque en effet d’entraîner un sureffectif.

     

    Mardi 6 décembre 2011 :

     

    .

     

    fuel-1

    TRACT FUEL SUR CE LIEN 06 12 2011 4kilos de kerosene -Le Pacte

    fuel-2

    Lundi 5 décembre 2011 :

    Les échocs du CE du 24 novembre 2011 sur ce lien

    06 12 2011 111124 CR CE SDL v2 0

    CRCE-1-V

    .

    .CRCE2

    CRCE3

     

     

    Vendredi 2 décembre 2011 :

    .

    PATIENCE & VIGILANCE

    .

    Le pacte a posé ses marques, a montré les limites à ne pas dépasser.

    .

    Télécharger le tract sur ce lien.

    111130 com pacte déc11-v2-cfy

    .

    .

    com-pacte-v3

     

    MOBILISATION , MODE D’EMPLOI .

     

    Importante communication du Pacte pdf

    modedemploi.jpg

    Préavis de grève pdf

    pravis2p.jpg

     

    Jeudi 1 décembre 2011 :

    …/.

     

    .Prochaine réunion DP le 8 Décembre 2011.

    .

    Si vous avez des questions, remarques, envoyez-nous un mail à snplregional@gmail.com avant dimanche 4 décembre 2011.

     

    Mercredi 30 novembre 2011 :

    .

    .

    La revue de presse des administrateurs

    .

    Téléchargez le document ci joint

    .

    Revue de presse des Administrateurs N°23 1er décembre 11-1

    .

    Au sommaire

    .

    LE PLAN D’ACTION D’AIR FRANCE DEVOILE… APRES LA PRESIDENTIELLE

    .

    Jeudi, la direction a indiqué qu’elle présentera un plan de redressement et de développement en mai-juin après des premières mesures d’économies conservatoires début 2012.

    .

    UN A340 D’AIR FRANCE VOLAIT AVEC UNE TRENTAINE DE VIS MANQUANTES

    .

    TRANSAVIA SANS DOUTE BENEFICIAIRE EN 2011

    .

    LUFTHANSA GELE SES INVESTISSEMENTS NON ESSENTIELS PENDANT SIX MOIS

    .

    LE PATRON DE LA LUFTHANSA VEUT AUGMENTER LE TEMPS DE TRAVAIL DE SES SALARIES.

    .

    Le patron de la première compagnie aérienne allemande Lufthansa, Christoph Franz, a indiqué dans une interview qu’il voulait augmenter le temps de travail des salariés afin de réduire les coûts de l’entreprise.

    .

    NIGERIA : TRES LOURDES AMENDES POUR BRITISH AIRWAYS ET VIRGIN ATLANTIC

    .

    TABLEAU DE RECOMMANDATIONS ET DE PREVISIONS DES ANALYSTES SUR L’ACTION AIR FRANCE KLM

     

     

    Samedi 26 novembre 2011 :

    Un service minimum dans l’aérien ?

    Les enjeux du projet de loi qui vient d’être déposé par le gouvernement sur le restriction du droit de grève pour le secteur aérien.

    L’article du Figaro sur ce lien .

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/11/26/97002-20111126FILWWW00384-un-service-minimum-dans-l-aerien.php

    Le député Éric Diard (UMP) a déposé hier une proposition de loi visant à instaurer un service minimum dans le transport aérien, annonce Le Parisien- Aujourd’hui en France dans son édition d’aujourd’hui.

    Le texte prévoit que les grévistes seront obligés de se déclarer 48 heures à l’avance.

    Le gouvernement soutient ce texte qui doit permettre de fournir aux passagers une information fiable sur l’État du trafic. La proposition de loi ne prévoit pas en revanche de réquisition. Cette proposition s’inspire du texte voté en 2008 et qui a instauré l’obligation de négocier plusieurs jours avant un conflit, à se déclarer gréviste 48 heures avant et à tenir les usagers informés de l’État du trafic 24 heures à l’avance. la question de son application dans le secteur de l’aérien s’était posée à l’occasion des vacances de la Toussaint, lorsque les personnels non navigant d‘Air France avait décidé de faire une grève, peu suivie et très contestée. Xavier Bertrand, ministre du Travail avait alors évoqué la création d’un service minimum.

    Vendredi 25 novembre 2011 :

    KLM Cityhopper ou Martinair,

     

    L’exemple Hollandais nous démontre que c’est possible et cela peut être simple !

     

    Nous voyons bien qu’au sein d’un Groupe la gestion globale de l’emploi pilote reste la meilleure option, faute de quoi une compétition inévitablement contre-productive pour tous s’installe entre les compagnies.

     

    Tèlècharger le document complet sur le lien suivant

    pdf

    111125klcpage1.jpg111125klcpage2.jpg

     

     

     

     

     

    Télécharger le document complet sur le lien suivant

    pdf

     

    Au sommaire :

    Equilibrage des activités PN

    La salle « PPV » d’Orly

    le nombre de W.E engagés

    Une indemnité de licenciement

    DIF liste des formations accessibles

    Inaptitude CEMPN et arrêt maladie.

    La Reforme CRPN

    dp1.jpgdp2.jpg

    dp3.jpg111128dernierepagedp.jpg

     

    Transavia à l’équilibre en 2011

     

    La filiale d’Air France a annoncé que 2011 serait sa meilleure année depuis 2007, et continue sa stratégie de diversification sur de nouvelles destinations avec Chypre en mai 2012.

    D’après Lionel Guérin, PDG de Transavia, 2011 a été la meilleure année pour la compagnie depuis sa création : « Nous avons dégagé des bénéfices au mois de septembre, pour la première fois, et l’exercice devrait être à l’équilibre ». D’avril à octobre, le nombre de vols a progressé de 9% pour 1,4 million de sièges vendus (+14%) et un taux de remplissage de 86,9% (+3,6 points). Les chiffres sont en revanche moins bons sur la Tunisie, avec entre 12 et 15% de baisse.

    Lionel Guérin, qui se félicite de ces résultats obtenus malgré la baisse du tourisme en Tunisie et au Maroc – ses deux principales destinations – , compte continuer sa stratégie de diversification géographique : Au cours de l’été 2012, Transavia va ainsi proposer une liaison vers Larnaca, à Chypre, avec un vol hebdomadaire tous les mercredis.

    Pour 2012, Lionel Guérin annonce une année incertaine et probablement difficile en raison de la crise en Europe. Par ailleurs, la compagnie réfléchit à de nouvelles options de services annexes, comme la confirmation des dossiers par SMS.

    Mercredi 23 novembre 2011 :

    Les exploitants jugent les E-Jet

     

    Voilà huit ans que le premier E-Jet d’Embraer, un E170, est rentré en exploitation en. Europe. Une mise en service effectuée au sein de la compagnie polonaise LOT. Les E190 ont suivi avec une première livraison continentale à Regional (groupe Air France) en 2006. Depuis, ce sont 177 avions du constructeur brésilien qui traversent le ciel du Vieux Continent, pays de la Communauté des Etats indépendants (CET) compris. Actuellement la famille E-Jet, qui compte deux séries d’appareils – E170 (70 à 80 sièges) et E175 (78 à 88), d’un côté, E190 (98 à 114) et E195 (108 à 122), de l’autre – , est en service chez 21 opérateurs en Europe. Ils exploitent 58 E170/175 et 119 E190, âgés de 2,8 ans en moyenne, soit 23 % de la flotte mondiale. Un total qui devrait doubler sous peu avec des commandes fermes pour 55 E 170/175 et 118 E 190/195.

    Lors d’un séminaire organisé au profit des exploitants des E-Jet, ces derniers se sont accordés sur la capacité de l’appareil à s’aligner sur des routes domestiques courtes comme sur des vols européens. Jean-Yves Grosse, président-directeur général de Regional, loue notamment cette flexibilité d’emploi. Il utilise ainsi sa flotte d’El70 et E190 entre Paris-Orly et Clermont-Ferrand, soit à peine 300 km, mais aussi sur du Paris-Göteborg (1.200 km). Voire sur des vols charters de 5 heures et plus de 3.200 km, comme ceux opérés à l’été, entre Genève et Hurghada (Egypte). Même son de cloche chez Flybe et Air Europa. La compagnie britannique, qui ne possède encore que des E 190, les utilise entre Jersey et Londres-Gatwick (260 km) comme entre Exeter et Malaga (1.600 km). L’arrivée des E175, prévue d’ici à la fin de l’année, devrait encore renforcer cette pluralité. Côté espagnol, le panel se situe entre Madrid-Valence (290 km) et Madrid-Amsterdam (1.500 km).

    Des profils d’opérateurs différents. Les trois compagnies possèdent pourtant des profils d’utilisation assez différents. Avec son identité « bas coût », Flybe a mis en place ses E195 sur un réseau domestique et régional basé sur le point à point. A l’inverse, Air Europa a déployé sa flotte essentiellement sur son hub de Madrid, avec des destinations domestiques. Et seulement cinq destinations européennes desservies en E-Jet. Comme l’explique Mateo Sanchez, vice-président en charge de la flotte d’Air Europa, la compagnie ibérique alimente ainsi ses lignes internationales en passagers.

    Regional a adopté une position hybride. Selon Jean-Yves Grosse, la compagnie a réparti équitablement sa capacité entre son réseau domestique et européen, mais surtout entre l’alimentation du hub d’Air France de Paris-Roissy et les trajets point à point. Il insiste notamment sur l’importance poux l’appareil de posséder un large couloir ainsi que sur sa capacité à accueillir tout type de passerelle pour alimenter le trafic long-courrier. Enfin, il signale l’utilisation des E-Jet par le groupe pour tester de nouvelles lignes, qui pourront être exploitées par la suite en Airbus A320. Au niveau des compagnies européennes, la part est assez équilibrée entre les deux types d’utilisation, selon les données fournies par Sirnon Newitt, vice-président Compagnies en Europe d’Embraer.

    Choix de l’appareil. Au niveau européen, le succès des E- Jet s’est principalement bâti sur l’ajustement de capacité en termes de sièges offerts sur certaines lignes (40 % du marché), avec le remplacement d’avi.ons plus gros, de type Airbus A320 et Boeing 737.

    C’est notamment le cas chez Air Europa, avec la sortie des 737 de certaines lignes, ou chez Regional, avec le remplacement des Fokker 70 et 100. Mais aussi chez Alitalia, KLIVI Cityhopper, Finnair ou la compagnie à bas coût Niki Airlines. L’Europe est pourtant en dessous de la moyenne mondiale dans ce secteur (50 %) et loin derrière les Etats-Unis (S7 ‘A).

    Les compagnies européennes sont par contre en retard sur l’investissement de nouveaux marchés. Ils ne représentent que 6 % de l’utilisation des E-Jet, contre 20 % en moyenne dans le monde. D’après Simon Newitt, seul BA CityFlyer semble d’ail- leurs s’y employer, même si Mate() Sanchez entend bien faire de même. Ce chiffre est rattrapé par la croissance naturelle de lignes existantes (29 %, soit le meilleur taux mondial), avec le remplacement de modules plus petits. C’est notamment le cas chez Lufthansa CityLine, Flybe, LOT ou encore REGIONAL. Le reste de la demande s’est fait avec le remplacement direct d’avions de capacité équivalente (25 %).

    111E170/175 a. plus de mal à trouver sa place dans ce marché européen. Il a été assez rapidement dépassé par l’190/195 en nombre cl ‘appareils en service, malgré une entrée en service deus ans plus tôt. Après trois années de service seulement, la flotte d’E190 a atteint mie taille quasiment similaire à celle de son aîné (36 appareils contre 37 en 2008). Aujourd’hui, elle est deux fois plus importante. La tendance se retrouve aussi dans les commandes mondiales. Uri se référant aux prévisions de marché 2011-2030 publiées par Embraer, l’E170/175 ne représente glue 11 % de la flotte actuellement en service en Europe sur le segment 61-90 sièges. Il affronte notamment la concurrence des turbopropulseurs (jusqu’à 80 sièges), ainsi que celle des CRJ 700/900 de Bombardier.

    Les E175 de Flybe.

    La présentation d’Andrew Strong sur la commande de 30 E175 passée en 2009 par Flybe est assez révélatrice. Le directeur général de la compagnie britannique l’a évoquée presque comme une décision par défaut, l’El75 ne devant sa victoire qu’à l’absence de turbopropulseurs de 90 places et à sa paternité avec l’E195 déjà en service, qui simplifiait son exploitation par rapport à un appareil complètement différent. A l’inverse, l’E190 dispose d’un marché plus ouvert sur le segment de 91-120 sièges, où seul le CR j 1000 lui oppose une concurrence moderne. Il atteint ainsi une part de marché de l’ordre de 30

    Reste à savoir si l’Europe pourrait faire une place à un module plus important avec le projet d’Embraer de lancer un avion de 130 places.

     

     

     

     

     

    Laisser un commentaire

     

    TR 119 ST NAZAIRE - LA BAULE |
    ADREF 13 |
    Kanentelos N°2 |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Association Kouli Kana
    | Association des Parents d'E...
    | ÉCOLE CALANDRETA DE NARBONNE